Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog d'education et de formation

DISTINCTION ENTRE PEDAGOGIE ET DIDACTIQUE :

24 Mai 2009 , Rédigé par mazagan Publié dans #علوم التربية

PEDAGOGIE
DISTINCTION ENTRE PEDAGOGIE ET DIDACTIQUE :
Didactique :
Transposition didactique : reformulation du savoir-savant en vue d’une transmission en fonction du niveau des
élèves.
Didactique d’une discipline :
Se base sur une discipline : transmission d’un savoir savant.
Est fonction d’un niveau.
S’intéresse aux problématiques, difficultés des élèves.
Permet de rendre enseignable ce qui pose problème.
Didactique générale ou transdisciplinaire : réflexion sur l’enseignement général des disciplines et la
transdisciplinarité. Les questions concernent :
La transposition.
Les niveaux de formulation. Eléments caractéristiques
La notion d’obstacle. de tous les apprentissages.
La notion d’erreur.
Didactique : renvoie à des questions d’apprentissage disciplinaire.
Pédagogie :
Niveau pédagogique : niveau le plus vaste englobant le niveau didactique.
Pédagogie : savoir enseigner, cadre et méthodes de l’enseignement :
Conception du métier.
Conception de l’autorité.
Conception des relations maître/élèves.
Conception des relations élèves/élèves.
Conception de l’organisation de la classe.
Pédagogie : art de conduire la classe, organisation de la classe, technique et non science.
Les 2 grands domaines de la pédagogie :
Doctrines pédagogiques : théorie sur l’enseignement et l’éducation. Rousseau, Decroly, Montessori,
Freinet = global, philosophie de l’éducation.
Méthodes pédagogiques : outils, techniques, mise en acte des doctrines, organisation.
Triangle pédagogique :
Toute situation d’enseignement suppose ce type de relation. Savoir
Suivant les conceptions pédagogiques un sommet est mis en évidence. Professeur Elève
Enseigner :
Le professeur possède le savoir et le transmet. Savoir
Conception traditionnelle qui ne s’occupe pas
des processus d’apprentissage spécifique des élèves. Professeur Elève
Apprendre :
Création par le professeur de conditions favorisant Savoir
les relations élève/savoir. Il ne s’agit pas d’une transmission
pure et simple car les élèves vont intégrer par eux-même le savoir. Professeur Elève
Former :
Le professeur privilégie le côté individuel de l’élève. et Savoir
ne le considère plus comme un sujet apprenant.
Professeur Elève
Domaine de la pédagogie
Savoir Professeur
axe des objectifs axe des maîtres
Domaine de l’instruction Domaine de l’éducation
Elèves
axe des sujets
LES PEDAGOGIES MODERNES :
Description :
Caractéristiques :
Courant qui date de la Renaissance.
Opposition entre pédagogie moderne et classique trop tranchée.
Existence de différentes variantes de la pédagogie moderne.
Instructions officielles : esprit de la pédagogie moderne et de la pédagogie Freinet.
Pédagogies traditionnelles : se définissent par :
Le verbalisme : oralisation du cours par le maître.
L’autoritarisme : conformité des élèves à l’ordre scolaire et au maître.
Principes des pédagogies modernes :
Conception nouvelle de l’enfance :enfant = bonne nature = potentialités à développer.
Centration sur l’enfant : intérêts de l’enfant, savoir=maître=ajustement à l’élève.
Prise en compte de la liberté de l’élève.
Critique de l’école caserne : prise en compte du désir de l’enfant et du corps de l’enfant.
Dimension utopique : idée que l’éducation contribue à produire un être nouveau qui serait la condition du
changement social.
Principales idées des doctrines pédagogiques modernes :
Nécessité de développer la motivation : motivation nécessaire à l’apprentissage.
Développer des activités réelles : sens pour l’enfant et non pas seulement sens scolaire.
S’appuyer sur la réalité de la vie de l’élève : s’intéresser à l’enfant qui est derrière l’élève.
S’appuyer sur l’expérience : travailler sur le réel, ouverture de l’école, Freinet.
Privilège accorder à l’induction : partir du particulier pour aboutir à une loi (¹déduction= classique)
Quelques grands pédagogues modernes :
ROUSSEAU :
Les 4 idées fondamentales de l’enfant et de l’éducation :
Notion de perfectibilité : l’homme n’est rien par naissance, il devient ce qu’il est grâce à l’éducation.
L’enfant est l’homme naturel. L’humanité a développé de l’inégalité, l’Education doit jouer un rôle pour
améliorer l’humanité.
Spécificité de l’enfant : l’enfant n’est pas un adulte en miniature, rupture psychique entre enfant/adulte.
Importance du milieu naturel : leçons de l’expérience et non leçons verbales.
Notion d’éducation naturelle :
Prendre le temps.
Importance de l’éducation dans la construction de la personnalité de l’enfant.
