Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog d'education et de formation

Enseignant: Se former ou disparaître

18 Mai 2010 , Rédigé par mazagan Publié dans #مقالات واخبار

Enseignant: Se former ou disparaître
 
· Le maître doit être praticien, chercheur, psychopédagogue et leader

· Se mettre à jour pour accompagner le changement


ENSEIGNER, c’est d’abord se remettre constamment en cause. La question fait aujourd’hui l’objet de plusieurs débats. La société évolue, les techniques et les savoirs aussi. Les manières dont on accède au savoir également. Les attentes sociales changent, et le rôle de l’enseignant s’en trouve modifié profondément.
L’école n’est plus le seul lieu où l’on trouve le savoir, l’enseignant est devenu le guide et le tuteur, qui accompagne l’élève dans l’accès à la connaissance. «Actuellement, l’enseignant se trouve face à une “e-génération”, une génération fascinée par les nouvelles technologies et méthodes d’apprentissage. La connaissance de l’élève surpasse parfois celle de l’enseignant», a affirmé Abderrahmane Lahlou, président de Mundiapolis(1). Il ne suffit pas d’avoir le don ou la vocation pour enseigner. C’est un métier qui requiert des compétences, auquel il faut se former, avant de l’exercer, mais aussi tout au long de sa carrière. Une formation qui nécessite une confrontation entre la pratique et la théorie, entre l’expérience et les apports fondamentaux. Elle doit permettre à l’enseignant de se livrer à une analyse réflexive de sa pratique. «L’enseignant doit être un praticien réflexive, un chercheur, un psychopédagogue et un leader qui aidera les jeunes à perfectionner leur savoir», a expliqué Tim Stanley, vice-doyen aux programmes académiques à l’université d’Ottawa.
Dans son rapport annuel sur l’état et les perspectives du système d’éducation et de formation du pays, le Conseil supérieur de l’enseignement a précisé que l’enseignant doit participer à l’éducation des apprenants sur la base d’un système de valeurs morales, humanistes et civiques; il doit également transmettre le savoir selon des contenus et une méthodologie validée.
L’instituteur est appelé à comprendre l’élève et l’éduquer par rapport à la démocratisation, l’enseigner en se référant à une méthodologie, et le former pour préparer les lauréats à l’insertion dans la vie professionnelle.
Les élèves ou les apprenants en général ont accès à d’autres sources d’informations que l’école et le maître: la télévision, Internet, le multimédia en général, les journaux et les autres moyens plus «traditionnels» tels que la curiosité et la volonté de réactualiser ses connaissances. Dans ce sens, l’enseignant doit connaître les sources d’informations pour les orienter et les aider à trier et s’y retrouver.
Le professeur est porteur d’un projet pédagogique et de recherche, l’étudiant étant le projet qu’il est amené à étudier, et qu’il doit rentabiliser en termes de savoir et de connaissance.
C’est par ailleurs un manager, dans la mesure où il doit savoir gérer une classe et une diversification culturelle et ethnique du public scolaire. Il doit organiser le travail des élèves, et «tenir le cap» en toute circonstance. L’accomplissement de ses missions ne se limite pas à la classe. L’enseignant, en effet, est aussi un acteur focal du système éducatif dans son ensemble et son engagement et son implication, aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur de l’école.
---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
(1) Lors de la 5e conférence Mundiafloor, organisée par Mundiapolis en collaboration avec le Conseil supérieur de l’enseignement, sous le thème «Le métier d’enseignant dans un monde en mutation».


Une vocation et non un choix par défaut


L’ENGAGEMENT initial du candidat au métier de l’enseignement devrait donc être basé sur une vocation affirmée ou un choix assumé. Devenir prof ne doit pas être un choix par défaut. Les enseignants sont appelés à mettre à jour leurs connaissances et leur savoir-faire, en suivant un plan de formation continue. «Les formateurs sont des praticiens plus communicatifs, qui forment des académiciens aux métiers, en leur rapprochant de la réalité à laquelle les étudiants vont faire face», a expliqué le président de Mundiapolis. Cette formation représente ainsi un atout pour améliorer l’efficacité et le rendement de l’enseignant et un facteur de son développement personnel.
Il est donc indispensable d’orienter la formation des maîtres autrement vers l’acquisition de compétences, en les préparant au changement et à la professionnalisation. La préparation des instructeurs doit permettre assez d’autonomie et de qualification pour recréer une transposition didactique plutôt que d’appliquer à la lettre des programmes détaillés. Une formation qui contribue à la construction d’une identité professionnelle individuelle et collective, et qui donne l’envie de travailler en équipe en préparant ces éducateurs à une révision constante des pratiques à la lumière de l’expérience et des nouvelles connaissances. De même, dans un souci d’atteindre une qualité optimale du système éducatif, l’enseignant doit être encadré et soumis à une évaluation adéquate et objective de son rendement pédagogique et de ses performances éducatives.

I. B.

 
Envoyer à un amiImprimer cet article Emploi et Carrière Nouvelles technologies: Les profs sont out     Emploi et Carrière 5.450 ouvrières marocaines en Espagne


© 2001 L'économiste

Partager cet article

Commenter cet article