Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog d'education et de formation

LA DIDACTIQUE DANS L'EPREUVE D'HISTOIRE – GEOGRAPHIE

28 Mai 2013 , Rédigé par mohamedمحمد

LA DIDACTIQUE DANS L'EPREUVE D'HISTOIRE – GEOGRAPHIE

In M. Michaux, L'épreuve d'Histoire-Géographie au concours de professeur des écoles, Colin, 1996.

INTRODUCTION

La didactique s'appuie sur 3 choses : le savoir-savant, la bonne connaissance des élèves, la bonne connaissance de son style pédagogique le plus efficace.

La didactique, c'est mettre en place des situations d'apprentissage qui ne se contentent pas d'être des activités mais qui facilitent l'acquisition de savoir et de savoir-faire.

Le travail du professeur se déroule en 3 étapes :

- avant la leçon : décider des objectifs à proposer aux élèves, se documenter pour créer sa séquence de travail.

- pendant la leçon : moduler et réguler sa séquence en fonction de l'observation des enfants.

- après la leçon : faire le bilan entre les objectifs et ce qui s'est réellement passé.

Ce sont les première et troisième décisions à prendre qui constituent l'épreuve du concours.

PREPARER UNE SEANCE

1) à quel niveau dois-je m'adresser ?

Si on a le choix du niveau, mieux vaut choisir le cycle 3.

Cependant, choisir un cycle ce n'est pas choisir une classe. Certains professeurs découpent le programme d'Histoire en trois parties égales (début du programme en CE2, suite en CM1, fin en CM2). Cela peut poser problème ; aborder le sujet de la Préhistoire en CE2 paraît assez difficile car on ne pourra certainement pas traiter toutes les notions en profondeur. Il vaudrait mieux alors faire une initiation au programme entier en CE2, puis aborder la Préhistoire, les Gallo-Romains et le Moyen – Age en CM1, enfin l'époque moderne et contemporaine en CM2.

2) quelle place aura la séance dans votre programmation ou dans votre progression ?

programmation : découpage du programme réparti sur les 30 à 35 semaines d'une année scolaire. Il faut décider, d'une part, de l'ordre des chapitres, d'autre part du temps accordé à chacun.

Etablir une progression c'est prévoir tout ce qui est nécessaire pour que les élèves progressent.

On peut distinguer une progression méthodologique et une progression notionnelle.

Progression méthodologique : pour un sujet sur le tourisme par exemple, on pourra faire travailler les enfants sur la lecture de cartes, la construction de schéma, la lecture de paysage…..

Progression notionnelle : on peut proposer que l'étude du tourisme s'inscrive dans le cadre de la découverte d'une notion comme celle de contraintes et atouts.

3) quels sont les objectifs de la séance ?

Le terme objectif est souvent lié à ce qu'on appelle la pédagogie par objectifs. Il faut déterminer un objectif général (une notion ou une méthode) et des objectifs opérationnalisés (savoir, savoir-faire, attitude).

Attention, l'atteinte d'un objectif doit être évaluable. Ex : compléter un texte à trous avec les mots d'un autre texte. Dessiner un schéma à partir d'un texte.

De plus, il ne faut pas multiplier les objectifs. Dans le cas d'une lecture de carte, on peut proposer 3 exercices :

- repérer le classement de la légende

- associer une rubrique de la légende à un exemple sur la carte

- trouver une distance à partir de l'échelle graphique

4) pré-acquis et pré-requis

pré-acquis : ce dont les enfants sont déjà maîtres. On peut dire qu'en début de séance on compte sur tel ou tel acquis.

Les pré-requis c'est ce sans quoi la leçon s'arrêtera. Par exemple, pour travailler sur la notion de génération, il faut que les enfants sachent faire une soustraction à 4 chiffres.

5) situation d'apprentissage

Il en existe plusieurs. C'est au professeur de choisir celle qui s'adapte le mieux à la classe et aux objectifs.

- le cours magistral

c'est le maître qui transmet un savoir en racontant une anecdote, en décrivant un paysage…

- le travail de groupe

il peut prendre des formes variés.

- le cours dialogué

il s'agit d'un dialogue entre l'enseignant et ses élèves. On peut également proposer un dialogue plu libre sous forme de débat autour d'une question-problème.

- le jeu de rôle

par exemple un tribunal ou un conseil municipal. Mais attention, cela demande une lourde préparation. Les acteurs doivent posséder de nombreuses informations et les moyens d'en trouver rapidement d'autre.

Cependant, c'est une situation à risque.

6) consignes et questions

Quand on pose une question "comment auriez-vous utilisé tel document ?", on attend du candidat une série de consignes et de questions.

Elles doivent être en rapport direct avec les objectifs. Elles doivent être exprimées de façon compréhensible pour des élèves de cycle 2 ou 3.

7) la trace écrite

Il n'y a pas que le résumé qui permette de mémoriser les objectifs vus en classe. Il doit être plutôt fait par les élèves plutôt que par le maître pour être efficace. Les cartes et les frises sont aussi de bons moyens de mémorisation.

8) l'évaluation

Elle ne sera jamais demandée explicitement, mais elle est liée aux objectifs.

On peut faire allusion à l'évaluation formative (permet de mesurer les atteintes, les écarts…) ou celle sommative (somme des connaissances et des savoir-faire acquis en fin de séquence).

LA QUESTION SUR L'ERREUR

Il y a deux temps :

- repérer les fautes (orthographe, syntaxe, graphisme, contenu…)

- analyse et commentaire : ce n'est pas facile car on manque souvent d'information par rapport aux documents : le niveau (CM1 ou CM2), les acquis des leçons précédentes, la nature de l'interrogation, à quel moment elle a été donnée, etc… .

Il y a différents types d'erreurs :

- factuelle : l'erreur de date

- méthodologique : ne pas savoir lire une carte

- disciplinaire : ne pas savoir citer trois rois de France

- interdisciplinaire : ne pas avoir compris le sens de la question

- unique : le reste du travail est bon

- répétitive : l'élève fait 3 ou 4 fois la même erreur

- vénielle : elle n'implique pas un dysfonctionnement lourd

- plus grave : elle signale une difficulté majeure

L'analyse des erreurs doit conduire à un commentaire prudent.

http://crpe.free.fr/conthg1.doc

Partager cet article

Commenter cet article