Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog d'education et de formation

Guide pédagogique destiné aux enseignants de la langue française/Pratique1/3

15 Mai 2009 , Rédigé par mazagan Publié dans #METHODOLOGIE DU FRANCAIS

Guide pédagogique destiné aux enseignants de la langue française
Institut National de Formation du Personnels de l'Education
84
Chapitre III : Pratique
– Exemples d’activités :
Compréhension de l’écrit
Les baleines
Connais-tu les baleines ?
Ce ne sont pas des poissons même si elles leur ressemblent. Les poissons
respirent dans l’eau, les baleines remontent à la surface pour respirer l’air. Mais
elles vivent toujours dans la mer et ne viennent jamais à terre.
Les baleines sont si grandes que les hommes autrefois en avaient peur.
Pourtant, les baleines ne mangent pas les hommes.
Elles forment le groupe des cétacés. Ce sont des mammifères. Elles n’ont
pas de dents mais des fanons qui leur permettent de filtrer la nourriture.
Les autres cétacés ont tous des dents. Il y en a de très grands comme les
cachalots, de plus petits comme les dauphins. Enfin, la baleine est un énorme
animal qui pèse environ 150 tonnes et mesure plus d’une vingtaine de mètres.
Patrick Geistdoerfer, Grands animaux sous la mer,
Coll. Découverte Benjamin, Ed. Gallimard
Guide pédagogique destiné aux enseignants de la langue française
Institut National de Formation du Personnels de l'Education
85
Fiche pédagogique
Niveau : 6e AF
Thème : Les mammifère maris et terrestres
Activité : Compréhension de l’écrit
Texte-support : Les baleines
Objectifs :
• Lire et comprendre un texte informatif
• Sensibiliser les apprenants au thème : Les mammifères
• Entraîner les apprenants à repérer les informations essentielles dans un texte
• Entraîner les apprenants à relever des indices porteurs de sens dans un texte
• Entraîner les apprenants à la prise de notes
Enseignant Apprenants Observations
1 – Imprégnation
Image du texte
Privilégier l’expression spontanée
(si nécessaire poser les questions suivantes).
Observez le texte que vous avez sous les yeux
et dites ce que vous voyez.
Faire ressortir :
• Le titre
• La gravure
• La présentation du texte
• Les références bibliographiques
Emission des hypothèses de sens :
Selon vous de quoi parle le texte ?
Lecture silencieuse (avec consigne).
Lisez silencieusement le texte en essayant de
répondre à la question suivante :
Pourquoi les mammifères marins ne sont-ils
pas des poissons ?
II – Exploitation du texte
Questions de contrôle de compréhension
Quel est le type de la 1re phrase du texte ?
Donc de quoi va parler le texte ?
Combien mesure la baleine ?
Quel est son poids ?
A-t-elle des dents ?
Qu’a-t-elle alors ?
Parce qu’ils respirent à
la surface de l’eau. Ils
respirent de l’oxygène
puisqu’ils ont des
poumons comme
l’Homme.
C’est une phrase
Accepter toutes les
réponses produites
par les apprenants :
porter au tableau 3 à
4 hypothèses.
Répondre à la
question
immédiatement
après la lecture
silencieuse.
« Connais-tu les
baleines ? »
Porter au tableau
toutes les
Guide pédagogique destiné aux enseignants de la langue française
Institut National de Formation du Personnels de l'Education
86
De quelles familles est la baleine ?
interrogative ?
Des baleines – animal
marin –
150 tonnes
Non
Des fanons (demander
aux apprenants de
chercher la signification
de ce terme dans leurs
dictionnaires).
C’est un mammifère.
C’est un cétacé.
caractéristiques
physiques de la
baleine.
Chercher leur
signification dans les
dictionnaires et
donner d’autres
exemples (les porter
au tableau).
Vérification des hypothèses de sens : ne laisser au tableau que celles qui se
rapportent au texte.
Trace écrite :
Barre la mauvaise réponse
des poissons
a – Les baleines sont des mammifères
b – Réponds aux questions suivantes
- Les baleines sont-elles dangereuses ?
- Comment respirent-elles ?
Lexique
Objectifs de la séance
Enrichir le lexique des apprenants
- Les mammifères
- La famille animale
- Animaux marins, terrestres, carnivores, herbivores
Texte support
La baleine et le souriceau
Amos le souriceau tombe de son bateau et se trouve au milieu de l’océan.
Que va-t-il lui arriver ? Va-t-il se noyer ?
Comme il se posait ces affreuses questions, il vit une énorme tête jaillir à
la surface de l’eau et surgir au-dessus de lui. C’était une baleine.
« Quelle sorte de poisson es-tu donc ? demanda la baleine. Tu dois être une
espèce unique !
- Je ne suis pas un poisson, dit Amos. Je suis une souris, qui est un mammifère,
la forme supérieure de la vie. Je vis sur terre.
Guide pédagogique destiné aux enseignants de la langue française
Institut National de Formation du Personnels de l'Education
87
- Nom d’une palourde et d’une seiche ! dit la baleine. Je suis aussi
un mammifère, bien que je vive dans la mer. Appelle-moi Boris… ».
Wiliam Steig, Amos et Boris, Ed. Flammarion
1 - Compréhension du texte
Lecture silencieuse
Fait ressortir : mammifère marin, mammifère terrestre.
Enseignant Apprenants
- Qui est Amos ?
- Que lui est-il arrivé ?
- Que rencontre-t-il ?
- Comment réagit-elle ?
- Et que lui répond Amos ?
- Que lui dit alors la baleine ?
- Qu’est-ce qu’un mammifère ?
- Citez quelques animaux terrestres et marins que
vous connaissez.
- Un souriceau
- Il est tombé de son bateau et s’est
retrouvé dans l’eau.
- Une baleine
- Etonnée, surprise.
- Je ne suis pas un poisson. Je suis un
mammifère. Je vis sur terre.
- Je suis un mammifère. Je vis dans la
mer.
- Un mammifère est un animal qui
allaite ses petits.
II – La leçon proprement dite
1 -
- Est-ce que le chat allaite ses petits ? Oui
- Quelle est donc la femelle du chat ? La chatte
- Comment appelle-t-on ses petits ? Les chatons
- Le chat, la chatte, les chatons forment une famille animale.
a- Retrouvez les familles animales suivantes : aide-toi du dictionnaire.
Le lion, le cheval, le mouton
b – De quoi se nourrissent-ils ?
Les carnivores se nourrissent de viande.
Les herbivores se nourrissent d’herbes, de plantes.
c – Citez d’autres animaux carnivores et herbivores. (Les porter au tableau).
d – Complète le tableau suivant :
Guide pédagogique destiné aux enseignants de la langue française
Institut National de Formation du Personnels de l'Education
88
Trace écrite
Les animaux Marins Terrestres
Le requin
La tortue
Le chien
Le phoque
Le cerf
Le dauphin
Le cachalot
2 –
a – Coche les réponses justes
Le dauphin est un mammifère marin
terrestre
La chèvre est un mammifère carnivore
herbivore
b – Réponds par vrai ou faux
La poule est un mammifère
3 – Colorie d’une même couleur chacune des trois familles animales suivantes :
Le boeuf - la baleine - le chien – le chaton – le chiot – le veau – la chèvre
La vache – la chienne – le cerf – le bouc – le chevreau – baleineau –
4 – Mets une croix dans la case qui convient
Les animaux Mammifère Carnivore Herbivore Domestique Sauvage Marin Terrestre
Le lion
Le phoque
Le mouton
La tortue
Le
dinosaure
La vache
La poule
Exercices supplémentaires
On peut définir un animal par :
- ses caractéristiques physiques (le corps, la tête, la queue, un bec, une
trompe…)
- son habitat (il vit dans l’eau, dans le désert…)
- sa nourriture (il mange des insectes, de la viande, de l’herbe…)
- son mode de vie (il vit seul, en groupe…)
- son mode de reproduction (c’est un mammifère, il pond des oeufs… - c’est un
ovipare)
- autres
Guide pédagogique destiné aux enseignants de la langue française
Institut National de Formation du Personnels de l'Education
89
Exemple
C’est un animal qui vit dans le désert. Il peut rester plusieurs jours sans
boire. Il vit souvent en groupe. Il a deux bosses.
