Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog d'education et de formation

Education non formelle Les propositions du Conseil supérieur

20 Octobre 2009 , Rédigé par mazagan Publié dans #مقالات واخبار

Education non formelle

Les propositions du Conseil supérieur
 
· 2015, échéance pour le rattrapage des enfants déscolarisés

· Dix ans pour combattre l’analphabétisme


Assurer l’accueil des élèves de l’éducation non formelle principalement dans les établissements scolaires, confier l’encadrement aux enseignants du primaire et du collégial, augmenter l’appui financier de l’Etat (actuellement de moins de 1.000 DH par an et par élève)… ce sont là les principaux ingrédients de la thérapie préconisée par le Conseil supérieur de l’enseignement (CSE) pour dynamiser le programme d’éducation non formelle.
Sollicité par le gouvernement pour donner son avis sur l’éducation non formelle et l’alphabétisation, le CSE est catégorique sur les différences entre ces deux programmes. Et donc une distinction institutionnelle et méthodologique s’avère nécessaire.
Pour lui, la dynamisation de l’éducation non formelle passe par la réalisation d’un recensement exhaustif des enfants non scolarisés comme préalable à l’élaboration d’une carte d’identification. Celle-ci devrait être constamment mise à jour, par sexe, âge et milieu et servir à la définition des espaces et des formes d’intervention. Le Conseil recommande la poursuite de la généralisation des programmes d’éducation non formelle à tous les enfants concernés, y compris ceux ayant des besoins spécifiques, et leur réinsertion dans les niveaux d’enseignement correspondants, ou dans des formations alternatives. Il revient aussi à la charge sur la nécessité d’éliminer les facteurs à l’origine de la non scolarisation et sur la garantie d’une place pédagogique à tous les enfants de 6 à 8 ans.
Le Conseil insiste aussi sur la nécessité d’assurer un rattrapage scolaire aux enfants âgés de 9 à 15 ans et leur réinsertion au sein du système d’enseignement. Pour éviter le décrochage, il préconise l’appui pédagogique aux enfants ayant des difficultés d’apprentissage et une aide sociale conditionnelle aux familles défavorisées.
Le Conseil fixe aussi 2015 comme échéance pour le rattrapage scolaire à tous les enfants en situation de déscolarisation. A long terme, il est favorable à l’intégration des programmes d’éducation non formelle de façon irréversible au sein du système éducatif.
Du côté de l’alphabétisation, le Conseil place la barre très haut. Il invite ainsi le gouvernement à déclarer 2010-2020 la décennie de la mobilisation pour l’éradication de l’analphabétisme. «L’objectif est de lancer un vaste programme national, élaboré sur la base d’une approche décentralisée et déconcentrée», écrit le CSE dans sa note au gouvernement. Cette stratégie devrait être fondée sur de nouveaux objectifs qualitatifs et quantitatifs mis en œuvre à un rythme accéléré, mais suivant une programmation réaliste. Les programmes d’alphabétisation devraient veiller au renforcement des acquis des bénéficiaires et à leur progression effective dans les niveaux d’apprentissage. Pour cela, deux étapes sont proposées: l’alphabétisation et l’acquisition des compétences de base en lecture, écriture et calcul, et la poursuite du processus d’apprentissage afin de prémunir les bénéficiaires contre un éventuel retour à la situation d’analphabétisme.


Une Agence nationale d’alphabétisation


POUR le Conseil supérieur de l’enseignement, le principe contenu dans la déclaration du gouvernement devant le Parlement en octobre 2007 de créer une Agence nationale d’alphabétisation est de nature à insuffler une nouvelle dynamique au secteur. Pour cela, des conditions optimales de gestion et de gouvernance doivent être assurées. Ce qui passe par des programmes efficients, la simulation de la demande et l’encouragement à l’assiduité ainsi que la mobilisation constante de la société et le partage des responsabilités.

Khadija MASMOUDI  http://www.leconomiste.com/

 
Envoyer à un amiImprimer cet article Education non formelle Seul 1 enfant sur 10 inséré en 10 ans!     Conjoncture La balance des paiements respire… un peu

Partager cet article

Commenter cet article