Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog d'education et de formation

Nouveau doctorat: Présence obligatoire aux séminaires

28 Juillet 2010 , Rédigé par mazagan Publié dans #مقالات واخبار

LES CAHIERS DE L’EMERGENCE

Nouveau doctorat: Présence obligatoire aux séminaires
 
· Nécessité d’adéquation entre la formation de base et le thème choisi

· Sélection plus rigoureuse à l’entrée


Subissant une réforme dans les dernières années, le doctorat, ultime étape du cursus de l’enseignement supérieur, a connu un changement organisationnel remarquable. En effet, cette dernière phase du cursus LMD (licence, master, doctorat) connaît aujourd’hui une grande affluence de candidats. Cependant, les procédures d’inscriptions et les modalités de formation sont peu connues par les étudiants.
Pour s’inscrire en doctorat, le candidat doit être titulaire d’un master recherche ou d’un diplôme reconnu équivalent. Les masters spécialisés sont aussi admis, mais avec plus d’exigences en matières d’évaluation.
Les critères d’admission sont proposés par l’équipe pédagogique du centre d’études doctorales. Les candidats doivent justifier d’un cursus universitaire en adéquation avec le profil de la formation doctorale choisie. «Pour l’admission, l’on insiste sur la concordance de la formation de base avec le thème choisi, c’est dire qu’un étudiant ayant une licence en sciences économiques doit choisir un sujet qui appartient aux axes définis dans le champ disciplinaire sciences économiques», affirme Mohammed Salmi Idrissi, doyen de la faculté des sciences juridiques, économiques et sociales de Casablanca. «Les professionnels sont admis, mais à condition qu’ils garantissent leur présence dans l’évolution du projet», ajoute-t-il. La sélection peut se faire sur la base des mentions obtenues lors du cursus universitaire, la structure de notes, l’âge, l’ancienneté des diplômes, les entretiens et les tests écrits, ou bien sur la pertinence du sujet. «Elle est basée sur l’aptitude du futur doctorant à mener les travaux de recherches. Les critères ne sont pas standardisés dans toutes les universités. Ils sont définis en fonction du cahier des normes pédagogiques de chaque équipe de recherche», explique Mohammed Abdellaoui, professeur universitaire et membre du Centre d’études doctorales (Cedoc) à l’université Sidi Mohammed Ben Abdallah de Fès. Le quota des postes est défini en fonction de la capacité d’encadrement des laboratoires de recherche, soit une moyenne de 5 thèses par professeur.
Les inscriptions sont approuvées par la présidence de l’université sur proposition du chef de l’établissement domiciliant le centre d’études doctorales après avis du directeur du centre et du directeur de thèse. Le candidat doit identifier la formation doctorale et la structure de recherche auxquelles il souhaite être rattaché. Il doit soumettre un projet de recherche bien élaboré et argumenté en consultation avec son encadrant.
La préparation de la thèse doit s’inscrire dans le cadre d’un projet personnel et professionnel clairement défini par l’encadrant et l’étudiant dans ses buts comme dans ses exigences. Elle implique la clarté des objectifs poursuivis et des moyens mis en œuvre pour les atteindre.
Formalisé au moment de la première inscription, le choix du sujet repose sur l’accord entre le doctorant et le directeur de thèse, ainsi que sur l’approbation du directeur du laboratoire d’accueil. Ce thème doit aboutir à la réalisation d’un travail original, formateur et de qualité.
Dés son inscription, le candidat reçoit de la part de son encadrant des précisions sur le contexte de la thèse, la problématique du sujet et sa place dans les thématiques de la structure de recherche d’accueil. Toutefois, Il appartient au directeur de thèse de définir les moyens à mettre en œuvre pour permettre la réalisation du travail. A cet effet, le doctorant doit être pleinement intégré dans la structure de recherche, où il doit avoir la possibilité d’accès aux moyens disponibles nécessaires pour accomplir sa recherche. C’est le Cedoc qui œuvre pour le financement de ces doctorants.
Après la signature d’une «charte de thèse» par le doctorant, le directeur du centre d’études doctorales, le responsable de la structure de la recherche, et le directeur de thèse, ce dernier devient responsable de la thèse. Il s’engage à consacrer une part de son temps au suivi régulier de la progression du travail, et à débattre avec le doctorant des orientations nouvelles qu’il pourrait prendre au vu des résultats acquis. La direction d’une thèse doit être effective et ne peut en aucun cas être déléguée.
De sa part, le doctorant s’engage à remettre à son directeur autant de notes d’étape qu’en requiert son sujet, et à présenter ses travaux dans les séminaires de la structure de recherche d’accueil ou du Cedoc. Le volume horaire de la formation complémentaire dispensée durant cette période varie entre 200 et 250 heures.
La préparation de la thèse prend une durée de 3 ans prorogeable selon l’avancement de la recherche. «Pendant cette période, le chercheur doit prouver sa présence dans les séminaires de formations complémentaires et sa capacité à intégrer le corps professoral et prendre la relève», affirme Mohammed Salmi Idrissi.
La qualité et l’impact de sa thèse se mesurent à travers les publications, les brevets et rapports industriels qui seraient tirés de son travail pendant ou après la préparation du manuscrit. Avant la soutenance, il doit au moins avoir deux publications dans des revues à comité de lecture nationalement ou internationalement reconnues selon des critères définis et régulièrement mis à jour par le conseil du Cedoc.
A la troisième inscription, l’échéance prévisionnelle de la soutenance doit être envisagée par le directeur de thèse au vu de l’avancement du travail de recherche du doctorant. L’autorisation de soutenance ne peut être donnée qu’après l’achèvement satisfaisant des travaux de recherche, et l’assentiment de l’équipe de recherche.
Le président et les membres du jury de soutenance sont désignés par le chef de l’établissement sur proposition du directeur du centre d’études doctorales, après avis du directeur de recherche. Le jury doit au moins comprendre quatre membres. L’admission ou l’ajournement de la thèse est prononcé après délibération du jury.


