Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog d'education et de formation

Laurence Filisetti : « Un enfant impoli est pénalisé dans ses apprentissages

5 Août 2011 , Rédigé par mohamedمحمد Publié dans #موضوعات تربوية

Laurence Filisetti : « Un enfant impoli est pénalisé dans ses apprentissages »

Maître de confé­rences en sciences de l'éducation, Laurence Filisetti explique, dans son livre (1), les consé­quences de l'impolitesse à l'école. Elle revient, pour VousNousIls, sur les résul­tats de ses recherches.

Qu'est-ce que la politesse ?

La poli­tesse est une norme sociale. Elle passe par des mots de pré­sen­ta­tion comme « bon­jour », « s'il vous plait », « merci ». Elle s'exprime aussi par le non ver­bal : il faut se tenir droit, ne pas trop bou­ger, sou­rire... Les adultes consi­dèrent que ces codes sont sus, d'autant plus si l'enfant est grand. Or ce n'est pas évident.

Les codes que vous citez paraissent pour­tant simples. Comment un élève peut-il les ignorer ?

Nous n'avons pas tous la même défi­ni­tion de la poli­tesse. C'est là toute la dif­fi­culté. Comme toute norme sociale, la poli­tesse peut varier d'un groupe à l'autre, d'une culture à l'autre. Certains élèves ont des codes dif­fé­rents de ceux atten­dus par les ensei­gnants ce qui crée des mal­en­ten­dus. Un « sois poli » ne signi­fie pas grand-chose. Il est fon­da­men­tal qu'un pro­fes­seur pré­cise ses attentes et dis­cute avec les élèves du com­por­te­ment à adop­ter en classe.

Un élève impoli rencontre-t-il des dif­fi­cul­tés par­ti­cu­lières à l'école ?

Effectivement. Une étude a mon­tré que quelques secondes suf­fisent pour sus­ci­ter une mau­vaise image. Face à un élève qu'il ne connaît pas, l'enseignant peut rapi­de­ment le défi­nir comme anti­pa­thique et mau­vais élève. Il y a alors des réper­cus­sions sur le com­por­te­ment péda­go­gique du pro­fes­seur. Ainsi, un élève qui ne dit pas « bon­jour », « s'il vous plait », ou « merci » est moins sou­tenu. L'enseignant lui donne moins d'indications, moins d'encouragements. C'est d'autant plus vrai pour un ado­les­cent avec lequel on est plus exi­geant sur le res­pect de la poli­tesse. Le phé­no­mène existe égale­ment entre les élèves. Un jeune impoli avec ses cama­rades ne rece­vra pas d'aide de leur part. Il est donc pénalisé.

Face à de tels constats, pensez-vous que l'école doit apprendre la poli­tesse aux élèves ?

Je ne prône pas les leçons de poli­tesse en tant que telles. La poli­tesse s'acquiert au fur et à mesure des situa­tions sociales. Comme tous lieux de socia­li­sa­tion, l'école par­ti­cipe à cet appren­tis­sage. Je pense plu­tôt que l'école doit expli­ci­ter les attentes qu'elle a vis-à-vis des élèves. C'est notam­ment fait dans les règle­ments inté­rieurs. Par ailleurs, il me semble très impor­tant de déve­lop­per, chez les élèves, un regard cri­tique sur leur com­por­te­ment. Ils doivent connaître les normes en matière de poli­tesse, et com­prendre les consé­quences sociales et sco­laires en cas de non-respect de ces codes. Le but n'est pas de dire « il faut faire ça », mais « pour­quoi doit-on faire ça ».

Comment l'enseignant peut ame­ner ses élèves à réflé­chir sur leur comportement ?

Il peut, par exemple, orga­ni­ser des jeux de rôle. J'ai ainsi filmé des enfants en train de jouer des scènes de poli­tesse et d'impolitesse. Lorsqu'ils ont visionné le film, les élèves étaient éton­nés de l'impression qu'ils ren­voyaient. Ils ont pris conscience de l'image qu'ils don­naient aux autres.

Il arrive égale­ment qu'un élève ait un mau­vais com­por­te­ment, car il a une mau­vaise opi­nion de lui même. Le pro­fes­seur peut alors dia­lo­guer avec lui, l'encourager, afin de lui don­ner plus d'assurance.


Coralie Bach

Note(s) :
  • (1) « La Politesse à l’école », Edition PUG, 180 pages, 18€
  • source;  http://www.vousnousils.fr/2010/10/22/laurence-filisetti-%C2%AB-un-enfant-impoli-est-penalise-dans-ses-apprentissages-%C2%BB-353242

Partager cet article

Commenter cet article