Syntaxe
Objectifs de la séance
La phrase interrogative et la phrase exclamative
Texte-support
Cocorico
Le matin dès le lever du jour, le coq orgueilleux lance un appel retentissant :
- « Regardez-moi ! Ne suis-je pas beau ?
- Comme il est fier ! dit Cotcodette.
- Qu’il est majestueux ! dit encore Cotcodette.
- Mais pourquoi se pavane-t-il ainsi ? pense le faisan. Ne suis-je pas plus joli
que lui ?
- Quel prétentieux ! s’écrit le paon. Il ne sait pas faire la roue et voudrait être le
chef de la basse-cour… ».
Maurice Carême
Rappel des acquis (la ponctuation)
1 - L’interrogation
a – Identification
- Quels sont les signes de ponctuation présents dans le texte ? (- ? ! …)
- Observez la phrase : « Regardez-moi ! Ne suis-je pas beau ? »
- Qui parle ? C’est le coq.
Faire remarquer le point d’interrogation.
- Comment appelle-t-on cette phrase ? Phrase interrogative.
- Demander aux apprenants de souligner les autres phrases interrogatives du
texte.
b – Comment poser une question ?
- Que remarquez-vous dans la première question du texte ?
- Où est placé le sujet de la phrase ? Où est placé le verbe de la phase ?
- Peut-on poser la même question autrement ?
- Est-ce que je suis beau ?
- Je suis beau ?
- Suis-je beau ?
- Que remarquez-vous donc ?
- Je peux poser une question de différentes manières.
2 – L’exclamation
a – Identification
- Que dit Cotcodette ? Comme il est fier !
Guide pédagogique destiné aux enseignants de la langue française
Institut National de Formation du Personnels de l'Education
90
- Est-ce une question ? Non
b - Expliquer :
La phrase marque un étonnement.
Souligner les autres phrases se terminant par le même signe de ponctuation.
- Regardez-moi !
- Qu’il est majestueux !
- Qu’il est prétentieux !
Pour chacune d’elles, essayer de voir ce qu’elles marquent.
La phrase exclamative marque : la joie, la colère, la surprise, l’étonnement, la
peur. Elle se termine par un point d’exclamation.
Exercices
1 – Ecris les phrases dans la colonne qui convient
Quel beau chat !
Que mange le chien ?
Où se cache le lapin ?
Comme ce chameau est résistant !
Phrases interrogatives Phrases exclamatives
2 – Dans les phrases suivantes, mets un point d’interrogation ( ?) ou un point
d’exclamation ( !)
Le dromadaire a-t-il une bosse
Oh le joli poussin
Pourquoi paille-t-il
Quel joli petit chiot
3 – Transforme les phrases suivantes en phrases interrogatives
Le requin est méchant.
Les poissons vivent dans la mer.
L coq se lève de bonne heure.
4 – Construis deux phrases personnelles l’une interrogative et l’autre exclamative.
Conjugaison
Objectif : Acquisition du verbe aller au présent
Texte-support :
« - Loup, où t’en vas-tu ?
- Je vais à la rencontre du petit chaperon rouge, et voilà Monsieur loup qui
dédale.
- Il va vite. Il peut arriver le premier.
C’est alors que la petite fille et le loup rencontrent un chasseur qui leur dit :
Guide pédagogique destiné aux enseignants de la langue française
Institut National de Formation du Personnels de l'Education
91
- Où allez-vous ?
- Nous allons voir grand-mère ».
Ils discutent un petit moment puis ils vont chacun de leur côté pour retrouver
la grand-mère.
J. J. Brisebarre
Déroulement de la leçon
Révision des acquis précédents
Lecture silencieuse
Identification des verbes à partir de questions
- Où va le loup ?
- Souligne dans la phrase le verbe qui le montre.
- Que veut le loup ?
- Que fait-il ?
- Va-t-il vite ?
- Souligne le verbe.
- Que rencontrent le loup et la petite fille ?
- Que leur demande-t-il ? Souligne le verbe.
- Que leur répondent-ils ? Souligne le verbe ?
- Est-ce qu’ils vont ensemble ? Souligne le verbe.
- Quel est l’infinitif des verbes soulignés ?
- A quel temps est-il conjugué ?
- Se conjugue-t-il de la même manière avec toutes les personnes ?
- A-t-il le même radical ?
- Relevez les terminaisons.
- C’est un verbe irrégulier.
Exercices :
1 – Relie ce qui va ensemble.
Je vas cueillir des champignons.
Nous vais en forêt.
Tu vont se cacher sous les arbres.
Il va plus vite que moi.
Elles allons à la fête.
2 – Recopie avec le pronom qui convient
…… vais me promener.
…… allons au cinéma.
…… vont au gymnase.
…… va bien.
3 – Complète les phrases suivantes.
Aujourd’hui, je vais au cirque.
Guide pédagogique destiné aux enseignants de la langue française
Institut National de Formation du Personnels de l'Education
92
………….., nous………….
Tu vas voir les marionnettes.
Vous……………………..
Elle va à la pêche.
Elles……………
Orthographe
Objectif : Les homonymes et/est
Texte-support :
Pourquoi la mer est-elle salée ?
L’eau des rivières n’est pas du tout salée : c’est de « l’eau douce »
pourtant, la mer, elle est salée.
Pourquoi ?
En réalité, l’eau des rivières apporte à la mer ce qu’il faut fabriquer du sel.
Elle le prend à la terre et aux roches sur lesquelles elle coule.
Voilà pourquoi, finalement, l’eau de mer est salée.
Pierre Avérous, De la montagne à la mer, Ed. Hachette
Révision des acquis précédents.
Lecture silencieuse
- Comment est l’eau de mer ?
- D’où prend-elle le sel ?
- Est-ce que l’eau des rivières est salée ?
- Souligne le verbe de chacune des deux phrases.
- Quel est son infinitif ?
- A quel temps est-il employé ?
- Avec quelle personne ?
- Donc nous pouvons le remplacer par « était ».
- La mer prend où son sel ? (à la terre et à la mer)
- Pouvons-nous remplacer et par était ?
- Quel est le rôle de « et » dans la phrase ?
- Je peux le remplacer par une virgule ou par « et puis ».
Expliquer avec des exemples
Il relie deux mots de même nature : noms, adjectifs, verbes, compléments, phrases
(propositions).
Exercices :
1 – Complète par et ou est
En été, le ciel…… bleu, l’ai chaud …… sec.
La mer…… souvent calme……agréable.
Guide pédagogique destiné aux enseignants de la langue française
Institut National de Formation du Personnels de l'Education
93
La nuit ……claire …… étoilée.
2 – Ecris les phrases suivantes au singulier.
Les vagues sont immenses et dangereuses.
Les oiseaux sont affolés et crient au-dessus de la mer.
Les nuages sont menaçants.
Les algues sont gluantes et glissantes.
3 – Complète par et ou est.
Tout ce désordre fait de la peine à crevette grise. Elle veut que la mer qui …… sa
maison soit toujours bien propre…… bien rangée. Alors elle s’active au ménage
sans arrêt. Il y a tant à faire.
La mer …… si grande …… la crevette grise…… si petite. Voilà pourquoi
elle…… se fatigue. C’…… qu’elle se fatigue. Elle …… toujours dans le
nettoyage.
4 – Ecris une phrase dans laquelle tu emploieras et/est.
