Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog d'education et de formation

Arkoun: Hommage au doyen de la pensée islamique

16 Septembre 2010 , Rédigé par mazagan Publié dans #مقالات واخبار

Arkoun: Hommage au doyen de la pensée islamique
 
· Brillant parcours pour ce grand chercheur qui s’est éteint avant-hier

· Il a été chroniqueur pour L’Economiste et Radio Atlantic


LE Franco-algérien Mohammed Arkoun, intellectuel, philosophe et grande figure de l’islamologie, est décédé avant-hier mardi à Paris, à l’âge de 82 ans. Il sera prochainement inhumé à Casablanca. Un hommage lui sera rendu le 27 septembre à l’institut du Monde arabe à Paris.
Cet historien de l’islam marquera l’histoire de la pensée. Il figure parmi les professeurs les plus influents dans l’étude islamique contemporaine et faisait de la recherche à l’Institut d’études ismaéliennes. Il a été chroniqueur pour L’Economiste et Atlantic Radio.
Ce professeur émérite d’histoire de la pensée islamique à la Sorbonne enseignait l’«islamologie appliquée». Une discipline qu’il a développée dans diverses universités européennes et américaines.
Dans sa pensée, il plaide pour l’identification systématique et la destruction des préjugés et des stéréotypes négatifs, parfois très anciens, qui ont cours de part et d’autre. Selon lui, l’Occident n’est pas plus l’incarnation du démon matérialiste, immoral et athée, que l’Islam n’est réductible au fondamentalisme intégriste, terreau du terrorisme et incompatible avec la démocratie et la modernité.
Mohammed Arkoun entretient un dialogue étroit avec le christianisme et le judaïsme. Il a coécrit des ouvrages avec des intellectuels des deux confessions.
Arkoun a beaucoup réfléchi sur la laïcité, valeur qu’il défend, y compris pour le monde musulman, mais dans le cadre de la nécéssité qu’il rappelle, de devoir prendre en compte les spécificités de cette culture dans son histoire. Son plaidoyer pour la laïcité n’est pas dépourvu d’une critique envers celle-ci, du fait des formes particulières qu’elle a empruntées dans l’histoire et les contradictions qu’elle a aussi engendrées, qu’il voudrait voir dépassées, et qui se résument selon lui, à une incompréhension de l’autre culture. Néanmoins, ces réserves exprimées, Mohammed Arkoun pense que, pour sauver le monde musulman de ses démons et le sortir de ses impasses, il est essentiel que l’islam accède à la modernité, politique et culturelle.
Mohammed Arkoun est né en 1928 à Taourit-Mimoun, petit village de Kabylie, dans un milieu très modeste. Il a fait ses études primaires dans son village natal, puis secondaires à Oran chez les Pères Blancs.
Il a étudié la philosophie à la faculté de littérature de l’université d’Alger puis à la Sorbonne à Paris. Il a obtenu ensuite une agrégation en langue et en littérature arabes en 1956 avant de décrocher son doctorat de philosophie en 1968. Il a été directeur scientifique de la revue Arabica, dont il a contribué à la grande réputation.
Mohammed Arkoun a enseigné comme professeur à la faculté des lettres et sciences humaines de Strasbourg, au lycée Voltaire de Paris, comme maître-assistant à la Sorbonne, comme professeur associé à l’université de Lyon II, puis en tant que professeur à l’université Paris VIII et à la Sorbonne.
Il a été membre du Wissenschaftskolleg de Berlin et de l’Institute for Advanced Studies de Princeton, dans l’État du New Jersey aux États-Unis, comme professeur affilié de l’université de Californie à Los Angeles, du Temple University, de l’université de Louvain-la-Neuve en Belgique, de l’université Princeton, du Pontifical Institute of Arabic Studies à Rome et à l’Université d’Amsterdam. Il a dispensé de nombreux cours et conférences à travers le monde.
Mohammed Arkoun a été membre du Comité directeur puis du Jury du Prix Aga Khan d’architecture, du Jury international du Prix UNESCO de l’éducation pour la paix, et du Conseil scientifique du Centre international des sciences de l’homme de Byblos.
Il a été fait en juillet 1996 officier de la Légion d’honneur, puis officier des Palmes académiques. L’université d’Exeter du Royaume-Uni lui a attribué ensuite le titre de docteur honoris causa. En 2001, Mohammed Arkoun était invité à donner les «conférences de Gifford» à l’université d’Édimbourg, qu’il intitule «Inauguration d’une critique de la raison islamique». En 2002, il a reçu le 17e «Giorgio Levi Della Vida Award » pour l’ensemble de ses contributions dans le domaine de l’étude islamique. En 2003, il a reçu le Prix Ibn-Rushd.
Il est l’auteur de très nombreux ouvrages dont «La Pensée arabe», «Lectures du Coran», «Penser l’islam aujourd’hui» ou encore «The Unthought in Contemporary Islamic Thought». Ses travaux sont publiés dans de nombreux journaux universitaires et sont traduits en plusieurs langues.

Nadia BELKHAYAT
 
Envoyer à un amiImprimer cet article Courrier des Lecteurs      


© 2001 L'économiste - Réalisation : Lnet Multimedia

Partager cet article

Commenter cet article