Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog d'education et de formation

Génie manque de contenu pédagogique · Informatisation, les PME pas assez informées

2 Novembre 2010 , Rédigé par mohamedمحمد Publié dans #TICEتكنولوجيا المعلومات

 

Envoyer à un amiImprimer cet article     Brèves
Maroc Numeric

Chami tente un premier bilan
 
· Génie manque de contenu pédagogique

· Informatisation, les PME pas assez informées



Un an après le lancement du plan Maroc Numeric 2010-2013, où en sommes-nous?
Ahmed Réda Chami, ministre du Commerce, de l’industrie et des nouvelles technologies, a livré samedi 30 octobre un premier bilan.
Sur le plan gouvernance, il a fallu d’abord créer le Conseil national des technologies de l’information et de l’économie numérique. Présidé par la primature, son conseil d’administration compte des représentants des secteurs public et privé, notamment le patronat (CGEM) et l’Association des professionnels des technologies de l’information (Apebi). Le Plan Maroc Numeric est suivie de près par un comité de pilotage chapeauté par le ministre. Et c’est une direction, menée par Mohammed El Mahjoub, qui en assure l’exécution effective. Ce dispositif institutionnel fait partie avec son budget (5,2 milliards de DH) des modalités d’implémentation du Plan.
Parmi les enjeux, faire en sorte que le secteur des technologies participe d’ici deux ans à hauteur de 7 milliards de DH au PIB additionnel direct. Elargir aussi l’usage des TIC dans l’enseignement public chez les ingénieurs et assimilés... Chami évoque à ce titre le programme Génie 2009-2013. Qui a été reconduit après son lancement en septembre 2005. L’idée est d’installer notamment des salles multimédias dans les collèges et d’introduire le PC dans l’enseignement primaire. Ce programme figure d’ailleurs au cœur du plan d’urgence dédié au système éducatif. Le ministre indique «qu’il y a eu adjudication du marché aux opérateurs ERPT (exploitants de réseaux publiques des télécommunications) et le lancement des ordres de services pour l’équipement de 1.000 établissements». 82% des ressources ont été acquises. Cinq, tel est le nombre d’éditeurs de contenu dont des Jordaniens et des Roumains notamment. Justement, la carence de contenu pédagogique demeure le point faible de Génie. Elle pèse ainsi sur son évaluation finale: le ministre lui donne une note «de 5 ou 6 sur dix à cause d’un manque de contenu».
Il y a Injazz aussi qui vient d’entamer sa 2e phase. Sont éligibles à ce programme de doctorants en sciences techniques, les étudiants des écoles d’ingénieurs et ceux inscrits en master dans une faculté des sciences. Cette 2e vague cible 12.000 bénéficiaires. Jusqu’à présent, ils ont été 88% étudiants parmi les 17.000 éligibles à en bénéficier. Ils auront droit à un PC portable et à un abonnement internet d’un an.
La commercialisation des offres se déroule du 23 octobre à fin décembre 2010.
Injaz2 est subventionné à 85% par l’Etat (plafonnée à 3.600 DH). Le financement provient du Fonds service universel rattaché au régulateur télécoms (ANRT) notamment.
Les Centres d’accès communautaires (CAC) font également partie du volet transformation sociale. Et qui reste d’ailleurs l’une des 4 grandes priorités stratégiques du Plan Maroc Numeric aux côtés de l’informatisation des PME. La feuille de route prévoit la création de 400 centres en vue de permettre aux habitants des zones reculées d’accéder à internet. «Nous avons convenu avec le ministère de la Jeunesse et des sports que 100 centres seront équipés avant fin 2010. Une centaine d’autres ont été définis en coordination avec l’Entraide Nationale», déclare le ministre. Deux opérateurs VSAT ont été mandatés. «L’un à bien travaillé mais pas l’autre», précise-t-il.
A part l’éducation, l’informatisation des PME reste sûrement l’un des grands chantiers du Plan Maroc Numeric. Là aussi, un projet en cours vise à instaurer une procédure de création d’entreprise en ligne. Il sera près, au plus tard, début du 2e trimestre 2011. Du point de vue coordination administrative, ce projet met à l’épreuve les services des ministères de la Justice, du Commerce et des Finances.
Le ministre reconnait qu’il existe une difficulté à communiquer sur ce qui est disponible en termes d’aide pour les entreprises. Les associations professionnelles ne s’impliquent pas assez pour relayer l’information. D’où l’idée de faire appel aussi aux comptables pour jouer aux médiums auprès de leur client, les PME. Il faudrait aussi que son département communication, particulièrement pour le Plan Numeric, face preuve de réactivité.
Le programme Moussanada TI par exemple, vise à augmenter la productivité des PME via leur informatisation. L’Etat paye 60% des ERP. La mobilisation des grands prescripteurs tels que le group OCP est également en cours. Une convention sera signée et l’offre technique et financière est validée. Les grands comptes vont ainsi pousser leur fournisseur à dématérialiser leur transaction.
Pour l’e-administration, les actes d’état civil de 4 millions de Casablancais ont été déjà saisis. Il y en a 40 millions au total. D’ici fin 2011, l’ensemble des actes seront saisis. Il va falloir parallèlement amender la loi. L’état civil figure parmi les services publics orientés usagers. Et fait figure également des priorités du gouvernement. L’objectif est de passer de 16 à 89 services en ligne d’ici 2013.

F. F.
 
Envoyer à un amiImprimer cet article     Brèves


L'économiste -

Partager cet article

Commenter cet article