Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog d'education et de formation

Inflation: Tout baisse sauf l’école

22 Novembre 2010 , Rédigé par mohamedمحمد Publié dans #مقالات واخبار

Inflation: Tout baisse sauf l’école
 
· Enseignement et hébergement, les dépenses en hausse

· Recul des prix des produits alimentaires sur les 10 premiers mois


Moins de 1%. C’est le taux de l’inflation enregistré sur les 10 premiers mois de l’année. Globalement, l’Indice des prix à la consommation (IPC) a augmenté de 0,7% à fin octobre dernier par rapport à la même période de 2009, indique le HCP dans sa dernière note de synthèse sur l’évolution des prix à la consommation. Et, la variation s’explique cette fois non pas par l’augmentation des produits alimentaires mais plutôt par les autres groupes des produits. En tête figure, l’enseignement dont les prix des fournitures scolaires et autres prestations de services ont augmenté de 4% d’une période à l’autre. La restauration et hôtellerie vient en 2e position avec une hausse de 2,5% et les biens et services divers de 1,7%. Au total, les produits non alimentaires ont augmenté de 0,9% alors que l’alimentation n’a cru que de 0,4 point. Pourtant, la flambée des fruits, légumes, viandes et poissons a été cette année sans précédent surtout durant le 3e trimestre dernier. Constat que confirme d’ailleurs l’évolution de l’IPC en d’octobre par rapport au même mois de 2009. Il ressort que la variation a été de 3% pour les produits alimentaires contre 0,8% pour les autres groupes. Néanmoins, l’enseignement, la restauration et les biens et services divers ont dépassé de loin la moyenne de l’indice général qui s’est établi à 1,8%. Les frais de scolarité et les dépenses liés à l’enseignement ont augmenté de 4,6%. Ils sont suivis par les biens et services divers (2,2%) et la restauration (1,9%).
Mais les variations sur les 10 mois ont été plus au moins ressenties selon les régions. A titre d’exemple, des villes comme Guelmim, Laâyoune, ou encore Agadir et Marrakech comptent parmi les cités les plus chères. Dans ces villes l’IPC a varié entre 2,4 et 0,9% contre une moyenne nationale de 0,7%. Effet du Code de la route ou résultat du renchérissement des produits frais ? Apparemment, il s’agit de la combinaison des deux facteurs.
Du moins si on se réfère à l’évolution enregistrée en octobre par rapport au mois précédent. Il en découle, une augmentation de l’IPC de 0,8%, due selon le HCP à la hausse de 1,7% des produits alimentaires. «La hausse a particulièrement affecté les légumes à 16,2% et le thé à 11,5%», spécifie la Division des indices statistiques. En revanche, note la même source, les prix ont baissé de près de 8% pour les poissons et autres fruits de mer tandis que les viandes ont accusé un repli de 1,7%.
Par villes, les hausses les plus importantes ont été enregistrées à Fès avec 2,1%. Elle est suivie de Marrakech (1,9%,), Béni Mellal (1,6%), Settat et Meknès (1,4%). En revanche, des baisses ont été enregistrées à Safi avec 0,4%, à Kénitra (0,2%) et à Oujda (0,1%). Ce qui amène le HCP à déduire «que l’inflation sous-jacente (indicateur qui exclut les produits règlementés et ceux à forte volatilité) aurait connu au cours d’octobre dernier une stabilité par rapport au mois précédent et une hausse de 0,4% par rapport au mois d’octobre 2009.

A.G.
 
Envoyer à un amiImprimer cet article Les leçons des Medays 2010: Et que faire pour l’eau?     Brèves


© 2001 L'économiste - Réalisation : Lnet Multimedia

 

Partager cet article

Commenter cet article