Expression écrite
Sujets au choix :
1 – Imaginer un dialogue entre un mammifère marin et un mammifère terrestre.
2 – Imaginer la suite du dialogue entre le souriceau et la baleine.
Démarche méthodologique
Opter soit pour une production collective soit pour une production
individuelle.
Pour pouvoir apprendre aux élèves la manière dont il faut rédiger un sujet
d’expression écrite, il est conseillé de privilégier durant le 1er trimestre de l’année
scolaire, la production collective. Les 2e et le 3e trimestres, opter pour une
production individuelle tout en veillant à ce que les apprenants adoptent le même
travail que celui fait collectivement (stratégies d’écriture).
Une autre démarche méthodologique peut en effet être adoptée pour cette
activité, c’est celle où l’on propose à l’apprenant deux sujets similaires, comme
c’est le cas dans cette unité, le 1er sujet peut être traité collectivement et le 2e sera
traité individuellement. Cependant, nous estimons que cette manière de faire ne
favorise pas l’autonomie de l’apprenant et il faut à un moment donné encourager
le travail individuel de l’élève le réparant ainsi aux différents examens qu’il aura à
affronter durant son cursus scolaire.
Ainsi, nous allons, dans ce présent travail, proposer deux manières de
mener cette activité, la première ce sera une production collective et la deuxième
une production individuelle.
1er sujet :
Imaginer un dialogue entre un mammifère marin et un mammifère terrestre.
Lecture silencieuse du sujet.
Guide pédagogique destiné aux enseignants de la langue française
Institut National de Formation du Personnels de l'Education
94
Exploitation collective du sujet.
Enseignant Apprenants Observations
- Que demandons-nous de faire ?
- Quels sont les deux
interlocuteurs du dialogue ?
- Qui peut me donner la
signification du terme
« mammifère » ?
- De quels mammifère faut-il
parler ?
- Qu’entendez-vous dans marin ?
- Que veut dire alors mammifères
marins ?
- Qu’entendez-vous dans
terrestre ?
- Que veut dire donc mammifères
terrestres ?
- De rédiger un dialogue.
- Un mammifère marin et un
mammifère terrestre.
- Animal qui a des poumons. La
femelle a des mamelles pour
allaiter ses petits. Le chat et
le la baleine sont des
mammifères.
- Des mammifères marins et
terrestres.
- La mer.
- Ce sont les mammifères qui
vivent dans la mer.
- La terre.
- Ce sont les mammifères qui
vivent sur terre.
Souligner le mot
dialogue.
Utilisation du
dictionnaire. Porter la
signification au tableau.
Observation : Lors de cette activité, l’utilisation du tableau doit être très
méthodique.
Elaboration collective du plan
Enseignant Apprenants Observations
- Selon vous, de quoi vont
parler les deux
mammifères ?
- Mais aussi ?
- Imaginer que chacun des
deux mammifères veuille
changer de lieu de vie.
Que vont-ils se dire ?
- Selon vous, quelle serait
leur réaction ?
- Que vont-ils se dire
alors ?
- Du lieu où ils vivent.
- De quoi se nourrissent-ils.
- Veux-tu venir habiter dans la
mer ?
- Veux-tu vivre sur terre ?
- Ils vont certainement refuser.
- Je suis dans la mer.
- Je suis heureux sur terre.
- Du dauphin et du mouton.
Porter au fur et à mesure au
tableau le plan élaboré
collectivement.
Il est évident que le travail
présenté aux apprenants
doit être méthodique,
facilitant ainsi sa lecture.
Guide pédagogique destiné aux enseignants de la langue française
Institut National de Formation du Personnels de l'Education
95
- Nous ne pouvons pas parler
de tous les mammifères
marins et terrestres. Alors
nous allons en choisir deux.
De quels animaux, voulezvous
parler ?
Procéder à un vote et retenir
les deux animaux les plus
demandés par les
apprenants. Par exemple, le
mouton et le dauphin.
A partir de ce plan, essayer de retrouver tous les mots et expressions que nous
allons utiliser pour rédiger ensemble ce dialogue. Prenez vos cahiers de brouillon
et essayer donc d’écrire ces mots et expressions. Vous pouvez utiliser vos
dictionnaires.
Donner le temps nécessaire aux apprenants d’effectuer ce travail.
Boîte à outils : à compléter avec les apprenants.
Noms Verbes Adjectifs qualificatifs Expressions
La mer – les feuilles – les
plantes – les poissons – la
terre -
Manger – se
nourrir – vivre –
respirer -
Mouillé – heureux –
petits -
Je veux…
Je ne veux pas…
Je me plais ici…
Tu veux venir ?
C’est bien ici !
Maintenant, nous allons rédiger ensemble le dialogue. En fonction du plan
et de la boîte aux outils, essayez de rédiger la 1re réplique du dialogue.
Les apprenants rédigent sur leurs cahiers de brouillon, la première réplique
du dialogue, l’enseignant passe dans les rangs et encourage les bonnes
propositions, conseille les autres qui prennent une mauvaise piste, etc.
Le temps accordé écoulé, les apprenants proposent leur travail.
L’enseignant reporte au tableau celui qui lui paraît le mieux élaboré ou procède au
vote des apprenants. Ainsi, chemin faisant, l’ensemble du texte dialogué peut être
obtenu de cette manière-là.
Type de dialogue à obtenir
« - Bonjour le dauphin !
- Bonjour cher ami le mouton !
- Pourquoi es-tu tout mouillé ?
- Parce que je vis dans la mer.
- Dans la mer ?
- Mais comment respires-tu ?
- Je me mets à la surface de l’eau. De quoi te nourris-tu ?
- Je mange de l’herbe. Où trouves-tu cette herbe ? Dans la mer ?
- Mais moi je ne mange pas l’herbe. Je me nourris de petits poissons.
- Petits poissons ?
Guide pédagogique destiné aux enseignants de la langue française
Institut National de Formation du Personnels de l'Education
96
- Oui, c’est ça. Veux-tu venir vivre avec moi dans l’eau ?
- Ah, non ! Je me sens très bien sur terre. Je ne veux pas changer. Viens vivre
sur terre.
- Ma vie c’est la mer et je ne pourrai jamais vivre ailleurs ».
2e sujet :
Imagine la suite du dialogue entre le souriceau et la baleine.
Lecture silencieuse du sujet.
Exploitation
Enseignant Apprenants Observations
- Quel type de texte
demandons-nous
d’élaborer ?
- Qui en sont les deux
interlocuteurs ?
- Reprenez le texte
étudié en séance de
lexique et faites une
lecture silencieuse.
- Un dialogue.
- Le souriceau et la baleine.
Inutile d’exploiter le texte une 2e
fois dès lors qu’il a été travaillé en
séance de lexique.
- Comment voyez-vous la suite de ce dialogue ?
Laisser les apprenants s’exprimer librement. On retiendra, à titre d’exemple, cette
possibilité : le souriceau ne veut pas rester dans l’eau et demande à la baleine de le
secourir.
Elaborons ensemble le plan de ce dialogue.
- Demande du souriceau
- Refus de la baleine
- Le souriceau insiste
- La baleine sauve le souriceau
Maintenant que nous avons élaboré le plan, essayer de compléter ce tableau en
retrouvant tous les mots qui constitueront le dialogue.
Boîte à outils
Noms Verbes Adjectifs qualificatifs Expressions
Secours – l’eau – la
mer – un ami – la
terre
- libérer – sauver –
partir – sortir
Malheureux – gentil - Je veux…
Je ne veux pas…
En tenant compte du plan et de la boîte à outils, rédigez le dialogue en
répondant au sujet.
Travaillez dans un premier temps sur votre cahier de brouillon.
Pendant la rédaction individuelle (sur le brouillon), l’enseignant passe dans
les rangs et conseille, encourage ses apprenants.
