Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog d'education et de formation

Des élèves français inhibés par la peur de se tromper

12 Septembre 2010 , Rédigé par mazagan Publié dans #مقالات واخبار

Des élèves français inhibés par la peur de se tromper



Le système de notation, qui sanctionne l’erreur plutôt que de valoriser les progrès, est très contesté

« Si tu ne sais pas, mieux vaut te taire. » Pour Carole Diamant, qui fut professeur de philosophie dans un lycée de Seine-Saint-Denis durant quinze ans (1), voilà le message que l’on assène aux élèves durant toute leur scolarité. « Il n’y a qu’une exception, poursuit-elle : quand on leur dit de ne pas rendre copie blanche au bac. »

« Mais pour le reste, le savoir du professeur est inscrit dans le marbre, l’élève doit l’acquérir, sans être encouragé à réfléchir par lui-même », regrette l’enseignante, pour qui cette approche « génère beaucoup d’inhibitions, car les élèves n’osent pas participer de peur de se tromper ».

Un sentiment confirmé par les données tirées des enquêtes Pisa, menées tous les trois ans auprès d’élèves de 15 ans des pays de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE, 31 pays membres). « Dans l’enquête de 2000, on s’est aperçus que les élèves français répondaient moins que les autres aux questions ouvertes », souligne ainsi Éric Charbonnier, chargé des questions d’éducation au sein de l’organisation.

« Le système de notation sanctionne l’erreur »

« En gros, s’ils ne savent pas, ils ne prennent pas le risque de répondre », constate l’expert, pour qui l’erreur fait pourtant partie du processus d’apprentissage : « Se tromper aide à progresser », note-t-il. « Le problème, c’est qu’en France, le système de notation sert à la sélection et sanctionne l’erreur plutôt qu’il ne valorise les progrès de l’enfant. Du coup, certains élèves perdent confiance en eux, sont plus timorés, voire décrochent. »

En contrepoint, Éric Charbonnier cite le système éducatif belge flamand, où la notation a pour but d’encourager les élèves et focalise sur leurs points forts. Mais aussi des pays comme la Finlande, où il n’y a pas de notation avant l’adolescence. « L’approche y est tout à fait différente. Là-bas, on ne redouble pas et l’on travaille en petits groupes de même niveau. Il est alors plus facile de corriger les erreurs et de s’améliorer. »

Autre élément révélateur, tiré de l’enquête Pisa de 2003 : l’angoisse dont témoignent les petits Français face aux mathématiques. En France, 53 % des jeunes interrogés se disent « très tendus » lorsqu’ils ont à rendre un devoir de maths contre seulement 29 % pour la moyenne des pays de l’OCDE (et moins de 7 % en Finlande !). De même, 75 % des élèves français craignent d’avoir de mauvaises notes dans cette matière, contre 59 % dans l’OCDE.

À cet égard, Éric Charbonnier relève que si les mathématiques sont particulièrement anxiogènes, les sciences, elles, sont appréciées des jeunes Français qui y trouvent du plaisir. « Il faut s’en inspirer, estime le spécialiste, car les sciences, justement, valorisent l’expérimentation, le tâtonnement et le travail collectif, où l’on assume les erreurs à plusieurs. »

Tirer parti de l'erreur

Comment, dès lors, réhabiliter l’erreur dans notre système éducatif ? Pour Éric Charbonnier, cela passe par la formation des professeurs, afin de mettre davantage en avant le plaisir d’apprendre et de minimiser la note sanction.

Carole Diamant, de son côté, qui fut partie prenante de l’ouverture de Sciences-Po aux zones d’éducation prioritaire (ZEP), explique qu’« enlever des points là où c’est faux, plutôt que d’en ajouter là où c’est bon, tue l’intelligence de l’élève ». En outre, elle estime que l’enseignant ne doit pas seulement constater mais « comprendre » l’erreur de son élève « pour pouvoir en tirer parti ».

Marine LAMOUREUX

(1) Auteur de l’ouvrage École, terrain miné, Éd. Liana Levi, 2005, 121 p., 7 €.
http://www.la-croix.com/article/index.jsp?docId=2433260&rubId=55350&utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%3A+actumathspourfeed+%28Actumaths%29

Partager cet article

Commenter cet article