Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog d'education et de formation

OBSERVER UNE CLASSE DE LANGUES

9 Décembre 2012 , Rédigé par mohamedمحمد Publié dans #Situations professionnelles الوضعيات المهنية

Paola Bertocchini – Edvige Costanzo


SOURCE http://leonardevinci-formation.e-monsite.com/medias/files/ob-clas-de-langue.doc 

 

Observer une classe de langues

 

 

On n'enseigne pas ce que l'on veut. On n'enseigne

 et ne peut enseigner que ce que l'on est (Jean Jaurès).

 

 

Qu’est-ce que « observer »?

 

   Quelqu’un entre en classe: ce n’est ni le professeur, ni les élèves, qui sont là depuis un bon moment. Qui est donc cette personne qui, de toute évidence, vient déranger les rituels sacrés de la classe de langue? On la présente comme un observateur, quelqu’un qui sera donc physiquement présent dans la classe mais qui n’en partagera pas la vie. C’est un regard extérieur, c’est quelqu’un qui, comme le dit le dictionnaire, est là pour « regarder avec attention à des fins d’étude », et l’action qui le concerne est donc la description. Car « observer », ce n’est pas juger, et éventuellement sanctionner, ni d’autant moins interpréter, même si jugement et sanctions éventuelles représentent le but de ce type particulier d’observation de classe qui relève de l’inspection et si l’interprétation peut faire l’objet d’un autre type d’observation, effectuée par un psychologue, afin d’améliorer la dynamique de groupe existant dans la classe.

   L’observation qui va faire l’objet de cette contribution n’a d’autre objet que celui de décrire « ce qui se passe » dans une classe de langue (le FLE dans notre cas) afin que l’ensignant lui-même, et lui seul, décide de la nécessité d’améliorer les points faibles de sa pratique enseignante. Et les caractéristiques de l’observation de classe seront illustrées en répondant aux questions suivantes:

-que peut-on observer? Autrement dit: quels peuvent être les objets de l’observation?

-comment peut-on observer? A travers quelles modalités, quels instruments?

-qui sont les acteurs de l’observation?

-pourquoi observer?

 

 

1. Que peut-on observer? Les objets de l’observation

 

   Une prémisse est de rigueur: toute observation de classe est de nature complexe et délicate, vu que le formateur, par ses objectifs et par le choix de ses outils d'observation, est impliqué dans l'acte d'observation et qu’il est impossible, de l'extérieur, de faire avec précision la part de ce qui relève:

-de la formation de l'enseignant

-de ses représentations personnelles (culturelles, didactiques …) 

-des caractéristiques des élèves et du groupe-classe

-de l'utilisation de tel ou tel manuel

-de l'image que l’enseignant veut donner de lui-même aux observateurs

-…

   D'où la règle générale annoncée plus haut: ne jamais juger, ni interpréter ce que l’on voit, la tâche de l’observateur étant limitée à la description des situations d’enseignement / apprentissage et à leur compréhension, si l’on part du principe que l'enseignant est un professionnel compétent et responsable.

   Mais qu’est-ce que le formateur peut observer? La complexité de l’acte, déjà évoquée, demande qu’il fixe à l'avance l’objectif spécifique de son observation et qu’il focalise donc son attention sur les points choisis qui relèvent normalement des deux domaines suivants:

-l’observation de la dimension didactique, autrement dit des pratiques de classe (tâches, techniques, activités…) mises en œuvre

-l’observation de la dimension plus proprement pédagogique qui concerne les interactions élèves-enseignant ainsi que les styles d’apprentissage et d’enseignement des uns et des autres.

 

1.1.  L’observation de la dimension didactique: les pratiques de classe

 

   Nous nous limitons à proposer, à titre d’exemple, une liste, non exhaustive, des objectifs de l’observation au niveau des pratiques de classe:

-l’organisation de la classe (la gestion de l’espace, le travail de groupe …)

-les activités langagières, classées, d’après le CECR, en Réception orale et écrite, Production orale et écrite, Interaction et Médiation

-la grammaire (activités de conceptualisation utilisées, démarche inductive ou déductive, grammaire de reconnaissance …)

-le lexique (approche privilégiée, contextualisation, thèmes …)

