Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog d'education et de formation

Pour une école et une démocratie égalitaires

28 Mars 2011 , Rédigé par mohamedمحمد Publié dans #مقالات واخبار

Pour une école et une démocratie égalitaires

Abstentionniste politique convaincu, la récente campagne électorale m'a donné l'occasion de réaffirmer mon appartenance à ce courant politique en me refusant à obéir à l'imprécation unanime des politiques et de leurs relais : les médias. Mais les médias eux-mêmes ont des relais, ce sont les misérables croyants invétérés de la démocratie, les petits bien-pensants que tu connais depuis cinq minutes et qui te demandent : « alors, tu es allé voter ? ». Ils me font penser à des curés qui attendent de leurs ouailles qu'elles viennent à la confesse. En effet, notre démocratie présente tous les avatars d'une croyance. C'est une croyance majoritaire, bien établie, dont le clergé est multiforme, et qui chasse les sectes qui le perturbe.

Des professeurs manquant de courage et de lucidité

Intéressons-nous au premier lieu où on te dit que la démocratie, c'est le stade ultime de la politique. L'école est ce lieu où tu apprends à te choisir des porte-voix : les délégués. Cette étape est un premier pas vers l'intériorisation du sentiment qu'un groupe à toujours besoin d'un maître, d'un leader, pour avancer. Apprendre à être représenté, c'est apprendre à ne pas parler soi-même. Avec le vote à bulletin secret et son urne, que tu fréquentes dès la sixième, tu n'apprends pas seulement à te choisir des maîtres. Tu apprends aussi à t'exprimer en secret, dans l'urne. Mais tu apprends surtout à juger le discours de ceux qui veulent parler en ton nom plutôt qu'à exprimer tes propres idées avec tes propres mots.

Plutôt que de se choisir des branleurs qui n'ont, évidemment, pas de programme (ce qui n'est pas loin de nous faire penser à la majorité des candidats aux différents scrutins), les petits sixièmes pourraient apprendre à s'exprimer un à un. En clair, apprendre la démocratie participative dont on nous rebat les oreilles sans en voir jamais le contenu. Mais les professeurs après tout ne sont que des fonctionnaires, et je soupçonne la plupart de ne jamais se questionner sur ce qu'ils sont en train de faire quand ils mettent en place la campagne des délégués. Rares sont ceux qui pensent à organiser un mini-débat, sur ce qu'il faudrait améliorer dans la classe, avant de procéder au choix des maîtres. Il leur faut des noms, pour remplir des cases. Certes, tous préféreraient voir élire la timide première de la classe plutôt que la chaudasse du collège... mais leur animosité à l'égard du système électoral du collège ne va en général pas plus loin.

Hors la classe peut être un des lieux d'apprentissage d'une autre démocratie. Bien que n'étant pas très démocrate, j'imagine parfois une démocratie plus juste. Si l'on organise un débat d'où surgit des propositions, alors les élus s'engageront à respecter les décisions prises collectivement. Je pourrais reprendre un des slogans de la gauche radicale latino-américaine disant que les élus doivent être l'instrument de leurs électeurs. Pour cela il faut apprendre aux gens à s'exprimer, avec leurs mots, et non pas avec ceux employés par les candidats et les partis. S'ils s'approprient le langage politique, les gens s'approprieront aussi les thématiques et les initiatives qui résultera des débats. Il n'y aura plus besoin de leaders, on ne se cherchera plus d'homme providentiel.

Dessinons une société sans élus

Si l'on organisait des débats dans les classes, on se rendrait vite compte que les délégués ne servent à rien, absolument rien. Quand quelqu'un à un problème dans une classe, sauf si le délégué est son ami, il préfère aller voir le professeur, dont l'âge et la position l'éloigne des jugements infantiles. Apprendre aux élèves à passer par un filtre, à ne pas s'exprimer directement devant le groupe ou devant l'autorité du professeur, c'est débile et dangereux.

Pour les conseils de classe, pourquoi ne pas tirer au sort, à chaque conseil, les enfants qui représenteront la classe auprès des adultes ? Redevable au seul hasard de sa position, position qui a l'avantage d'être éphémère, l'individu tiré au sort aurait ainsi véritablement l'occasion de s'exprimer au nom de l'ensemble de la classe, et pas seulement de la majorité qui l'a élu. Cette école sans hiérarchie entre les enfants sera le microcosme de la démocratie de demain, une démocratie qui pense l'égalité, y compris l'égalité des pouvoirs.

Vous l'aurez deviné, l'idée que les gens s'abstiennent en masse m'est agréable. Il ne peut pas être mauvais d'arrêter de consentir à choisir ses maîtres. D'une certaine façon, la tyrannie qu'exerce le pouvoir politique sur les individus est plus pernicieuse que celle qu'exerce le patron sur l'employé puisqu'en choisissant celui qui te flagelles tu reportes sur toi une part des maux qu'il te procure. Malheureusement la recrudescence de l'abstentionnisme ne va sans doute pas durer. Les français se mettent à rechercher un homme providentiel pour 2012, quelqu'un avec beaucoup de charisme, qui pense et agit à leur place. Pauvre d'eux.

par Emmanuel Glais lundi 28 mars 2011 - 7 réactions
50%
D'accord avec l'article ?
 
50%
(10 votes) Votez cet article
http://www.agoravox.fr/actualites/citoyennete/article/pour-une-ecole-et-une-democratie-91316?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%3A+agoravox%2FgEOF+%28AgoraVox+-+le+journal+citoyen%29

Partager cet article

Commenter cet article