Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog d'education et de formation

Enseignement français au Maroc

21 Septembre 2010 , Rédigé par mazagan Publié dans #مقالات واخبار

 

Envoyer à un amiImprimer cet article Emploi et Carrière OFPPT: Encore plus de stagiaires!     Emploi et Carrière Enseignement français au Maroc: Pourquoi les frais de scolarité sont chers Entretien avec Jean-Christophe Deberre, DG de la Mission laïque française (MLF) et de l’OSUI
Emploi et Carrière

Enseignement français au Maroc

Saturés, les réseaux?
 
· Fortes pressions aussi bien à l’OSUI que l’AEFE

· Deux systèmes au même contenu, mais avec des statuts différents


LE réseau des établissements scolaires d’enseignement français au Maroc est sans conteste le plus dense au monde, à côté du Liban, Madagascar et l’Espagne. Réputation et qualité oblige, et compte tenu de la défaillance du système public, les familles marocaines souhaitent de plus en plus inscrire leurs enfants dans ces établissements, malgré le nombre limité des places offertes ainsi que les coûts de scolarisation qui ne cessent de flamber. L’offre et l’organisation de cet enseignement dépendent du type de l’organisme qui le dispense.
Lors de la rentrée scolaire 2010, l’effectif des inscrits dans ces établissements couvrant les principales villes du Maroc a atteint le nombre de 28.100 élèves, dont plus de 60% sont Marocains.
23 de ces établissements dépendent de l’Agence pour l’enseignement français à l’étranger (AEFE) et 8 d’entre eux de l’Office scolaire universitaire et international (OSUI). Les enseignants qui y exercent sont très majoritairement des fonctionnaires titulaires du ministère français de l’Education nationale. Les deux institutions ont pratiquement le même rôle, à savoir la diffusion de la langue française dans le monde. Cependant il existe des particularités qui font que chaque organisation a sa propre identité. L’AEFE a pour mission d’assurer le service public relatif à l’éducation des enfants de nationalité française résidant à l’étranger, ainsi que la contribution au renforcement des relations de coopération entre les systèmes éducatifs français et étrangers. Elle s’adresse à un public majoritairement français. Son réseau est composé de 277 établissements implantés dans 125 pays. Elle participe à la scolarisation de 157.000 élèves. A la différence de cette agence publique, l’OSUI s’oriente plus vers l’associatif en adoptant la forme d’une association à but non lucratif. Il a pour objectif la diffusion de la langue et de la culture française dans le monde par un enseignement laïc, plurilingue et interculturel. Il cible les nationaux au même titre que les Français. Son réseau représente 21,5% de l’effectif total du réseau d’enseignement français au Maroc. Il comptait en 2009, 6.034 élèves contre 196 il y a dix ans. Les plus grosses croissances s’enregistrent au niveau du lycée «Massignon» à Casablanca. Un établissement qui vient d’atteindre un effectif de 2.750 élèves.
Au Maroc, le réseau OSUI dispose de 8 établissements implantés, avec les différents niveaux d’enseignement, à Agadir, Casablanca, Essaouira, Ifrane, Marrakech, Rabat et Tanger. Par ailleurs, un autre réseau d’enseignement français apparaît. Il s’agit des établissements privés bénéficiant de l’homologation du ministère français de l’Education nationale et dispensant un enseignement conforme aux programmes français. Ils sont au nombre de 7 institutions, toutes implantées à Casablanca.

Intissar BENCHEKROUN
 
Envoyer à un amiImprimer cet article Emploi et Carrière OFPPT: Encore plus de stagiaires!     Emploi et Carrière Enseignement français au Maroc: Pourquoi les frais de scolarité sont chers Entretien avec Jean-Christophe Deberre, DG de la Mission laïque française (MLF) et de l’OSUI


© 2001 L'économiste

Partager cet article

Commenter cet article