-la culture (approche anthropologique, sociologique, sémiologique…)

-l’évaluation (différents type de tests, épreuves intégrées…)

-…

 

1.2.  L’observation de la dimension pédagogique: les interactions et les styles d’enseignement / apprentissage

 

   Nous proposons, encore une fois, une liste, toujours non exhaustive, des objectifs de l’observation au niveau pédagogique:

-le temps et les interactions

-le comportement des élèves (leur participation, leur degré d'autonomie …)

-le dispositif mis en œuvre (tâche unique / articulation de plusieurs tâches, tâche préparée / non préparée …)

-la formulation des consignes

-les supports utilisés

-la prise en compte du processus d’apprentissage des élèves, l'attention apportée aux élèves en difficulté…

-les objectifs visés, ainsi que la cohérence entre ces objectifs, le niveau des élèves, les supports utilisés, les activités proposées.

   Et, en termes d’objectifs plus ou moins implicitement ou inconsciemment poursuivis,  les points suivants nous paraissent particulièrement importants:

-fréquence des appels à la responsabilité personnelle des élèves

-souci de maintenir un respect mutuel entre les élèves

-souci de faire participer tous les élèves et techniques ou comportements utilisés pour les motiver

-importance accordée à une préparation spécifique aux épreuves d’examen et / ou aux certifications

-degré de liberté maintenu vis-à-vis des contenus, de la progression et des démarches proposés dans le manuel

-degré d'autonomie laissée aux élèves

-traitement de l’erreur

-mise en œuvre d'une pédagogie différenciée, en particulier par des activités de remédiation destinées aux élèves les plus faibles.

 

 

2. Comment peut-on observer ? Les modalités et les instruments

 

   La problématique de la formation initiale et continue ainsi que celle de l'autoformation des enseignants demandent aujourd'hui à la Didactique des Langues Etrangères de se doter d'outils spécifiques à l'observation des pratiques de classe.

   En tant que formatrices et didacticiennes des langues, nous reprenons la clarification épistémologique et la distinction fonctionnelle des approches et des outils conceptuels entre psychopédagogie et didactique des langues proposées par Ch. Puren:

 

Nous choisissons donc pour l'enseignant de langues en observation formative l'approche intentionnaliste, car nous sommes intéressés à nous confronter non « aux comportements d'enseignants », mais plutôt « aux comportements d'enseignement ». La compréhension de l'innovation et des projets mis au point ne pourra donc partir que de l'analyse des motivations, des décisions, des choix, des fins et des objectifs fixés dans chaque contexte. Tout projet pilote et toute pratique de classe seront analysés donc par l'enseignant en autoformation à l'aide de procédures d'observation qui permettent une simplification des opérations d'interprétation des pratiques de classe et qui excluent au maximum le recours, par l'observateur, à son système interprétatif personnel »[1].

 

   Ainsi la démarche que nous proposons s’articule-t-elle en trois moments:

-avant l'observation, une ou plusieurs séance de travail permettront au formateur / observateur d’obtenir les informations minimales nécessaires sur les opinions et représentations de l'enseignant 

-pendant l’observation, le formateur / observateur pourra utiliser des instruments structurés tels que les grilles, tout comme il pourra procéder à une simple prise de notes descriptive de ce qu’il voit ou se servir d’instruments technologiques plus performants en terme de « mémoire visuelle » de l’acte d’enseignement comme l’enregistrement vidéo

-après l'observation, l’entretien entre le formateur / observateur et l’enseignant en observation est une condition incontournable pour que le formateur joue son rôle: observer pour décrire les pratiques et identifier les problèmes, mais aussi se confronter avec l’enseignant concerné. Le formateur / observateur prendra donc le temps de s'entretenir avec l'enseignant de manière à compléter l’information sur la représentation que ce dernier a de son métier et sur ses attitudes personnelles et à pouvoir la comparer aussi avec les explications qu'il donnera sur sa propre pratique. Tout cela pour que le travail se termine, sur la base de l’analyse effectuée, par la prise de conscience, de la part de l’enseignant observé, des lignes de force et de faiblesse de son style d’enseignement et de ses pratiques de classe pour aboutir à des propositions de modifications éventuelles en vue de les renforcer ou de les améliorer.

