Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog d'education et de formation

Enseignement: Bataille pour les langues

19 Octobre 2009 , Rédigé par mazagan Publié dans #مقالات واخبار

Enseignement: Bataille pour les langues
 
· Une feuille de route pour l’apprentissage des langues dès juillet 2010

· Le niveau des élèves faible à moyen dans l’arabe et le français


C’EST un handicap auquel le Conseil supérieur de l’enseignement (CSE) tente de trouver une solution. L’apprentissage des langues pose toujours problème et le Conseil tente de trouver le moyen d’y remédier. C’est d’ailleurs l’objectif du colloque qui sera organisé à Rabat les 20 et 21 octobre par le CSE sur le thème « Enseignement et apprentissage des langues dans les systèmes d’éducation et de formation: état des lieux et perspectives».
Cette instance veut proposer une feuille de route d’ici juillet 2010 pour résoudre la problématique de la maîtrise des compétences linguistiques à l’école. Car en dépit des choix inscrits dans la Charte nationale de l’éducation, aucune avancée dans ce domaine n’a été réalisée. Le programme national d’évaluation des acquis (PNEA) pour 2008 (cf. www.leconomiste.com) a mis à nu les lacunes du système et a également identifié certaines entraves.
Dans le cas de la langue arabe, la majorité des élèves de l’enseignement primaire ne maîtrisent pas la lecture. Ce qui influe sur la production écrite puisque là aussi ils souffrent de difficultés méthodologiques et linguistiques.

Faiblesses éducatives


En fait, les performances des élèves diffèrent d’un niveau à l’autre et varient en termes d’objectifs atteints et de pourcentage des réponses correctes obtenues dans le cadre du PNEA 2008, entre un minimum de 27% en 4e année du primaire et un maximum de 43% en 3e année secondaire collégiale.
Les performances enregistrées au primaire sont donc nettement inférieures à celles constatées au secondaire collégial. Ces écarts en faveur du secondaire collégial s’expliquent d’un point de vue pédagogique par le manque d’activités de soutien et de renforcement des séances de l’expression orale au primaire et par la faiblesse des pratiques éducatives par rapport aux nouveautés et innovations pédagogiques et didactiques. Le Conseil supérieur parle aussi de surcharge et de longueur des programmes scolaires, laissant ainsi peu de place aux apprentissages effectifs. L’hétérogénéité des approches pédagogiques relatives à l’enseignement des langues au primaire est également citée.
Dans la langue française, le niveau des élèves concernés par le PNEA 2008 varie dans l’ensemble entre «faible» et «moyen». Ces résultats reflètent, selon le CSE, le niveau réel des élèves dans la plupart des établissements publics. Surtout que beaucoup d’entre eux passent d’une classe à l’autre en traînant de grandes lacunes en français et ce, depuis la deuxième année du primaire. Les faiblesses concernent d’abord la maîtrise des composantes de la langue française, à savoir la grammaire, l’orthographe, la conjugaison et le vocabulaire. Viennent ensuite les faiblesses dans la capacité des élèves à produire des énoncés ayant du sens, surtout à un degré assez élevé de complexité de la langue et tout particulièrement au niveau de la production de l’écrit.

Khadija MASMOUDI

http://www.leconomiste.com/

Partager cet article

Commenter cet article