Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog d'education et de formation

Les dessins animés d'aujourd'hui et la destruction de la future génération

18 Septembre 2010 , Rédigé par mazagan Publié dans #مقالات واخبار

Les dessins animés d'aujourd'hui et la destruction de la future génération

LA bande dessinée est l'une des plus attirantes productions cinématographiques avec des fans et interlocuteurs parmi les enfants, mais aussi chez les adultes. Pourtant c'est vrai que les enfants sont les passionnés des BD, d'où le grand rôle qu'on attribue aux dessins animés dans la formation de la personnalité des enfants. Dès l'enfance, l'homme se blottit, dans l'amour protecteur de ses parents. La concept de la famille dans les sociétés orientales et surtout islamiques est de sorte que la responsabilité d'élever les enfants devient le souci prioritaire de toutes les familles. Il revient donc aux parents de mettre, à la disposition des enfants, des outils d'éducation et de divertissements qui leur sont convenables et s'ils veulent être sûr des résultats, ils vont devoir y ajouter leur talent de gestion.Jouets, livres d'enfants, vidéos et programmes télévisés ont de nos jours leur place privilégiée dans l'éducation de la future génération. Les outils éducatifs exercent, aussi, des influences directes sur les familles. Partant de ce point de vue, les experts de l'éducation estiment que la croissance et l'essor culturel de la société dépendent largement de la manière dont les familles emploient ces outils. On voit souvent les parents abandonner leur enfant devant le petit écran, lors de l’émission d’un dessin animé, lui faire cadeau d’un cd de bande dessinée ou l’emmener au cinéma, comme un simple geste d’appréciation pour son bon comportement. Bien évidemment, ces programmes, loin d’être un simple divertissement pour l’enfant, influent directement sur son esprit et sa mentalité. Les experts estiment qu’entre 3 à 5 ans, l’enfant est un simple spectateur incapable de distinguer le bien du mal. Tout ce qu’il voit, il l’accepte comme pure réalité et cette acceptabilité devient naturellement beaucoup sensible face aux outils et médias qui, techniquement parlant, sont plus puissants. Les animations imprègnent ainsi l'univers de l'enfant et modifient graduellement les fondements de son éducation. De nos jours, les concepts comme la violence, la peur, le stress, et la délinquance sont, devenus, malheureusement, les thèmes très courants des animations pour enfant qui traitent, parfois même, des façons les plus osées, les questions propres au monde des adultes comme les relations sexuelles. Et puisque l’esprit de critique et la capacité d’analyser les différentes questions se trouvent rarement chez l’enfant, ces dessins animés pourraient métamorphoser voire détruire son avenir.
Dans son livre « La République », le grand philosophe grec Platon écrit : « Il nous faut d’abord, ce me semble, veiller sur les faiseurs de fables, choisir leurs bonnes compositions et rejeter les mauvaises. Nous engagerons ensuite les nourrices et les mères à conter aux enfants celles que nous aurons adoptées et à leur façonner l'âme avec leurs fables beaucoup plus soigneusement que le corps avec les mains."
Vu l’importance de l'influence des BD sur la vie des enfants et adolescents, nous évoquons ainsi quelques exemples de dessins animés sortis ces tout dernières années et nous étudierons ensemble ce processus d’influence.
L’année 2009 est considérée une année fulgurante dans l’histoire des bandes dessinées. Différents genres d’animations ont été réalisés et même les artistes renommés d'autres genres cinématographiques ont testé leur chance dans la production de dessins animés, en 2009. Plusieurs films sont alors sortis qui racontaient des histoires anciennes ou innovantes et qui utilisaient largement les effets spéciaux électroniques, des films comme « Chanson de Noël », « Ponyo », « Mary et Max », « Up », et beaucoup d’autres…