 

2.1. Observation structurée

  

   A coté de la prise de notes descriptive, qui laisse le formateur / observateur libre d’enregistrer sur le papier tout ce qu’il « regarde » et que l’on pourrait qualifier d’observation « déstructurée », il est utile d’utiliser des fiches d’observation pour décrire les pratiques de l'enseignant ou les interactions et les styles objets de l’observation. C’est ce que l’on appelle « observation structurée » pour laquelle on peut utiliser des grilles ouvertes ou fermées, à préférer pour des observations, régulières et sur la longue durée, d’un objet spécifique, tel que, par exemple, « le temps et les interactions » ou « la compréhension orale » dont l’Annexe 1 et l’Annexe 2 fournissent des exemples.

 

2.2. Le cas de la vidéo-formation

  

   La vidéo-formation est une méthodologie de formation qui s'appuie sur l'analyse de situations éducatives. Il s'agit d'une démarche dynamique qui utilise l'enregistrement vidéo comme support et dont le mot-clé est celui de distanciation. En tant que méthodologie, la vidéo-formation est censée offrir une démarche complète plusieurs fois illustrée par Clara Tavares[2], mais ce qui nous intéresse ici, c’est de souligner le rôle que l’observation joue dans les différentes phases que la démarche comprend.

   Déjà dans la première phase, en effet, les enseignants en formation utilisent des outils de distanciation (des grilles, des fiches, des questionnaires d’auto-observation) et ils procèdent aussi à l'observation d'autres situations et d'autres professionnels qui jouent les mêmes rôles pour qu’ils prennent conscience de leurs façons d'apprendre et puissent procéder à un premier « diagnostic » en creux de leurs besoins de formation.

   Dans la deuxième phase l’enseignant en formation prépare une leçon, soumise à enregistrement vidéo, sur un sujet que les autres sont censés ignorer (une langue étrangère, un contenu technologique, une pratique quotidienne ...). Il s'agit là, bien évidemment, d'une simulation, mais dont les composants ne sont pas tous simulés, étant donné que l'on se trouve dans une vraie situation d'enseignement / apprentissage dans laquelle l’enseignant est obligé de planifier et de gérer une séquence pédagogique en mobilisant ses compétences communicatives et techniques.

   Le visionnement de l’enregistrement permet ensuite de procéder à la confrontation entre ce que l'enseignant était censé enseigner et ce que les apprenants / enseignants ont appris, entre la planification et les décisions prises en cours de réalisation, entre les représentations des deux partenaires, entre la perception du déroulement du cours par l'enseignant et par les apprenants. C’est la phase d’observation et d'analyse en « viewing session » (avec arrêts sur image au besoin), qui s’appuie sur l'objectivation de ce vécu à l'aide de documents fournis par le formateur lequel, en ce cas-là, partage sa fonction d’observateur avec les enseignants en formation et assume celle de modérateur dans le débat qui va suivre.

 

3.      Qui sont les acteurs de l’observation?

 

   Les acteurs peuvent changer selon la démarche choisie: hétéro-observation, observation mutuelle ou auto-observation.

   Pour ce qui concerne l’hétéro-observation, la démarche, décrite au point 2.1, se déroule généralement en trois moments: une rencontre entre l’observateur-formateur et l’enseignant observé avant l’observation de classe, l’observation de classe et un entretien après l’observation toujours entre l’observateur et l’enseignant. Dans ce cas de figure que l’on pourrait qualifier de « formation à l’enseignement » (initiale ou continue) deux sont les acteurs principaux: l’enseignant et l’observateur, sans oublier les élèves, toujours très importants et parfois déterminants dans le déroulement du cours. A souligner le fait que les deux acteurs ont deux rôles différents et que parfois l’enseignant vit le sien, non pas comme acteur, mais comme celui qui subit l’action, même si l’observateur n’intervient pas pendant l’observation en essayant plutôt de se faire oublier, car intervenir pourrait mettre en difficulté l'enseignant observé.

   Dans le cas de l’observation mutuelle, il s’agit d’une observation entre pairs: deux collègues se rendent visite dans leurs classes respectives afin de s’observer mutuellement pendant leur cours et les acteurs restent apparemment les mêmes: enseignant observateur – enseignant observé, plus les élèves. Ce qui change, c’est la manière de « vivre » l’observation qui, en ce cas, est plutôt ressentie comme une occasion d’apprentissage mutuel car les deux acteurs peuvent interchanger leur rôle d’observateur et d’observé.