Institution du désir de savoir chez l’enfant.
Méthode naturelle de l’apprentissage de la lecture de Freinet : apprentissage à partir du besoin.
MONTESSORI (1870-1952) :
Les 4 axes majeurs :
Influence d’Itard et de Seguin : rôle de l’éducation comme processus d’humanisation, rapport
nature/culture (enfant sauvage/arriéré). Etablissement d’un rapport entre anormal/normal, entre les enfants qui
n’ont pas su se développer et ceux qui n’ont pas eu encore le temps de se développer.
Aider le développement naturel de l’enfant : création d’un environnement adapté (maison des
enfants=classe maternelle spécialisée=adaptée aux possibilités des enfants).
Méthode Montessori :
Importance de l’hygiène.
Exercices de silence : contrôle par lui même de l’enfant.
Importance du développement de la motricité et des sens.
Mobilier adapté aux enfants et introduction d’un matériel pédagogique.
Influence sur la pédagogie des classes maternelles : conceptions et pratiques.
DECROLY :
Idées principales :
L’école pour la vie et par la vie.
Prise en compte globale de l’enfant : articuler le développement physique et psychique.
Les grands principes pédagogiques : articulation des :
Activités physiques.
Education intellectuelle : exploiter les centres d’intérêt liés aux besoins de l’enfant.
Education morale : communauté éducative, responsabilité (métiers de Freinet).
Les besoins de l’enfant :
Alimentation.
Protections contre les agressions naturelles.
Défense.
Travail (repos et jeu).
Les méthodes actives :
Importance de l’observation : sens, passage du concret à l’abstrait, exprimer les idées.
Idée de globalité : éviter l’analyse et le fractionnement (méthode globale de lecture).
Idée de classe atelier.
Idée d’ouverture sur la nature.
FREINET :
Les aspects théoriques :
Importance du travail : lien entre travail scolaire/travail de la vie active, conception du travail réel.
Méthode naturelle : activités scolaires=prolongement d’activités naturelles, enfant actif, travail par intérêt
Tâtonnement expérimental : faire soi-même pour apprendre, changement de la notion d’erreur=positif.
Principes pédagogiques :
Personnalisation du travail : plan de travail, chantier, travaux collectifs/individuels, réunion
coopérative, bilan journalier/hebdomadaire.
Matérialisme : réduire l’écart entre l’école et la vie, travail direct sur les choses et utilisation des
techniques, invention de la bibliothèque de travail.
Vie coopérative : organisation démocratique de la classe, conseil coopératif, rendre les relations de
la classe transparentes, moment de libre parole, droit de véto du maître..
OURY :
Pédagogie institutionnelle : reprenant les idées de Freinet.
Psychanalyse.
Psychologie de groupe : autorité et prise de pouvoir.
Institution : ensemble des règles déterminant ce qui se fait et ce qui ne se fait pas.
Univers symbolique Réel
langage dans lequel il n’y a pas de noms
ce qui nomme les choses symboliques ce qui existe
Langage : signification en dehors de nous, que l’on accepte car il s’impose à nous donc il fait office de loi.
Tout d’abord l’enfant se voit dans l’imaginaire : avant de se vivre en « je », il se vit comme une
excroissance de sa mère, comme un objet du désir de sa mère. L’univers du langage (de la loi), par le nom du père
(appellation) va mettre de l’ordre et permettre de faire la distinction.
Dans la classe, il y des problèmes quand la relation maître/élèves est analogue aux relations imaginaires
entre parents/enfants. Pour éviter cette situation, il faut mettre en place des institutions, des coins dans la classe,
qui ont une signification différente : loi et règle de la classe valables pour tout le monde (dépassement du principe
plaisir). L’institution permet d’éloigner les relations binaires maître/enfant.
Les lois imposées à l’école par la société (interdits d’inceste, de violence et obligation de travail) ne
peuvent être remises en cause ni par l’enseignant, ni par les élèves. L’enseignant doit les transcrire en langage
compréhensible par les enfants et les afficher dans la classe.
Remarques sur les doctrines pédagogiques modernes :
Elles partagent toutes un certain naturalisme : il ne faut pas trop intervenir, il faut laisser venir.
Elles partagent toutes un certain optimisme.
Visio
n positive de l’enfant : l’enfant est naturellement bon.
Evacuation des conflits et de la violence : retrait de l’agressivité des enfants.
Evacuation de la dimension psycho-affective de la classe : ignorance de l’inconscience et des phénomènes
de groupe dans la classe.

Partager cet article

Commenter cet article