Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog d'education et de formation

Enseignement/Réforme La mouture finale prête en juin

26 Février 2010 , Rédigé par mazagan Publié dans #مقالات واخبار

Enseignement/Réforme

La mouture finale prête en juin
 
· Instauration de règles pour un dialogue social régulier avec les syndicats

· Lancement d’un benchmark pour la formation professionnelle


«S’il est vrai que la problématique de la restructuration du système pédagogique demande du temps, il n’en reste pas moins qu’il faut donner des réponses le plutôt possible». C’est ce qui ressort du rapport de la dernière session du Conseil supérieur de l’enseignement (CSE), relatif aux discussions liées à sa vision de l’enseignement et de la formation professionnelle (cf. www.leconomiste.com; édition des lundi et mardi 22 et 23 février).
Selon le rapport de cette session, une mouture finale devra être conçue fin juin 2010. Ainsi et par rapport à l’enseignement, il a été décidé de garder la structure globale du projet. Mais le CSE recommande de dissocier l’approche globale du métier de l’enseignant de celle des professeurs universitaires, vu que les deux fonctions ont des spécificités distinctes l’une de l’autre. Il recommande aussi l’instauration de règles pour un dialogue social régulier avec les syndicats en vue d’installer un climat de confiance et d’échange.
Concernant le travail des enseignants et contrairement à ce qui a été avancé dans la première mouture du projet, la gestion du temps ne devra pas être annuelle. Mais le CSE insiste que cette gestion doit prendre en considération non seulement le métier de l’enseignant, mais toutes les attributions de ce dernier (coordination entre enseignants et parents d’élèves, recherche…). Quant à la licence et le master professionnels qui n’arrivent toujours pas à faire leur entrée au Maroc, le CSE propose que l’université procède à une présélection des bacheliers. Mais, l’intégration de ces derniers sera limitée et dépendra donc des besoins des académies.
Après l’obtention de la licence ou du master professionnels, le candidat peut intégrer un établissement de formation professionnelle sans passer un concours d’accès.
Pour la formation professionnelle, il a été décidé que le projet doit d’être davantage approfondi. Ainsi, le CSE, a convenu de changer l’approche adoptée pour la formation professionnelle afin de la dissocier de celle adoptée pour l’enseignement. Selon le rapport du CSE, la formation doit être valorisée. L’autre volet important sur lequel doit se pencher le CSE porte sur la création de synergies basée sur la confiance entre établissements de formation professionnelle et l’université.
Des synergies quasi absentes jusque-là. Mais ce n’est pas tout puisqu’il faudra aussi trouver une solution pour ériger le formateur en acteur essentiel de cette synergie. Pour le plan d’action, le CSE suggère d’investir dans les expertises de ces membres et organiser des séances de travail avec les secteurs public et privé ainsi qu’avec les associations professionnelles (agroalimentaire, aéronautique, textile…). Le Conseil propose aussi de lancer une étude comparative avec d’autres systèmes de formation dans des pays tels que le Canada, l’Allemagne ou encore la Tunisie…

J. B.http://www.leconomiste.com/
 

Partager cet article

Commenter cet article