   La troisième modalité est représentée par l’auto-observation qui voit l’enseignant utiliser des outils conçus pour « décrire » ses propres pratiques enseignantes. Un de ces outils est, par exemple, le journal de bord. C’est un outil simple où, à côté de la description de son propre cours, on peut noter librement des réflexions, des questions, des doutes...  On mettra ainsi en évidence les problèmes que l’enseignant a rencontrés pendant son cours, les aspects qu’il a perçus comme négatifs, mais aussi ceux qui lui ont semblé positifs, le degré de difficulté des tâches proposées, l’intérêt manifesté par les apprenants... Et encore les éventuels problèmes de communication, les réussites et les échecs, en toute sincérité car cette fois-ci il est à la fois observateur et observé (avec les apprenants, co-acteurs indispensables). Et l’enseignant pourra utiliser son journal de bord pour faire un bilan personnel de son travail, mais aussi pour en discuter avec d’autres enseignants qui partagent cette même pratique d’auto-observation afin de dégager ensemble les lignes de force et de faiblesse de leur enseignement et chercher des améliorations possibles.

 

4.      Pourquoi observer? Les raisons d’une pratique

   L’observation sert à recueillir des données qui seront plus tard analysées afin de prendre des décisions pour améliorer l’apprentissage. L’observation est donc un outil de construction de l’apprentissage puisqu’elle se fonde sur une recherche de sens dans le parcours d’enseignement de l’enseignant observé en vue d’une recherche d’amélioration de ce même parcours.

 

4.1. Apprendre à se décentrer

   Former les enseignants c’est, entre autres, leur apprendre à se décentrer par rapport à leur travail d'enseignant, à déconstruire d’abord la représentation que la plupart d’entre eux se font de leur métier en admettant qu’il n’y pas qu’une seule manière d’être enseignant et qu’il faut assumer une attitude réflexive.

   Grâce à l’objectivation du réel que l’observation permet, l’enseignant apprend à se décentrer pour pouvoir prendre en compte les différents points de vue existant dans son contexte d’enseignement et reconnaître comme égocentrique l’attitude à considérer tout ce qui l’entoure comme problématique car projection de ses propres états d’âme. Se décentrer est aussi le premier pas pour apprendre à utiliser ses capacités d’empathie afin de pouvoir se mettre à la place des autres en opérant un changement de perspective qui permet d’éviter des frustrations et des malentendus.

 

4.2. Se professionaliser

  

   Si la décentration, induite par l’observation de classe, est importante pour la professionalisation de l’enseignant lorsqu’elle l’incite à mettre à jour ses pratiques de classe, elle ne l’est pas moins lorsqu’elle le pousse à s’interroger sur ses relations au groupe classe en se posant des questions du type:

-quelle est ma position face à ma classe?

-comment suis-je perçu par mes élèves?

-qu’est-ce que j’attends d’eux?

-qu’est-ce qu’ils attendent de moi?

-comment puis-je connaître leurs besoins, leurs désirs?

-comment peuvent-ils exprimer leurs demandes, leurs doutes?

   La première étape sera donc l’élaboration d’un projet personnel et professionnel basé sur une dynamique d’interaction: savoir communiquer avec le groupe-classe, le stimuler, l'entraîner… mais aussi développer la confiance en soi, trouver son aisance dans le contexte du groupe… L’observateur n’a pas de règles d’or à donner: il reconnaît à chaque enseignant son autonomie et sa capacité de changement pour aller, à son rythme, vers l’élaboration de son projet personnel avec les idées éducatives, les valeurs et la méthodologie qu’il veut proposer à ses élèves pour les encourager à travailler et à renforcer leur propre auto-estime.

 

5. « Observer c’est se renvoyer à soi-même et renvoyer aux autres »[3]: en guise de conclusion

 

   Comme il serait prétentieux de vouloir donner une conclusion à nos réflexions sur une pratique qui, de par elle-même, ne peut avoir que des résultats partiels, nous préférons prendre congé avec une citation et une question.

