Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog d'education et de formation

دراسة فرنسية تؤكد ان المولودين في شهردجنبر هم الدين يواجهون صعوبات في التعلم

30 Décembre 2010 , Rédigé par mohamedمحمد Publié dans #موضوعات تربوية


http://www.la-croix.com/L-ecole-plus-dure-pour-les-natifs-de-decembre/article/2450654/4076


 

29/12/2010 17:05

L’école plus dure pour les natifs de décembre



Un chercheur a montré l’impact du mois de naissance sur l’ensemble du parcours scolaire et l’incapacité du système éducatif à le prendre en compte

A l’école, être né à Noël n’est pas un cadeau. Telle est la conclusion d’une étude de Julien Grenet, chercheur en économie au CNRS et à l’École d’économie de Paris, parue dans La Revue économique en mai dernier et relayée par Le Monde daté du mercredi 29 décembre.

Les travaux du chercheur soulignent les difficultés scolaires rencontrées par les élèves nés en décembre, dues à l’écart de maturité entre eux et les élèves de la même classe nés plus tôt dans l’année.

« Les effets sont plus forts que ne l’avaient montré les précédentes études », explique Julien Grenet. En se servant de panels au sein du primaire et du secondaire, il a d’abord observé que le « handicap scolaire » représenté par le fait d’être né en fin d’année est particulièrement fort dans le primaire, avant de diminuer au fil du cursus éducatif.

À 15 ans, 51% des élèves du dernier mois de l’année

En CP, dans une classe de 30 élèves, un élève né en décembre perd sept places en moyenne par rapport à celui qui est né en janvier. Un écart deux fois plus faible à la fin du primaire et qui diminue encore au collège.

Néanmoins, cet écart va persister, en raison, explique l’auteur, de « deux caractéristiques institutionnelles » du système éducatif français qui « contribuent à amplifier les effets de la date de naissance : la pratique massive du redoublement et l’orientation en fin de troisième ».

Ainsi, à 11 ans, le taux de redoublement en primaire est deux fois plus fort pour un élève né en décembre que pour celui né en janvier, l’effet date de naissance étant par ailleurs encore plus fort chez les enfants issus de milieux défavorisés. À 15 ans, 51% des élèves du dernier mois de l’année ont redoublé, contre 35% de ceux nés en janvier. Or, le redoublement a une incidence négative sur l’orientation à la fin du collège.

Salaires légèrement inférieurs chez les natifs de décembre

De fait, la probabilité de rejoindre un lycée général en fin de troisième est inférieure de trois points pour les élèves nés en décembre par rapport à ceux de janvier. Conséquence : naître en fin d’année « augmente sensiblement la probabilité de quitter l’école avec un diplôme de l’enseignement professionnel (+3 points) plutôt qu’un diplôme de l’enseignement général (–3 points) ».

L’impact sur le marché du travail paraît en revanche « relativement faible ». Les salaires sont légèrement inférieurs chez les natifs de décembre, comparés à ceux de janvier : –2,3% pour les hommes et –0,7% pour les femmes.

Julien Grenet propose une solution « simple et peu coûteuse », selon lui, pour corriger ces inégalités : « l’application d’un coefficient compensateur pour redresser les résultats scolaires des élèves en fonction de leur mois de naissance ».
Yann BOUCHEZ


 Retour haut de page

Partager cet article

Commenter cet article