Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog d'education et de formation

Retraite, assurance maladie. Deux dossiers chauds sur la table du gouvernement mais qui ne méritent sans doute pas la même approche.

26 Juin 2010 , Rédigé par mazagan Publié dans #مقالات واخبار

Mines Retraite, assurance maladie. Deux dossiers chauds sur la table du gouvernement mais qui ne méritent sans doute pas la même approche. D’abord, la retraite. Sans vouloir miner le moral de milliers de fonctionnaires et de leurs syndicats, surpris sans doute par l’imminence d’arbitrages sur ce sujet, ce ne sont pas les arguments qui manquent pour réclamer pareille réforme. Et surtout une rapidité de l’action. Le recul de l’âge de retraite à 62 ans dont nous nous faisions l’écho il y a quelques semaines, et en exclusivité, n’est certes pas l’unique option. Tant pour viabiliser la CMR que pour éviter des issues dispendieuses pour les finances de l’Etat. Elle n’est pas non plus la plus populaire. Mais chacun sait qu’elle est à mettre en oeuvre tout de suite sachant que les économies à en espérer sont surtout sur du long terme. En attendant une décision sur l’architecture globale, le gouvernement donne l’impression de tenter de sortir du sable dans lequel il s’était enlisé ces dernières années. Ici, l’initiative politique doit être saluée car elle redonne un élan inespéré à un sujet qui semblait battre de l’aile et, soyons clair, le statu quo n’est pas admis. Si c’est pour éloigner le spectre pas si lointain d’une banqueroute, personne ne devrait s’en offusquer. Ensuite, l’assurance maladie. Car les orientations actuelles donnent l’impression de privilégier les attentes sociales mais pas assez les contraintes techniques, leurs éventuelles implications pour l’ossature existante. On le voit bien aujourd’hui pour la couverture des indépendants. On le remarque aussi depuis quelques mois à quelques indices inquiétants: les discussions interminables sur les tarifs homologués, le manque de visibilité sur l’articulation définitive entre assureurs institutionnels (CNSS) et assureurs privés, la manière dont l’autorité de régulation est pensée… Ici au contraire le gouvernement serait bien inspiré de s’avancer avec précaution sur ce champ de mines. Mohamed BENABID L'économiste

Partager cet article

Commenter cet article