Guide pédagogique destiné aux enseignants de la langue française
Institut National de Formation du Personnels de l'Education
97
Une fois le travail terminé, l’enseignant demande à ses élèves de
recopier leur texte sur le propre.
Compte rendu d’expression écrite
La séance d’expression écrite est une séance très importante dans
l’enseignement/apprentissage d’une langue étrangère. En effet, elle permet
d’évaluer toutes les activités présentées à l’apprenant et voir leur degré
d’assimilation. Pour cela, l faut accorder une attention particulière à cette séance.
C’est par l’erreur que l’élève apprend ; il faut donc encourager l’autocorrection.
Quand il s’agit de la production collective, telle que élaborée
précédemment, il est évident que le compte rendu n’a pas sa raison d’être.
Cependant, lors de la production individuelle, il est impératif de prévoir une
séance de compte rendu d’expression écrite.
Celle-ci aura pour objectifs
Enseignant Apprenants
Apprécier les efforts accomplis par les
apprenants
Procéder à la remédiation des activités
étudiées et non encre acquises
(constitution des groupes de rattrapage)
Recenser les besoins des apprenants
S’auto-évaluer
S’autocorriger
Nous nous situons dans une perspective d’évaluation formative. L’autoévaluation
aidera l’élève à comprendre ses erreurs et de les analyser à l’aide de
l’enseignant. C’est une aide à l’apprentissage.
L’évaluation de l’expression écrite permet, en effet, à l’enseignant de
repérer les erreurs commises et de réguler son enseignement en fonction de ces
erreurs. Lors de la remise des copies, l’enseignant fera des remarques et
commentaires explicatifs qui renseigneront l’élève, si possible, sur le pourquoi de
ses erreurs.
Démarche méthodologique possible
Dans un premier temps, encourager l’autocorrection avec l’aide de
l’enseignant, entre pairs et en consultant bon nombre de documents : cahiers de
cours, dictionnaire, ouvrages de langue, etc. Puis demander à l’apprenant de
réécrire son texte ainsi corrigé par lui-même.
Dans un deuxième temps, procéder à une correction collective. Plusieurs
démarches méthodologiques peuvent être menées pour cette activité. Pour le
présent travail, nous optons pour la l’amélioration (collective) d’un devoir
d’élève.
Sélectionner un texte moyen (ni excellent, ni trop faible)*, le porter au
tableau – sans fautes d’orthographe – puis demander aux apprenants de corriger
phrase par phrase.
Guide pédagogique destiné aux enseignants de la langue française
Institut National de Formation du Personnels de l'Education
98
Le tableau devra présenté de cette manière-là.
Travail d’un apprenant Correction collective
La correction collective phrase par phrase se fait sur les cahiers de bouillon.
Après un laps de temps, l’enseignant demandera à ses apprenants de lire leur
production, chemin faisant, le texte entier est ainsi corrigé. L’enseignant veillera à
la cohérence et à la cohésion de celui-ci.
Constitution des groupes de rattrapage
L’évaluation de l’expression écrite permet à l’enseignant la constitution
des groupes de rattrapage. En corrigeant les travaux de ses élèves, l’enseignant
tient une fiche dévaluation personnelle sur laquelle il notera les besoins de ses
apprenants, leurs insuffisances ainsi que les notions étudiées et qu’elles n’ont pas
encore été assimilées. Il est vrai que dans un groupe-classe, tous les besoins ne
peuvent être identiques et cette fiche permet en effet de constituer les groupes de
rattrapage selon des besoins réels. De là l’enseignant proposera lors de ces séances
de rattrapage, des activités riches et variées, il pourra ainsi procéder à la
remédiation.
Poésie
Objectif :
Sensibiliser les apprenants à la beauté de la langue
Eveiller en eux le goût de la poésie
Attention travaux
- C’est une honte ! s’exclama l’inspecteur des travaux infinis devant le chantier
silencieux :
le serrurier est assoupi ;
les menuisiers somnolent ;
les peintres se reposent ;
les plombiers roupillent ;
les carreleurs rêvent ;
les sanitaires ronflent…
Il n’y a que vous, mon cher, que vous à rester debout ;
Votre zèle est honorable !
Quelle est votre affectation ?
- Je suis le marchand de sable !
Pierre Ferran, Sans tombour ni trompette, Ed. Saint-Germain-des-Prés
Guide pédagogique destiné aux enseignants de la langue française
Institut National de Formation du Personnels de l'Education
99
Frédéric
Frédéric
Tic, tic
Dans sa p’tite boutique
Marchand d’allumettes
Dans sa p’tite brouette
S’en va-t’à la ville
les mains dans les poches
comme un Espagnol.
Comptine, Le livre d’Or de la poésie française, Ed. Seghers
Lecture personnelle (texte à travailler à la maison)
Le surdoué des mers
De tout temps, l’Homme a été fasciné par le dauphin. Fasciné et
émerveillé.
De tous temps, le dauphin a été attiré par l’Homme. Accompagnant ses
embarcations, surveillant ses pêches, jouant dans les eaux de ses côtes et de ses
rivières… le dauphin est l’ami de l’Homme.
En vingt ans, il est devenu star. Il promène son éternel sourire sur tous les
océans du monde, populaire comme un autre animal.
On ne compte plus les services que la dauphin a rendus à l’Homme.
De nos jours, c’est le surdoué des mers. Symbole du monde marin, il est la
perfection même de l’animal aquatique. Le dauphin représente également la
liberté, l’intelligence et la tendresse.
Le corps du dauphin ressemble à une torpille. Il peut nager à grande
vitesse : cinquante à soixante-dix kilomètres par heure.
Il possède au-dessus des yeux un orifice par lequel il respire et en même
temps diffuse des ultrasons, c’est-à-dire des sons dont les vibrations sonores sont
de très haute fréquence et imperceptibles à l’oreille humaine. Les dauphins
utilisent ces sons pour communiquer, pour se diriger et trouver leurs proies en les
bombardant d’ultrasons.
Longtemps, on a cru que les mammifères marins ne dormaient jamais. En
fait, la réalité est bien surprenante : comme l’Homme, les dauphins ont un
cerveau, mais contrairement à l’Homme qui dort d’un sommeil profond, le
dauphin dort à moitié huit heures sur vingt-quatre heures en maintenant en éveil le
dispositif réflexe qui lui permet de fermer son appareil respiratoire si une vague
recouvre sa tête.
Guide pédagogique destiné aux enseignants de la langue française
Institut National de Formation du Personnels de l'Education
100
Des études récentes montrent que le demi-sommeil des dauphins
semble les empêcher de rêver or le rêve est vital chez les mammifères. Si les
dauphins ne rêvent pas, comment peuvent-ils survivre ?
D’après Sciences et Nature, Juillet 1990
Compréhension de l’écrit
Voilà le facteur !
M. Bonvent est facteur. Chaque jour, Félicie et lui font le tour de la ville.
Ils distribuent des lettres, Félicie c’est sa bicyclette bien aimée.
« - Facteur, lui dit un matin, le chef de bureau de poste, voici un pli urgent pour
M. le Maire ».
M. Bonvent bondit sur Félicie. Hélas, il a raté un virage. Félicie dérape sur
la boue. Heureusement, la maison du maire n’est plus bien loin et M. Bonvent est
arrivé.
« - Le maire est en ville. Il est à la course cycliste », s’écrit la domestique.
Le maire doit recevoir sa lettre. Alors, M. Bonvent et Félicie repartent. Ils
débouchent sur la grande rue. M. Bonvent ne s’aperçoit de rien… Mais il se
trouve pris au milieu du peloton de coureurs cyclistes.
M. Bonvent les a tous dépassés et le voilà devant les tribunes d’honneur…
où il arrive bon premier et vainqueur de la course.
