Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog d'education et de formation

Bac: La désaffection pour les sciences humaines se confirme

7 Juin 2010 , Rédigé par mazagan Publié dans #مقالات واخبار

Bac: La désaffection pour les sciences humaines se confirme
 
· 335.680 élèves pour l’édition 2010

· La plus forte progression pour la filière mathématique


Lettres, sciences humaines, sciences expérimentales, sciences mathématiques… toutes filières confondues, 335.680 candidats sont inscrits pour l’édition 2010 du baccalauréat. Ce chiffre s’inscrit en hausse de 6,32% par rapport à 2009, où 315.718 prétendants ont été enregistrés. Plus des trois quarts (77%) des candidats proviennent de lycées publics, 19% passent le bac libre et 4% sont issus de l’enseignement privé.
L’augmentation globale cache des évolutions contrastées entre les pôles scientifique et littéraire. En effet, deux tendances lourdes se dégagent. Le pôle des lettres et de l’enseignement originel est de moins en moins attractif, contrairement au pôle scientifique et technique qui attire de plus en plus d’étudiants.
Les chiffres du Ministère de l’éducation nationale sont clairs: -1,84% de candidats pour l’ensemble des filières littéraires, contre +13,42% enregistrés par les filières scientifiques techniques. La désaffection des lycéens pour les filières littéraires a été particulièrement prononcée quant aux sciences humaines qui, à elles seules, ont perdu près de 4.600 candidats en 2010 soit -7,2% relativement à 2009, mais reste néanmoins en troisième position en termes d’effectifs (59.500), après les filières sciences expérimentales SVT (97.800) et lettres modernes (79.400).
Parallèlement, le regain d’intérêt pour les filières scientifiques et techniques est frappant. Avec près de 12.600 candidats supplémentaires, la branche Sciences Ex. Physique-chimie a connu l’augmentation la plus importante en effectifs, soit plus de 28% additionnels par rapport à 2009. En pourcentage, l’évolution la plus rapide a concerné les Sciences Maths «B» avec près de 37% en plus.
Une tendance qui résulterait d’une prise de conscience des étudiants et des parents. En effet, ceux-ci prennent de plus en plus en considération les débouchés potentiels de la filière choisie, au détriment quelques fois de la vocation et des préférences intrinsèques. Aussi, le marché du travail donne jusque là raison à cette tendance. Puisqu’en effet, avec les orientations stratégiques sectorielles nationales, l’offre d’emplois est de plus en plus dominée par les métiers à caractère scientifique et technique. Ingénieurs et techniciens supérieurs de toutes spécialités ont en effet la cote sur le marché de l’emploi. «Ces évolutions sont en phase avec les grands plans sectoriels», confirme Mohamed Sassi, directeur central des examens au Ministère de l’éducation nationale.

Othmane ZAKARIA
 
Envoyer à un amiImprimer cet article     Examens du Bac La dématérialisation du processus pour 2011


  L'économiste -

Partager cet article

Commenter cet article