Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog d'education et de formation

Formation des enseignants: les incertitudes s’accumulent | Le blog de Claude Lelievre

26 Janvier 2011 , Rédigé par mohamedمحمد Publié dans #موضوعات تربوية

 

_______________________________________________________________________________________________

Formation des enseignants: les incertitudes s’accumulent

Et ce n’est pas la dernière déclaration de Nicolas Sarkozy (  foncièrement improvisée, comme l’a déjà souligné la journaliste du ‘’Monde’’ Maryline Baumard ), suivie de celle de Luc Chatel  qui peuvent les dissiper, bien au contraire.

Depuis le démantèlement de l’ancien système de formation, on se trouve constamment dans l’improvisation et les propositions ( voire les décisions ) au coup par coup ; et on cherche vainement quel est le dessein d’ensemble alternatif en la matière ( qui, il est vrai, n’a nullement été – et pour cause -  au fondement de la suppression de l’ancien dispositif , une décision prise foncièrement pour des raisons d’économie de postes budgétaires matinées d’’’idéologie’’ sans que l’on se soit vraiment préoccupé de savoir où l’on voulait aller ). C’est ce qu’on appelle ‘’réformer’’ !

On avait déjà vu en avril dernier, lors des Etats généraux sur les violences scolaires, le ministre de l’Education nationale Luc Chatel annoncer de façon impromptue la nécessité de mettre en place deux nouveaux  modules de formation pour tous les futurs enseignants ( l’un de ‘’gestion des conflits’’ et l’autre de ‘’tenue de la classe’’ ) alors même que le démantèlement de leur formation professionnelle était en marche et que l’on ne savait pas combien de temps serait consacré à leur formation ‘’pratique’’ ( ni quand et par qui elle serait assurée ).
Il est par ailleurs inutile de revenir sur le dispositif improvisé de ‘’stagiarisation’’ ( dit ‘’transitoire’’ ) mis en place en cette rentrée scolaire 2010, qui a fait l’unanimité contre lui ( sans que l’on en sache pour autant un peu plus actuellement sur ce qu’il en sera pour l’année scolaire qui vient… ).

C’est dans ce contexte déjà sensiblement incertain que le chef de l’Etat, comme l’a rapporté Maryline Baumard, s’est permis d’improviser lors de ses vœux  au ‘’monde la connaissance’’ : « Si le texte qu’il avait mûri avec ses conseillers n’avait pas laissé place, mercredi 19 janvier, à une improvisation, main gauche dans la poche, l’idée que la formation des maîtres pourrait être revue et corrigée, ne circulerait sans doute pas dans le landernau éducatif ». Toujours est-il que cette désinvolture l’a amené à reconnaître que « passer des instituts de formation des maîtres à l’université, passer d’un niveau licence à un niveau master ne suffit pas : il y a toute la question de la formation pratique ». C’est en effet le moins que l’on puisse dire, et un aveu de taille sur la façon improvisée et incertaine dont cette ‘’réforme’’ a été conduite et sur l’absence d’un dessein alternatif préalable ( et donc d’une ‘’réforme’’ si les mots ont un sens ).

Mais, comme on l’a appris aussi ( et cela été repris depuis lors de la dernière intervention du ministre Luc Chatel sur le sujet ), il devait être question dans l’intervention de Nicolas Sarkozy d’explorer la mise en place de masters ‘’polyvalents’’ et de masters ‘’en alternance’’. Excusez du peu car, si cela était mis effectivement en place, ce serait une rupture foncière avec les dispositifs de formation des enseignants qui ont existé jusqu’ici en France ( en particulier pour ce qui concerne les masters ‘’en alternance’’ ).  La France s’est en effet toujours distinguée jusqu’ici ( contrairement à nombre de pays européens ) par un système de formation professionnelle des enseignants  où la formation ‘’pratique’’ succède à la formation ‘’académique’’.
In fine, on reste plus que jamais dans l’incertitude. S’agit-il d’envisager sérieusement un tout autre système de formation professionnelle des enseignants qui n’a jamais eu jusqu’alors droit de cité en France ? Ou simplement – pour l’essentiel – de se ‘’défausser’’ ( a minima ) sur les universités  d’une formation professionnelle qui est actuellement ( et sera ? ) à peine assurée a minima par le ministère de l’Education nationale ?


Partager cet article

Commenter cet article