M. le Maire reçoit sa lettre et M. Bonvent un magnifique vase en argent.
Pierre Bonvallet, Voilà le facteur !, Coll. Mon premier album, Ed. Hachette
Guide pédagogique destiné aux enseignants de la langue française
Institut National de Formation du Personnels de l'Education
101
Fiche pédagogique
Niveau : 6e AF
Thème : Les métiers
Activité : Compréhension de l’écrit
Texte-support : Voilà le facteur !
Objectifs :
• Lire et comprendre un texte
• Sensibiliser les apprenants au thème : Les métiers
• Sensibiliser les apprenants à la structure du texte narratif
• Entraîner les apprenants à saisir la description dans un récit
• Sensibiliser les apprenants aux composantes de la description
Déroulement de la leçon
Enseignant Apprenants Observations
1 – Imprégnation
Image du texte.
Emission des hypothèses
Lecture silencieuse
2 – Exploitation du texte
- Quel est le personnage
principal ?
- Quel est son métier ?
- Quel est son compagnon
de route ?
- Quel est son nom ?
- Que doit remettre M.
Bonvent à M. le Maire ?
- Hélas que se passe-t-il ?
- M. Bonvent est-il arrivé
chez M. le Maire ?
- Où est M. le Maire ?
- Pourquoi est-il là ?
- Alors que font M.
Bonvent et Félicie ?
- Qui rencontre M. Bonvent
sur son chemin ?
- Est-ce qu’il a fait
réellement la course ?
- Mais qui est arrivé en
premier, les cyclistes ou
M. Bonvent ?
- Enfin que reçoivent M.
Bonvent et M. le Maire ?
- Que pensez-vous de ce
facteur ? Pourquoi ?
- M. Bonvent.
- Il est facteur.
- Sa bicyclette.
- Félicie.
- Un pli urgent.
- Félicie dérape sur la boue.
- Oui, il est arrivé.
- Il est à la course cycliste.
- Pour remettre des
cadeaux aux gagnants.
- Ils vont vers M. le Maire.
- Il rencontre des cyclistes.
- Non, il ne fait pas la
course.
- M. Bonvent est arrivé le
premier.
- M. Bonvent reçoit un
cadeau (un vase en
argent) et M. le Maire
reçoit sa lettre.
Il a beaucoup de chance, c’est
un professionnel.
Même procédé que pour le texte
précédent Les baleines
Expliquer le mot pli.
Faire découvrir le mot peloton
(utilisation du dictionnaire).
Guide pédagogique destiné aux enseignants de la langue française
Institut National de Formation du Personnels de l'Education
102
Vérification des hypothèses de sens.
Trace écrite
Complète le tableau et forme une phrase correcte.
Qui ? Avec qui ? Quoi ? Quand ? Où ?
M. Bonvent Félicie Distribuer les
lettres
Chaque jour La ville
M. Bonvent………………………………………………………………
Lexique
Objectif : L’élève doit être capable de citer les noms de métiers et de les définir.
Texte-support
Gil est vétérinaire. Catherine, se femme, est spécialisée dans le traitement
des chats et des chiens. Elle assure les consultations au cabinet médical.
Mlle Cabourdel, la buraliste, a apporté son chat persan dans un panier.
Catherine l’ausculte et écoute son coeur au stéthoscope…
Après le départ de Mlle Cabourdel, Catherine détartre les dents d’un vieux
caniche et lui arrache une molaire. Chirurgien le matin, Catherine devient donc
dentiste pour quelques minutes.
Richard et Hélène Dubreuil, La journée du vétérinaire, Ed. Etudes vivantes
Déroulement de la leçon : phase orale
Enseignant Apprenants Observations
- Qui est Gil ?
- Que soigne-t-il ?
- Qui arrive avec son
chat ?
- Que fait Catherine ?
- Les mots : vétérinaire
– buraliste – dentiste
sont des noms de
métiers. Prenez vos
dictionnaires et
définissez-les.
- Il est vétérinaire.
- Les animaux.
- La buraliste.
- Elle soigne les dents, elle est
dentiste.
Travail individuel sur le
cahier de brouillon.
Trace écrite
Exercices
1 - Relie par une flèche, le nom de métier qui correspond à la définition.
Soigne les hommes le maçon
Répare les voitures la maîtresse
Instruit les enfants le pilote
Construit les maisons le médecin
Guide les avions le mécanicien
Guide pédagogique destiné aux enseignants de la langue française
Institut National de Formation du Personnels de l'Education
103
2 - Barre les mots qui ne désignent pas un métier
L’horloger – le mécanicien – le barrage – la couturière – l’électricien – le
professeur – une salle
3 - Complète les phrases suivantes avec les mots suivants
les pinceaux – le piano – le tableau – la pelle – les ciseaux
La couturière utilise …………….
Le musicien accorde…………….
La maîtresse efface ……………..
Le maçon ramasse le sable avec………….
Le peintre nettoie…………………………
4 - Classe les métiers suivants dans la colonne correspondante
Le pilote – le vitrier – le carreleur – l’écrivain – le couturier – l’architecte – le
plombier – l’enseignant
Manuels Intellectuels
5 - Complète : Où travaillent-ils ?
Le policier est devant le ……………………..
Le mécanicien réparer les voitures dans son…………………….
6 - Ces métiers appartiennent au monde de l’école, explique ce que fait chacun
d’eux.
Le directeur : ……………………………………………………….
L’instituteur : ………………………………………………………
Le gardien : …………………………………………………………
Exercices supplémentaires
On peut définir une personne par sa profession.
On explique alors ce qu’elle fait.
Exemples
Il vend des fleurs/C’est un……
Elle coiffe ses clients/C’est une ……
Il travaille pour un journal/C’est un ……
Quelles sont les qualités qu’on doit trouver chez ces personnes ? Quels sont les
défauts qu’on ne doit pas trouver chez elles.
Un vendeur – un avocat – un étudiant – un médecin – un facteur – un pompier –
une secrétaire – un acteur
On peut définir un bâtiment, un édifice public, un magasin… en disant :
a – ce qu’on y fait
b – ce qu’on y trouve, achète…
Guide pédagogique destiné aux enseignants de la langue française
Institut National de Formation du Personnels de l'Education
104
Poste : c’est un édifice où on peut envoyer des lettres, acheter des
timbres, téléphoner…
Définissez de la même manière les mots suivants :
Pharmacie – poissonnerie – banque – boulangerie – librairie – bibliothèque –
mairie – commissariat
Syntaxe
Objectif : Place de l’adjectif qualificatif dans le GN
Texte-support
Le pain
Chaque matin, en se rendant à l’école, Juliette est attirée par un parfum
délicieux qui envahit tout le quartier.
C’est l’odeur du pain qui monte d’un fournil. La boulangère est une belle
femme qui sourit toujours et règne aimablement sur un monde gai et serein.
Juliette est persuadée que c’est du pain, le pain frais, le pain odorant, qui
donne à tous ces gens cette santé et cet entrain matinal.
Henri Vincenot, Robert le boulanger, Ed. Nathan
Révision des acquis
Juliette est attirée par l’odeur du pain.
Henri est …… par l’odeur du pain.
Les filles sont …… par l’odeur du pain.
Les garçons sont …… par l’odeur du pain.
Juliette et Henri sont …… par l’odeur du pain.
Compréhension du texte : phase orale
- Juliette est attirée par quoi ?
- Elle passe devant quel commerce ?
- Quelle odeur sent-elle ?
- Comment sont les gens qui vivent dans ce village ?
- Qu’est-ce qui donne cette santé à ces gens-là ?
A partir de ces questions obtenir : (les porter au tableau)
Un parfum délicieux
Du pain chaud
Une belle femme
Un monde gai et serein
Le pain frais
Le pain odorant
Cet entrain matinal
Que trouve-t-on à côté de ces noms ?
Guide pédagogique destiné aux enseignants de la langue française
Institut National de Formation du Personnels de l'Education
105
Faire situer la place de l’adjectif – l’élève doit découvrir seul la place de
l’adjectif – il peut être avant ou après le nom.
