Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog d'education et de formation

Ne négligeons pas les troubles d'apprentissage

30 Décembre 2010 , Rédigé par mohamedمحمد Publié dans #موضوعات تربوية

http://www.labaule.maville.com/actu/actudet_--Ne-negligeons-pas-les-troubles-d-apprentissage-_dep-1637886_actu.Htm

------------------------------------------

  • Envoyer cette info à un ami par e-mail
  • Imprimer cette info
  • Enregistrer en favori cet article
  • Partager cet article avec mes amis sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter

« Ne négligeons pas les troubles d'apprentissage »

prev
next

Les troubles spécifiques d'apprentissage du langage oral, de la lecture ou de l'écriture concernent 4 à 6 % des jeunes enfants. Ils peuvent être l'arbre qui cache la forêt.

Entretien

Houcine Gasmi, neuro-pédiatre au centre hospitalier de Châteaubriant.

Qu'est-ce que le trouble spécifique d'apprentissage ?

Lire, écrire, parler sont des apprentissages que la société nous impose. Certains enfants n'en sont pas capables. Les troubles d'apprentissage du langage oral, de la lecture ou de l'écriture peuvent être provoqués par différents facteurs : la surdité, l'autisme, etc. Si les examens montrent qu'aucun de ces facteurs n'est en cause et ont éliminé toute pathologie, on parle alors de « trouble spécifique d'apprentissage ». Ils concernent 4 à 6 % des jeunes enfants avec différentes intensités.

Comment l'expliquer ?

Les causes de ces troubles ne sont pas tout à fait connues. En résumé, on peut dire que le centre qui gère la parole, la lecture ou l'écriture dans le cerveau n'est pas organisé. Lorsque nous lisons, nous pratiquons sans le savoir une méthode de séquençage sur les mots : les syllabes sont assimilées et rangées dans le cerveau. L'enfant qui a un trouble spécifique d'apprentissage est incapable de cela. Un orthophoniste devra organiser un dictionnaire dans son cerveau.

À partir de quel âge peut-on vraiment identifier ces troubles ?

3 ans pour la parole, à l'entrée en maternelle. C'est souvent la maîtresse qui donne l'alerte, car une maman comprend toujours ce que dit son enfant. Pour la lecture ou l'écriture, on peut se rendre compte de troubles dès l'entrée en CP.

À qui les parents doivent-ils s'adresser ?

En général, c'est donc la maîtresse qui dépiste. Ensuite, le médecin de famille ausculte l'enfant et prescrit s'il le faut une visite chez l'orthophoniste. Si ce dernier diagnostique un retard de la parole, il faut une rééducation intensive avant l'entrée en CP. Car pour lire, il faut comprendre ce que l'on dit. Si l'enfant progresse peu, à partir de 6 ans, on commence à parler de dysphasie. Ça se rééduque. Seul 1 % des enfants est atteint de dysphasie très sévère en France. En ce qui concerne la lecture, si l'enfant progresse peu au-delà du CE2, on parle de dyslexie. On parle de dysorthographie ou de dysgraphie pour les troubles spécifiques d'apprentissage de l'écriture.

Quelles solutions ?

Il ne faut pas aller trop tôt chez l'orthophoniste. Pas avant 4 ans. Sauf si les parents souhaitent recevoir des conseils. Si, dans le cadre d'un trouble spécifique d'apprentissage de la parole, les séances intensives d'orthophonie ne suffisent plus, l'enfant est dirigé vers un centre de langage, une institution spécialisée qui existe au CHU de Nantes par exemple.

Ces troubles peuvent-ils disparaître ?

La dysphasie et la dysorthographie se rééduquent. En revanche, un enfant dyslexique l'est toute sa vie.

Pourquoi faut-il prêter une grande attention à ces troubles ?

Ils peuvent être l'arbre qui cache la forêt. Un retard de langage peut être la traduction d'une pathologie plus lourde. Orthophonistes, médecins traitants, enseignants spécialisés, puéricultrices, neuro-pédiatres et centres de langage travaillent en complémentarité : à bon dépistage, bonne rééducation.

 

Recueilli par Lucile MÉTOUT.  Ouest-France  

 

Partager cet article

Commenter cet article