Ce rythme a tenu aussi en 2010 qui a apporté aux écrans « Toy Story 3 » et Shrek for ever after ». Beaucoup de ces productions, à titre d’exemple, « Toy Story 3 » sont même entrées dans la liste de Box Office, preuve pour croire qu’un dessin animé aurait toute les capacités d’attirer les fans et spectateurs, d’où la nécessité de veiller à l’histoire qu’ils racontent…
Le grand succès des animations ne se limite pas en fait à cette décennie. Mais jusqu’aux années 80 même 90, certaines limitations s’appliquaient, non seulement, sur les films, mais aussi, sur toutes les animations télédiffusées ou sortis à l’écran des cinémas. Il s’agissait de limitations d’âge et d'interdictions de l’emploi des termes suggérant une connotation négative. A titre d’exemple, on ne montrait pas l’image d’une vraie arme et la vie d’aucun enfant n'était pas exposé au danger dans les films destinés à un jeune public. Ces mesures de contrôle engendraient une confiance relative sur le fait que les films ne sèment pas la panique dans le cœur des enfants et ne le conduisent pas à la violence. Le meilleur exemple serait « Les Tortues Ninja ». Le cheminement des tortues y étaient de sorte à ne pas inciter à la violence chez les interlocuteurs et les héros du film n’employaient leurs armes que pour combattre les robots.
Mais les animations d’aujourd’hui ont pris visiblement distance de cet univers, à tel point que trouver des films qui interprètent la pureté et la simplicité du monde enfantin devient de plus en plus difficile. Des œuvres comme « Harry Potter » et « Narnia » mêlent le monde des adolescents à la superstition et au charme fourvoyant des magiciens et les dessins animés visent la mémoire de la future génération.
S’agissant de « Toy Story 3 » dont le premier épisode a été réalisé en 1995, on a affaire à Andy, un gamin qui nous fait découvrir avec ses jouets beaucoup d’événements. Barbie, une poupée, fait la connaissance d’une autre nommée Ken et tombe amoureux de lui. Ken a une personnalité instable et dépasse les clichés habituels des personnages enfantins. Il se comporte comme un adulte dans la plus part des séquences. Le réalisateur de « Toy Story 3 » estime cependant que le personnage de Ken augmente les potentialités comiques du film, mais lorsque vous le regardez, vous constatez que le personnage de Ken est plutôt romantique que comique, ce qui, d’ailleurs, fait de « Toy Story 3 » un film attirant pour les adultes.
Vu les aventures romantiques qui se produisent entre les poupées, le récit semble parfois ne pas être convenable pour les enfants. Nombreux sont les experts à croire que l’allusion à certains concepts dans « Toy Story 3 » arrive prématurément pour l’interlocuteur de jeune âge et de ce point de vue, le film serait porteur des effets négatifs sur sa vie.
" Shrek for ever after" est une autre animation sortie en 2010 et qui serait, apparemment, le dernier épisode d’une série d’animation sur cet ogre vert. Marié, père de 3 enfants, Shrek est atteint d’une crise psychique et semble un petit peu affligé. Il rêve de retrouver, comme le passé, son sentiment d’être un monstre et sa capacité d’effrayer les gens. Mais en contrepartie, disparaissent beaucoup de points positifs de sa vie. Bien qu'il ait fait box office, le film « Shrek for ever after » n’a pas tellement réussi à soulever une impression positive chez les spectateurs. Les questions du monde des adultes, les relations affectives des couples n’y sont pas traitées avec un langage compréhensible pour les enfants. Les sondages effectués dans différentes régions du monde montrent que les spectateurs adultes n’y apprécient pas beaucoup l’allusion trop osée aux questions de la vie de couple. En outre, les faces noires du personnage de Shrek sont, psychologiquement parlant, très saillantes dans le film. Au début, l’histoire se passe dans un univers joyeux, attirant et multicolore. Mais plus les personnages s’enfoncent dans la crise, plus l’univers dans lequel vivent ces personnages s'obscurcit et les couleurs prennent une ombre grise. Ces points faibles ont mené beaucoup de critiques d’art à considérer le dernier épisode, la fin de Shrek, dans le monde des animations


Samedi 18 Septembre 2010


http://french.irib.ir http://french.irib.ir

Partager cet article

Commenter cet article