Demander aux élèves de donner des noms avec des adjectifs.
Phase écrite
Exercices :
1 – Retrouve l’adjectif dans chaque groupe nominal souligné (du texte).
2 – Complète le GN avec l’adjectif qui convient :
Un chien ……. Un élève ………….. Une …….surprise
Du pain …… Mon frère ………. Un poisson………
3 – Ajoute le nom qui convient :
bicyclette – fruits – arbre – tisane – chagrin - exercice
Des ……… mûrs – Un ………….difficile – La………… sucrée
Une ………. Neuve – Un ………. fruitier – Un gros………….
4 – Construis des GN en employant à la place qu’il faut les deux adjectifs.
Une carte (postale – belle)
Un chapeau (vieux – troué)
Un homme (intelligent – grand)
Un chat (gris – petit)
Une fille (timide – jeune)
5 – Voici une petite histoire qui n’est pas très belle. Transforme-la en plaçant à
côté de certains noms les adjectifs qu’il faut.
Beau – grande – blonds – articulées – roses – bleus
On a offert à Françoise une poupée. Cette poupée a des cheveux, des yeux, des
joues, des jambes. Quel cadeau !
Conjugaison
Objectif : Le présent de l’indicatif : avoir et être
Ma rue
Dans ma rue, je rencontre des gens nouveaux.
Je ne connais pas leur nom, mais je sais qui ils sont et ce qu’ils font :
les laveurs de carreaux qui ont un matériel avec eux ;
les facteurs qui vont distribuer le courrier ;
le camelot qui a toujours de nombreux lots dans son parapluie ;
la concierge qui est au courant de tout.
Jacques Line, Ma rue, Coll. Tout en s’amusant, Ed. Odège
Guide pédagogique destiné aux enseignants de la langue française
Institut National de Formation du Personnels de l'Education
106
Révision des acquis
Verbes du 1er groupe au présent
Déroulement de la leçon
Exploiter le texte de manière à extraire les auxiliaires être et avoir qui y sont
contenus.
1 - Complète par être ou avoir
J’… un ami qui … plombier.
Nous … fiers d’être médecins.
Ils… toujours quelque chose à dire.
Elles… peu nombreuses.
Tu… très frileux.
2 - Barre ce qui est faux
Je suis (content – faim).
Nous avons (malade – réussi).
Tu es (méchant – soif).
Vous êtes (les meilleurs – gagné).
Maman est (mangé – fatiguée).
Les cerises sont (mûres – parlé).
3 - Complète par être ou avoir au présent.
Nous … ravies.
J’… soif.
Vous… gentils.
Les fleurs … belles.
La fillette… peur.
Tu … l’air fatigué.
4 - Ecris au présent de l’indicatif.
Nous (avoir) froid.
Je (être) en retard.
Vous (avoir) des vacances.
Tu (être) pressé.
Elles (avoir) besoin d’argent.
Il (être) gentil.
5 - Construis deux phrases en employant les auxiliaires être et avoir au présent de
l’indicatif.
Guide pédagogique destiné aux enseignants de la langue française
Institut National de Formation du Personnels de l'Education
107
Orthographe
Objectif : Les noms de métiers en eur
Texte
A la radio et à la télévision, il y a des journalistes. Ils font toutes sortes de
recherches, dans les bureaux et à travers le monde.
Chaque émission est présentée par une speakerine toujours souriante. Les acteurs
participent aux spectacles comme au cinéma, ainsi que les danseurs, chanteurs et
animateurs. Mais, il y a des gens tout aussi importants qu’eux, qui travaillent et
derrière les caméras sans jamais apparaître sur l’écran : ce sont les producteurs et
les metteurs en scène.
Livre de l’élève, 5e AF, Maroc, Ed. Dar Errachad, Casablanca 1992
Faire retrouver les noms de métiers en eur
1 - Complète les noms inachevés
Le fact… passe à dix heures.
Le doct… habite une belle demeure.
Le chauff… prend un virage dangereux.
2 - Complète le texte ci-dessous par les mots suivants
Bricoleur – chasseur – professeur – pêcheur – docteur
Le père de Mourad est un grand …… C’est aussi un bon …… car il sait
faire beaucoup de choses. Pendant ses jours de congé, il se transforme en un ……
adroit ou en un …… habile. Malheureusement, un jour, il a eu un heurt, il a alors
eu mal au coeur. Il est allé voir le …… qui lui a conseillé de rester dans sa
demeure.
3 - Remplace les pointillés par des noms de métiers se terminant par eur
Le …… conduit le camion.
Le …… coupe les cheveux.
Le ……cultive la terre.
Le …… sème les grains.
Le …… a été attrapé par les gendarmes.
Le …… a interprété une belle chanson.
Expression écrite
Au choix
Parle d’un métier qui te plaît.
Décris un métier que tu aimes.
Pour la démarche méthodologique de cette activité, se référer au travail
élaboré dans l’unité didactique précédente (Les mammifères marins et terrestres).
Lecture (travail à faire à la maison)
Guide pédagogique destiné aux enseignants de la langue française
Institut National de Formation du Personnels de l'Education
108
Ils étaient toujours tellement occupés qu’aucun d’entre eux ne s’était
jamais aventuré jusqu’à la ville.
Ils décidèrent pourtant un jour de s’y rendre, mais ils ne possédaient rien
de mieux qu’une chèvre pour les transporter tous les trois.
Les tailleurs prirent plaisir à visiter la vielle. Le soleil était chaud. Ils
décidèrent de se rendre à l’auberge pour se reposer et manger.
Ils s’y amusèrent follement, dansant au son de la musique, mais… quand
ils eurent terminé, ils n’avaient pas d’argent pour payer. L’aubergiste se mit en
colère. Alors, les tailleurs coururent à la fenêtre et sautèrent sur le dos de leur
bique.
L’aubergiste fit appel à la garde qui poursuivit les tailleurs à travers la
ville.
La pauvre bique en perdit l’esprit de frayeur ! Elle traversa la place du
marché à fond de train, renversant les étalages, brisant la vaisselle, dispersant la
volaille.
Mais les chèvres ne courent pas très vite et les gardes eurent vite fait de
rattraper les trois pauvres tailleurs et de les mettre en prison.
Jusqu’à ce qu’ils aient remboursé les dégâts, les tailleurs durent
raccommoder tous les vieux vêtements des habitants.
Les trois pauvres tailleurs retournèrent enfin à leur chaumière. Ils firent
des économies, afin de pouvoir acheter un bouc. Un bouc, c’est beaucoup plus
rapide qu’une chèvre !
As-tu bien lu ?
1 – Quel moyen de transport les tailleurs utilisent-ils pour aller à la ville ?
2 – Où s’arrêtent-ils pour se reposer ?
3 – Pourquoi les tailleurs vont-ils en prison ?
4 – Quel est leur projet ?
Compréhension de l’écrit
La pluie
Ce matin, lorsque Bonhomme se réveille, il pleut.
Pas d’importance, il sort tout de même, quitte à se faire tremper.
« - Sapristi ! Quelle pluie ! Je n’aime pas quand il pleut, dit Bonhomme.
- C’est une chance qu’il pleuve ! s’écrient les fleurs.
- Cela nous donne de la bonne eau à boire.
- C’est tout simplement merveilleux, dit l’arbre. J’étais bien fatigué. Mes
feuilles étaient couvertes de poussière. Maintenant, je respire et je peux à
nouveau grandir. J’aimerais bien avoir quelques branches nouvelles.
Et l’herbe : - Grâce à la pluie, je vais devenir verte et touffue.
Guide pédagogique destiné aux enseignants de la langue française
Institut National de Formation du Personnels de l'Education
109
Bonhomme saute à pieds joints dans une flaque d’eau.
- Chic ! ça éclabousse drôlement bien !