Deux passerelles pour le doctorat


Certaines universités proposent deux types de diplômes, un doctorat national et un doctorat en co-tutelle internationale. Dans le premier, l’étudiant effectue ses recherches pour préparer un diplôme national sous la direction d’un enseignant chercheur habilité à diriger les recherches ou d’un professeur de l’université éventuellement en codirection avec un professeur appartenant soit à une autre université marocaine, soit à un établissement d’enseignement supérieur public marocain (par exemple l’ENIM, l’INPT, …). Pour le second, il est préparé selon une convention conclue pour chaque thèse. Les doctorants effectuent leurs travaux sous la responsabilité, dans chacun des pays concernés, d’un directeur de thèse. La langue dans laquelle est rédigée la thèse est définie par la convention conclue entre les établissements contractants.



Centre, laboratoire et équipe de recherche


Dirigé pour une durée de quatre ans renouvelable, le centre de recherche est créé pour développer une activité d’étude et de recherche de grande envergure rentrant dans le cadre d’une stratégie de l’université. Sa création est décidée par le conseil de l’université. Il est constitué des laboratoires de recherche. Chaque laboratoire comprend au moins 3 équipes de l’université, travaillant sur un même domaine de recherche. En plus des activités de recherche fondamentale ou appliquée menées par les équipes de recherche, le laboratoire doit développer des activités de recherche et développement et de prestation de service en relation avec le milieu socioéconomique. Par ailleurs, l’équipe de recherche qui est la structure de recherche de base, doit être constituée par au moins 3 enseignants chercheurs appartenant au même établissement et à la même spécialité. A noter qu’un enseignant chercheur ne peut appartenir en tant que membre permanent qu’à une seule équipe de recherche. Ces équipes peuvent appartenir à différents établissements de l’Université.

Intissar BENCHEKROUN

 
Envoyer à un amiImprimer cet article LES CAHIERS DE L’EMERGENCE Grandes écoles d’ingénieurs: Comment choisir?

Partager cet article

Commenter cet article