Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog d'education et de formation

L’Unicef recommande des bonus/malus

29 Juin 2010 , Rédigé par mazagan

L’Unicef recommande des bonus/malus · Un système pour récompenser les élèves assidus · Et un malus pour les parents qui privent leurs enfants de l’école Présenté lors de la 3e réunion des pays de la région Mena, le rapport «Ecole du respect : réforme, participation et innovation» loue aussi les initiatives du système éducatif. Le Maroc a été choisi comme exemple de bonnes pratiques en matière d’éducation dans la région Mena. Dès le départ, Malak Zaalouk, conseillère en éducation au bureau régional de l’Unicef, précise le cadre dans lequel l'expérience marocaine a été sélectionnée. Il ne s'agit pas de présenter le système éducatif marocain comme modèle, mais plutôt les initiatives développées dans le cadre de coopération entre le MEN et l'Unicef et qui devraient inspirer la réforme en cours. «L’expérience marocaine est placée dans un contexte régional où beaucoup de pays ne sont pas arrivés à mettre l’enseignement au cœur des préoccupations». Peu de pays, ajoute en substance la conseillère, parviennent à opérer une autocritique pour rebondir. A ce titre, le Maroc a lancé un plan d’urgence en chiffrant les besoins et en prévoyant un budget. Même son de cloche auprès d’Alyos Kamuragiye, représentant de l’Unicef au Maroc. «Il faut reconnaître les expériences qui font la différence. C’est une opportunité pour célébrer les succès». Rappelons que depuis 2004, l’Unicef mène un programme de coopération avec le Maroc où l’amélioration de la qualité est inscrite comme axe central d’action. Il s’agit entre autres d’instaurer une grille de qualité comme outil de diagnostic participatif, les curricula régionaux et locaux comme approche dans la réalisation de la pédagogie… Parmi les priorités nationales, arriver à un taux minimum de scolarisation de 95% dans chaque commune à l’horizon 2013. Pour y arriver, l’Unicef recommande la qualité de l’éducation et des écoles. «Si ces axes sont généralisés, le Maroc réussira certainement à dépasser les handicaps actuels», estime Kamuragiye. Par ailleurs, et même si des améliorations ont été enregistrées, l’abandon scolaire reste toujours préoccupant (voir article supra). Bien entendu, l'enseignant est un des acteurs clefs des enjeux futurs. Une des recommandations du rapport "Ecole du respect", l’accompagnement des réformes menées actuelles par une charte des enseignants et la création d’académie régionale pour la formation du corps enseignant. Cela passe aussi par une mobilisation de ce corps. «Il faut le cadrer, le former, bien le rémunérer et revoir son statut selon la zone d’enseignement (rurale ou urbaine)», recommande Zaalouk. Le rapport suggère de confier aux académies le recrutement. Aux académies de décider selon leurs besoins d’embaucher des compétences locales qui ne subiront pas l’éloignement et seront plus à même de connaître les spécificités locales. Un autre axe fondamental pour les rédacteurs du rapport «Ecole du respect», l’instauration d’un système de bonus pour récompenser les élèves assidus et élargir cette reconnaissance aux parents. A l’inverse, il faut instaurer un malus et demander des comptes aux parents qui privent leurs enfants de l’école. Badra BERRISSOULE Envoyer à un amiImprimer cet article Rapport Unicef sur le système éducatif Pourquoi l’école rebute tant Marrakech: Les potiers de Talataste à l’école © L'économiste

Partager cet article

Commenter cet article