   La citation appartient à Philippe Meirieu et décrit une situation d’enseignement / apprentissage observée:

Une stagiaire avait mis les élèves deux par deux pour effectuer un travail, en leur expliquant qu’ils devaient parler à voix basse. Un élève interpelle la stagiaire du fond de la classe; elle lui répond tout fort. Quelques instants plus tard, un autre élève la sollicite en lui posant la même question. Elle répond à nouveau. En quelques minutes, cette jeune femme a fait passer trois messages à sa classe: le premier est que, contrairement à la consigne, on peut parler fort. Le second est qu’il n’est pas important d’écouter ce que disent ses camarades. Le troisième, qu’on peut même se dispenser d’écouter ce qu’elle dit puisqu’elle le répète systématiquement [...][4].

 

   La question est la suivante: au vu d’une remarque de ce genre, quel type d’observation pourrait-on proposer à la stagiaire?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bibliographie sÉlective

 

 

 

-Bange P., 2002, L’usage de la règle dans l’enseignement et l’apprentissage de langue étrangère, in Cicurel F. − VÉronique D. (coord. par), Discours, action et appropriation des langues, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, pp. 21-36

-Bouchard R., 1998, L’interaction en classe comme polylogue praxéologique, in Grossmann F. (coord. par), Pratiques langagières et didactiques de l’écrit, Hommage à Michel Dabène, Grenoble

-Cicurel F. − Blondel E., 1996 (coord. par), La construction interactive des discours de la classe de langue, « Carnets du Cediscor », n°4

-Dabene L. et alii, 1990, Variations et rituels en classe de langue, Paris, Hatier-Crédif (coll. « LAL »).

-Dargirolle F., 2002, L'observation de classe dans la formation des enseignants de langues étrangères, Thèse de doctorat, Université de la Sorbonne Nouvelle Paris 3

-Kanter Kohn R., 1982, Les enjeux de l’observation, Paris, PUF

-Kramsch C., 1991, Interactions et discours dans la salle de classe, Paris, Hatier

-Mouchon J., 1980, Analyse d'une prise de parole en situation scolaire, « ELA », n° 37, pp. 97-108

-Porcher L., 1984, Paradoxes sur un enseignant,  « ELA »,  n° 55, pp. 76-85

-Puren Ch. (coord. par), 1999, L’observation de classe, « ELA »,  n°. 114

-Romian H., 1985, Décrire ce qui se passe en classe de langue pourquoi faire, « ELA », n° 59, pp. 65-73

-SoulÉ-Susbielles N., 1984, L'observation / analyse au service de l'enseignant, « ELA », n° 55, pp. 19-27

-Vasseur M-Th. − Grandcolas B., 1997, Comment se voient-ils apprenant la langue étrangère? Comment se voient-ils enseignant la langue étrangère?, « LINX », n° 36, pp. 119-130

 


Annexe 1: L’observation de la dimension didactique: les pratiques de classe

 

Compréhension orale

 

Décrivez la séquence de compréhension orale que vous observez en vous aidant de cette fiche:

 

1. Nature des documents sonores utilisés:

 

□ fabriqués      □ réalistes        □ authentiques

 

2. Typologie des documents sonores utilisés:

□ chansons

□ conversations informelles

□ conversations radiophoniques speakers-auditeurs

□ conversations téléphoniques

□ cours, conférences

□ discours officiels

□ informations radiophoniques

□ interviews, enquêtes

□ jeux radiophoniques

□ messages par haut-parleur

□ poèmes

□ prévisions météo, horoscopes

□ publicités

□ récits de vie

□ tables rondes radiophoniques

□ textes littéraires oralisés

□ visites guidées

□ autre (préciser) ______________

 

3. Supports utilisés:

 

□ images fixes (dessins, photos…)

□ documents vidéo

□ documents complémentaires composites 

Si oui:

□ document sonore authentique + image(s) d’illustration

□ autre(s): ________________________________

 

4. Qualité des enregistrements utilisés:

 

a. Débit:  lent  moyen rapide

b. Langue:

□ standard

□ registres différents 

Si registres différents, présence de registres:

□ soutenu        □ formel          □ familier        □ argotique

e. Durée moyenne des documents sonores proposés: _________

 

