Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog d'education et de formation

Les fonctionnaires toujours étranglés

3 Janvier 2011 , Rédigé par mohamedمحمد Publié dans #مقالات واخبار

Envoyer à un amiImprimer cet article Agriculture et pêche La tutelle veut sécuriser le financement des professions     Import-export Le code du commerce dépassé?
Surendettement

Les fonctionnaires toujours étranglés
 
· Près d’un millier se retrouvent avec moins de 1.500 dirhams par mois

· Le tiers des fonctionnaires embourbés



Chouchoutés par les sociétés de crédit à la consommation, les fonctionnaires n’en restent pas moins une population où le taux d’endettement est des plus importants. Sur près de 800.000 fonctionnaires, quelque 300.000 ont des crédits. Autrement dit, près du tiers des fonctionnaires sont embourbés dans des crédits à la consommation. Ce qui s’explique par le revenu jugé «modeste» et le pouvoir d’achat limité. Du coup, le recours au crédit reste le moyen par excellence pour stimuler ce pouvoir d’achat.
Aujourd’hui, l’on parle de près de 500.000 dossiers de précomptes traités chaque mois par le Centre national de traitement (CNT) relevant de la Trésorerie générale du Royaume, puisque les prélèvements s’effectuent à la source. Ces précomptes portent non seulement sur les dossiers de crédits à la consommation, mais également les paiements des primes d’assurance qui sont généralement échelonnées sur plusieurs mois ainsi que les versements au profit des œuvres sociales qui accordent généralement des facilités aux fonctionnaires.
En principe, c’est moins de 40% du salaire qui est affecté au crédit.
Pour lutter contre le surendettement, une décision a été prise en 2009, en commun accord avec le CNT et les sociétés de crédit à la consommation, pour relever le salaire préservé des fonctionnaires de 1.000 à 1.500 dirhams. Mais pour autant, quelques milliers de fonctionnaires se retrouvent en dessous de ce seuil. Le problème concerne surtout les personnes qui doivent verser des pensions alimentaires, lesquelles font l’objet d’un jugement, et se retrouvent avec 500 dirhams en fin de mois.
En principe, le CNT et l’Association professionnelle des sociétés de financement (APSF) avaient convenu d’effectuer une étude sur l’endettement des fonctionnaires. Celle-ci permettra d’évaluer l’impact du relèvement de la quotité incessible décidée en 2009 et également celui de la possibilité de la relever.
L’APSF serait même favorable à ne pas limiter la réflexion sur la lutte contre le surendettement au seul relèvement progressif de la quotité incessible, mais aussi sur le montant des crédits octroyés ainsi que le nombre de dossiers par fonctionnaire.
Selon le rapport 2009 de Bank Al-Maghrib sur le contrôle, l’activité et les résultats des établissements de crédit, l’encours des crédits à la consommation,
distribués par les banques et les sociétés de crédit, a atteint près de 78 milliards en 2009 en hausse de 13,4%, contre 16% une année auparavant. Les salariés et les fonctionnaires restent les premiers bénéficiaires avec des parts respectives de 41 et 36% de dossiers de crédits.

Khadija Masmoudi
 
Envoyer à un amiImprimer cet article Agriculture et pêche La tutelle veut sécuriser le financement des professions     Import-export Le code du commerce dépassé?


© 2001 L'économiste - Réalisation : Lnet Multimedia

 
 

Partager cet article

Commenter cet article