- Enlève vite tes pieds de là ! dit la flaque. Tu n’as rien à faire ici. Figure-toi
que j’abrite des bêtes si petites que je ne peux pas les voir avec les yeux. Et
personne ne pourrait les compter tellement elles sont nombreuses.
- Il y a tant que ça ? Plus que deux ou trois ? Et elles vivent toutes dans toi ?
- Elles passent leur temps à s’agiter dans tous les sens », dit la flaque.
Max Kruse, Dis-moi pourquoi, Ed. Albin Michel Jeunesses
Fiche pédagogique
Objectifs
Amener l’apprenant à saisir le sens du texte
Sensibiliser l’apprenant à un type de texte : le dialogue
Préparer l’activité finale : l’expression écrite
Imprégner l’apprenant à un thème : l’eau
1 – Image du texte : expression libre
a – Les apprenants doivent retrouver le titre et les références bibliographiques qui
devront être portés au tableau par l’enseignant.
b – La pluie – l’eau – un garçon – un arbre, etc.
Un dialogue : présence dans le texte d’une ponctuation particulière celle du
dialogue.
c – Selon vous de quoi va-t-il s’agir dans le texte ?
Si nécessaire, posez les questions suivantes pour retrouver l’image du texte.
- Que voyez-vous sur la gravure ? (si celle-ci existe ?)
- Comment se présente le texte ?
- Quels sont les signes de ponctuation que vous reconnaissez ?
- Etc.
Emission d’hypothèses de sens : accepter toutes les propositions émises par les
apprenants.
Porter deux ou trois hypothèses de sens au tableau.
2 – Lecture silencieuse (avec consigne) Quel temps faisait-il ce jour-là ?
Guide pédagogique destiné aux enseignants de la langue française
Institut National de Formation du Personnels de l'Education
110
4 – Exploitation du texte
Enseignant Apprenants Observations
- Qui parlent dans le texte ?
- Ce main-là, en voyant la
pluie comment était
Bonhomme ?
- Relève la phrase qui le
monte.
- Pour quelle raison, selon
vous, Bonhomme n’aime
pas la pluie ?
- Que veut dire trempé ?
- Est-ce que les autres
éléments que nous avons
cités tout à l’heure sont
mécontents de la pluie
comme Bonhomme ?
- Comment sont-ils alors ?
- Donne la raison pour
laquelle chaque élément
est content de la pluie.
- Bonhomme
- Les fleurs
- L’arbre
- L’herbe
- La flaque
- Il était mécontent.
- « Je n’aime pas la pluie ».
- Il a peur d’être trempé.
- Mouillé
- Non
- Ils sont contents.
Utilisation du dictionnaire si
nécessaire.
Voir tableau ci-après.
Obtenir le tableau avec la participation des apprenants et le compléter au
fur et à mesure – travail collectif -. Tableau à recopier sur le cahier de l’élève.
Eléments Contents/mécontent Les raisons
Bonhomme
Les fleurs
L’arbre
L’herbe
La flaque
Mécontent
Contents
Peur d’être trempé
L’eau donne à boire.
L’eau nettoie ses feuilles, l’aide à
respirer et à grandir.
Elle devient touffue*.
Elle abrite* des bêtes petites et
nombreuses.
* Mots à expliquer : utilisation du dictionnaire. Porter une définition simple
(accessible à tous les apprenants au tableau).
Vérification des hypothèses de sens émises en début de séance. Ne garder au
tableau que l’hypothèse qui s’est avérée juste.
Travail à faire à la maisonGuide pédagogique destiné aux enseignants de la langue française
Institut National de Formation du Personnels de l'Education
84
Chapitre III : Pratique
– Exemples d’activités :
Compréhension de l’écrit
Les baleines
Connais-tu les baleines ?
Ce ne sont pas des poissons même si elles leur ressemblent. Les poissons
respirent dans l’eau, les baleines remontent à la surface pour respirer l’air. Mais
elles vivent toujours dans la mer et ne viennent jamais à terre.
Les baleines sont si grandes que les hommes autrefois en avaient peur.
Pourtant, les baleines ne mangent pas les hommes.
Elles forment le groupe des cétacés. Ce sont des mammifères. Elles n’ont
pas de dents mais des fanons qui leur permettent de filtrer la nourriture.
Les autres cétacés ont tous des dents. Il y en a de très grands comme les
cachalots, de plus petits comme les dauphins. Enfin, la baleine est un énorme
animal qui pèse environ 150 tonnes et mesure plus d’une vingtaine de mètres.
Patrick Geistdoerfer, Grands animaux sous la mer,
Coll. Découverte Benjamin, Ed. Gallimard
Guide pédagogique destiné aux enseignants de la langue française
Institut National de Formation du Personnels de l'Education
85
Fiche pédagogique
Niveau : 6e AF
Thème : Les mammifère maris et terrestres
Activité : Compréhension de l’écrit
Texte-support : Les baleines
Objectifs :
• Lire et comprendre un texte informatif
• Sensibiliser les apprenants au thème : Les mammifères
• Entraîner les apprenants à repérer les informations essentielles dans un texte
• Entraîner les apprenants à relever des indices porteurs de sens dans un texte
• Entraîner les apprenants à la prise de notes
Enseignant Apprenants Observations
1 – Imprégnation
Image du texte
Privilégier l’expression spontanée
(si nécessaire poser les questions suivantes).
Observez le texte que vous avez sous les yeux
et dites ce que vous voyez.
Faire ressortir :
• Le titre
• La gravure
• La présentation du texte
• Les références bibliographiques
Emission des hypothèses de sens :
Selon vous de quoi parle le texte ?
Lecture silencieuse (avec consigne).
Lisez silencieusement le texte en essayant de
répondre à la question suivante :
Pourquoi les mammifères marins ne sont-ils
pas des poissons ?
II – Exploitation du texte
Questions de contrôle de compréhension
Quel est le type de la 1re phrase du texte ?
Donc de quoi va parler le texte ?
Combien mesure la baleine ?
Quel est son poids ?
A-t-elle des dents ?
Qu’a-t-elle alors ?
Parce qu’ils respirent à
la surface de l’eau. Ils
respirent de l’oxygène
puisqu’ils ont des
poumons comme
l’Homme.
C’est une phrase
Accepter toutes les
réponses produites
par les apprenants :
porter au tableau 3 à
4 hypothèses.
Répondre à la
question
immédiatement
après la lecture
silencieuse.
« Connais-tu les
baleines ? »
Porter au tableau
toutes les
Guide pédagogique destiné aux enseignants de la langue française
Institut National de Formation du Personnels de l'Education
86
De quelles familles est la baleine ?
interrogative ?
Des baleines – animal
marin –
150 tonnes
Non
Des fanons (demander
aux apprenants de
chercher la signification
de ce terme dans leurs
dictionnaires).
C’est un mammifère.
C’est un cétacé.
caractéristiques
physiques de la
baleine.
Chercher leur
signification dans les
dictionnaires et
donner d’autres
exemples (les porter
au tableau).
Vérification des hypothèses de sens : ne laisser au tableau que celles qui se
rapportent au texte.
Trace écrite :
Barre la mauvaise réponse
des poissons
a – Les baleines sont des mammifères
b – Réponds aux questions suivantes
- Les baleines sont-elles dangereuses ?
- Comment respirent-elles ?
Lexique
Objectifs de la séance
Enrichir le lexique des apprenants
- Les mammifères
- La famille animale
- Animaux marins, terrestres, carnivores, herbivores
Texte support
La baleine et le souriceau
Amos le souriceau tombe de son bateau et se trouve au milieu de l’océan.
Que va-t-il lui arriver ? Va-t-il se noyer ?
Comme il se posait ces affreuses questions, il vit une énorme tête jaillir à
la surface de l’eau et surgir au-dessus de lui. C’était une baleine.