5. Démarches mises en œuvre:

 

a. Activités de préparation à la première écoute

□ oui    □ non

Si oui, de quel type ?:

□ préparation linguistique:

□ grammaticale    □ lexicale        □ phonétique

□ préparation thématique

□ conseils méthodologiques. Si oui, de quel(s) types(s)?: _______

b. Modes de guidage de la première écoute ou des écoutes successives:

□ questions auxquelles répondre 

□ textes (résumés ou transcriptions) lacunaires 

□ questions vrai/faux 

□ questions à choix multiples (QCM) 

□ tableaux ou grilles à remplir 

□ formulation d'hypothèses à valider ou invalider 

□ tâches à exécuter

c. Contenus de ce guidage:

□ paramètres principaux de la situation de communication (qui?, où? quoi? par quel canal? comment? pourquoi? pour quoi faire?) 

□ mots clés 

□ autres éléments linguistiques (articulateurs logiques, temps verbaux, personnes verbales) et paralinguistiques (voix, intonations, rythmes, accents...) 

□ informations à repérer 

□ interprétation des bruits de fond 

 

d. Type(s) d’écoute proposé(s):

□ écoute globale sans consignes explicites d’écoute

□ écoute(s) sélective(s). Si oui:

– combien?: ___________________

– objectif de chaque écoute sélective:

1e ________________           2e ______________

3e _______________

 

e. Mémorisation du document: 

            □ oui    □ non

 

f. Utilisation de la transcription écrite du document:

□ oui    □ non

Si oui, à quel moment, et dans quel but?: ____________________

 

g. Activité(s) de transformation du document sonore (notes ou rapport écrit, compte rendu oral...):

□ oui    □ non

Si oui, de quel(s) type(s): ___________________

 


Annexe 2: L’observation de la dimension pÉdagogique: les interactions

 

 

Le temps et les interactions

 

1. Le Temps

 

1.1. Le temps de la classe de FLE est:

□ structuré                              □ souple                      □ non structuré

1.2. La structuration du temps dépend:

□ du manuel utilisé                             □ des activités proposées

□ des rythmes des élèves                    □ ________________________

 

1.3. Le temps de parole de l’enseignant occupe environ:

□ 30% du temps                     □ 60% du temps                     □ 80% du temps

 

2. Interactions

 

2.1. Interactions enseignant / élèves

 

2.1.1. Tours de parole

La prise de parole des élèves est:

□ spontanée                □ réglementée             □ obligée

 

2.1.2. Ménagement des thèmes

Le professeur est:

□ directif         □ collaboratif

 

2.1.3. Réparation / correction

Le professeur:

□ corrige tout le temps

□ évite les critiques négatives

félicite les réussites

 

2.2. Interactions élève / élève

 

2.2.1. Dans le cadre d’échanges « authentiques »:

Sur des sujets / thèmes d’intérêt collectif

Dans un travail de groupe

 

2.2.2. Dans le cadre d’échanges simulés:

Pendant des activités de simulation

Pendant des jeux de rôles

 

2.2.3. Dans quelle langue?

En français

En langue maternelle

 

2.2.4. Rôle de l’enseignant:

□ stimule l’interaction entre tous les élèves (même les plus faibles …)

□ alterne les modalités de travail (travail collectif, en tandem, individuel)

 

 

Paola Bertocchini

Edvige Costanzo

Formatrici LEND



[1] Ch. Puren, Psychopédagogie et didactique des langues. A propos d'observation formative des pratiques de classe, « Revue Française de Pédagogie », n°108, juillet-août-septembre1994, http://www. persee. fr/web /revues/ home/ prescript/article/rfp_0556-7807_1994_num_108_1_1252

 

[2] C. Ferrão TavaresFormer autrement des professeurs de langues étrangères, in Teacher Education in Europe: The Challenges Ahead, Glasgow, Jordanhill College, 1990.

[3] Site: ex-ffo.creteil.iufm.fr/IMG/doc/Ateliers_comptes_rendus.doc

 

[4] Ph. Meirieu, Libres propos sur l’Ecole, sept. 2003, site: http: //francois.muller.free.fr /manuel/

créerdessituationsdapprentissage/cadre.htm

 

Partager cet article

Commenter cet article