Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog d'education et de formation

Financement études: La solution bancaire

28 Juillet 2010 , Rédigé par mazagan Publié dans #مقالات واخبار

Financement études: La solution bancaire

 

Envoyer à un amiImprimer cet article LES CAHIERS DE L’EMERGENCE L’entreprise est le seul juge du privé <i>Entretien avec Thami Ghorfi, président du groupe ESCA</i>     LES CAHIERS DE L’EMERGENCE Formation professionnelle: Une alternative pour les sans Bac
LES CAHIERS DE L’EMERGENCE

Financement études: La solution bancaire
 
· Chaque année, les frais de scolarité augmentent

· Possibilité de prêts bancaires pour les études


· Une garantie de 100.000 DH accordée par l’Etat


UN cursus normal (bac+5) dans une «grande école» est facturé au minimum à 50.000 DH par an sans les frais d’inscription. Idem pour les masters spécialisés qui coûtent au moins 45.000 DH l’année. Autant dire que payer une bonne école relève aujourd’hui du luxe. Et ce n’est pas que dans le privé. Même à la fac, les meilleurs masters nécessitent un investissement conséquent. Cependant, la clientèle ne tarit pas. Elle vient non seulement de la classe moyenne haute, mais également des familles à revenus modestes.
Pour cause, les banques ont développé ces dernières années des produits destinés à cette nouvelle clientèle. Seul bémol, les offres de financement d’études se limitent à trois établissements, en l’occurrence BMCI, Banque Populaire et Société Générale. Cela malgré le lancement d’un crédit bancaire garanti à hauteur de 60% par l’Etat.
En plus de ce prêt, BMCI propose un financement pouvant atteindre 200.000 DH pour son produit «Imagine Sup’Plus». Celui-ci est destiné à financer une dernière année d’études, un 3e cycle ou encore un stage à l’étranger. La banque s’engage ainsi à payer près de 70% des frais de scolarité ainsi que 90.000 DH au titre des frais de séjour. Idem pour un stage à l’étranger qui peut faire l’objet d’un crédit de 90.000 DH. Les intérêts facturés sur ces crédits sont soumis à la TVA au taux de 10%
Quant au troisième cycle au Maroc, il est financé à hauteur de 70.000 DH et donne droit à une exonération de TVA sur les intérêts dans le cas d’une inscription dans une école privée. A contrario, les intérêts sont soumis à la TVA au taux de 10% pour le financement d’une dernière année ou un 3e cycle dans une école publique marocaine
L’établissement exige, en plus de la caution d’un parent, des justificatifs de scolarité. L’étudiant s’engage également à domicilier ses futurs revenus au sein de la banque. Pour ce prêt, le différé de remboursement est de 21 mois et un règlement qui s’étale sur cinq ans maximum.
Chez Société Générale, le prêt études Banky couvre les frais de scolarité jusqu’à 30.000 DH et plus par an. S’y ajoutent des financements complémentaires de 15.000 DH pour les frais de séjour au Maroc contre 35.000 à l’étranger. Le taux du prêt tourne autour de 6,5% avec la possibilité d’un remboursement différé de 48 mois. En guise de garantie, une caution d’un parent résident au Maroc est demandée. Les étudiants salariés peuvent bénéficier d’une dérogation.
Excepté le prêt Avenir plus garanti par la CCG, l’offre de financement des études de Banque Populaire est destinée uniquement aux étudiants de HEM et de l’Université Al Akhawayn. Le montant du crédit est plafonné à 100.000 DH pour le cycle normal à HEM et 240.000 DH pour un bachelor ou un master à Al Akhawayn. Ces crédits sont destinés aux étudiants de moins de 30 ans pour le cycle normal et 35 ans pour le cycle supérieur.
Globalement, le financement des études par prêts bancaires est récent, ce qui explique une offre de produits encore limitée. Cette tendance tient également au peu de souci accordé par les établissements aux conditions de financement des cours. En France par exemple, certaines grandes écoles se portent garantes pour décharger les parents du casse-tête de la caution.
En outre, la formation en alternance peut s’avérer une alternative au financement des études. Les frais de formation étant pris en charge en partie par l’entreprise.


Prêt garanti par l’Etat


POUR faciliter l’accès d’un plus grand nombre d’étudiants aux prêts bancaires, l’Etat a lancé en 2007 le fonds de garantie «Enseignement plus». Ce fonds couvre une durée d’études de cinq ans, soit au maximum 20.000 DH par an et un plafond total fixé à 100.000 DH. Autrement dit, en cas de difficulté à rembourser un crédit, la Caisse centrale de garantie (CCG) prend en charge 60% du reliquat.
L’octroi du prêt est soumis à l’examen d’un dossier. Il est réservé aux étudiants âgés de moins de 25 ans et postulant à des places dans les filières ingénierie de l’information et des télécommunications, ingénierie électronique, mécanique et électrique, expertise comptable ou encore gestion des entreprises. Cette offre peut être perçue comme un accompagnement de l’initiative de formation de 15.000 ingénieurs par an.
Des taux généralement avantageux sont proposés pour ce type de crédit avec la possibilité d’un différé de remboursement de 5 ans. Passé ce délai, le règlement peut s’étaler sur 7 ans. Seules BMCI, Banque Populaire et Société Générale commercialisent ce crédit garanti par l’Etat.
Depuis 2007, 309 étudiants en ont bénéficié, ce qui représente un encours de 24,5 millions de DH dont 14,7 millions au titre des engagements de la CCG, indique-t-on auprès de l’institution.

F.Fa

 
Envoyer à un amiImprimer cet article LES CAHIERS DE L’EMERGENCE L’entreprise est le seul juge du privé <i>Entretien avec Thami Ghorfi, président du groupe ESCA</i>     LES CAHIERS DE L’EMERGENCE Formation professionnelle: Une alternative pour les sans Bac


© 2001 L'économiste - Réalisation :

Partager cet article

Commenter cet article

online degree 06/08/2010 09:04



 






Online Degree




Online Degrees




Online Phd




Mcitp Training




Life Experience Degree




online degree programs




MCSE training