« Quelle sorte de poisson es-tu donc ? demanda la baleine. Tu dois être une
espèce unique !
- Je ne suis pas un poisson, dit Amos. Je suis une souris, qui est un mammifère,
la forme supérieure de la vie. Je vis sur terre.
Guide pédagogique destiné aux enseignants de la langue française
Institut National de Formation du Personnels de l'Education
87
- Nom d’une palourde et d’une seiche ! dit la baleine. Je suis aussi
un mammifère, bien que je vive dans la mer. Appelle-moi Boris… ».
Wiliam Steig, Amos et Boris, Ed. Flammarion
1 - Compréhension du texte
Lecture silencieuse
Fait ressortir : mammifère marin, mammifère terrestre.
Enseignant Apprenants
- Qui est Amos ?
- Que lui est-il arrivé ?
- Que rencontre-t-il ?
- Comment réagit-elle ?
- Et que lui répond Amos ?
- Que lui dit alors la baleine ?
- Qu’est-ce qu’un mammifère ?
- Citez quelques animaux terrestres et marins que
vous connaissez.
- Un souriceau
- Il est tombé de son bateau et s’est
retrouvé dans l’eau.
- Une baleine
- Etonnée, surprise.
- Je ne suis pas un poisson. Je suis un
mammifère. Je vis sur terre.
- Je suis un mammifère. Je vis dans la
mer.
- Un mammifère est un animal qui
allaite ses petits.
II – La leçon proprement dite
1 -
- Est-ce que le chat allaite ses petits ? Oui
- Quelle est donc la femelle du chat ? La chatte
- Comment appelle-t-on ses petits ? Les chatons
- Le chat, la chatte, les chatons forment une famille animale.
a- Retrouvez les familles animales suivantes : aide-toi du dictionnaire.
Le lion, le cheval, le mouton
b – De quoi se nourrissent-ils ?
Les carnivores se nourrissent de viande.
Les herbivores se nourrissent d’herbes, de plantes.
c – Citez d’autres animaux carnivores et herbivores. (Les porter au tableau).
d – Complète le tableau suivant :
Guide pédagogique destiné aux enseignants de la langue française
Institut National de Formation du Personnels de l'Education
88
Trace écrite
Les animaux Marins Terrestres
Le requin
La tortue
Le chien
Le phoque
Le cerf
Le dauphin
Le cachalot
2 –
a – Coche les réponses justes
Le dauphin est un mammifère marin
terrestre
La chèvre est un mammifère carnivore
herbivore
b – Réponds par vrai ou faux
La poule est un mammifère
3 – Colorie d’une même couleur chacune des trois familles animales suivantes :
Le boeuf - la baleine - le chien – le chaton – le chiot – le veau – la chèvre
La vache – la chienne – le cerf – le bouc – le chevreau – baleineau –
4 – Mets une croix dans la case qui convient
Les animaux Mammifère Carnivore Herbivore Domestique Sauvage Marin Terrestre
Le lion
Le phoque
Le mouton
La tortue
Le
dinosaure
La vache
La poule
Exercices supplémentaires
On peut définir un animal par :
- ses caractéristiques physiques (le corps, la tête, la queue, un bec, une
trompe…)
- son habitat (il vit dans l’eau, dans le désert…)
- sa nourriture (il mange des insectes, de la viande, de l’herbe…)
- son mode de vie (il vit seul, en groupe…)
- son mode de reproduction (c’est un mammifère, il pond des oeufs… - c’est un
ovipare)
- autres
Guide pédagogique destiné aux enseignants de la langue française
Institut National de Formation du Personnels de l'Education
89
Exemple
C’est un animal qui vit dans le désert. Il peut rester plusieurs jours sans
boire. Il vit souvent en groupe. Il a deux bosses.
Syntaxe
Objectifs de la séance
La phrase interrogative et la phrase exclamative
Texte-support
Cocorico
Le matin dès le lever du jour, le coq orgueilleux lance un appel retentissant :
- « Regardez-moi ! Ne suis-je pas beau ?
- Comme il est fier ! dit Cotcodette.
- Qu’il est majestueux ! dit encore Cotcodette.
- Mais pourquoi se pavane-t-il ainsi ? pense le faisan. Ne suis-je pas plus joli
que lui ?
- Quel prétentieux ! s’écrit le paon. Il ne sait pas faire la roue et voudrait être le
chef de la basse-cour… ».
Maurice Carême
Rappel des acquis (la ponctuation)
1 - L’interrogation
a – Identification
- Quels sont les signes de ponctuation présents dans le texte ? (- ? ! …)
- Observez la phrase : « Regardez-moi ! Ne suis-je pas beau ? »
- Qui parle ? C’est le coq.
Faire remarquer le point d’interrogation.
- Comment appelle-t-on cette phrase ? Phrase interrogative.
- Demander aux apprenants de souligner les autres phrases interrogatives du
texte.
b – Comment poser une question ?
- Que remarquez-vous dans la première question du texte ?
- Où est placé le sujet de la phrase ? Où est placé le verbe de la phase ?
- Peut-on poser la même question autrement ?
- Est-ce que je suis beau ?
- Je suis beau ?
- Suis-je beau ?
- Que remarquez-vous donc ?
- Je peux poser une question de différentes manières.
2 – L’exclamation
a – Identification
- Que dit Cotcodette ? Comme il est fier !
Guide pédagogique destiné aux enseignants de la langue française
Institut National de Formation du Personnels de l'Education
90
- Est-ce une question ? Non
b - Expliquer :
La phrase marque un étonnement.
Souligner les autres phrases se terminant par le même signe de ponctuation.
- Regardez-moi !
- Qu’il est majestueux !
- Qu’il est prétentieux !
Pour chacune d’elles, essayer de voir ce qu’elles marquent.
La phrase exclamative marque : la joie, la colère, la surprise, l’étonnement, la
peur. Elle se termine par un point d’exclamation.
Exercices
1 – Ecris les phrases dans la colonne qui convient
Quel beau chat !
Que mange le chien ?
Où se cache le lapin ?
Comme ce chameau est résistant !
Phrases interrogatives Phrases exclamatives
2 – Dans les phrases suivantes, mets un point d’interrogation ( ?) ou un point
d’exclamation ( !)
Le dromadaire a-t-il une bosse
Oh le joli poussin
Pourquoi paille-t-il
Quel joli petit chiot
3 – Transforme les phrases suivantes en phrases interrogatives
Le requin est méchant.
Les poissons vivent dans la mer.
L coq se lève de bonne heure.
4 – Construis deux phrases personnelles l’une interrogative et l’autre exclamative.
Conjugaison
Objectif : Acquisition du verbe aller au présent
Texte-support :
« - Loup, où t’en vas-tu ?
- Je vais à la rencontre du petit chaperon rouge, et voilà Monsieur loup qui
dédale.
- Il va vite. Il peut arriver le premier.
C’est alors que la petite fille et le loup rencontrent un chasseur qui leur dit :
Guide pédagogique destiné aux enseignants de la langue française
Institut National de Formation du Personnels de l'Education
91
- Où allez-vous ?
- Nous allons voir grand-mère ».
Ils discutent un petit moment puis ils vont chacun de leur côté pour retrouver
la grand-mère.
J. J. Brisebarre
Déroulement de la leçon
Révision des acquis précédents
Lecture silencieuse
Identification des verbes à partir de questions
- Où va le loup ?
- Souligne dans la phrase le verbe qui le montre.
- Que veut le loup ?
- Que fait-il ?
- Va-t-il vite ?
- Souligne le verbe.
- Que rencontrent le loup et la petite fille ?
- Que leur demande-t-il ? Souligne le verbe.
- Que leur répondent-ils ? Souligne le verbe ?
- Est-ce qu’ils vont ensemble ? Souligne le verbe.
- Quel est l’infinitif des verbes soulignés ?
- A quel temps est-il conjugué ?
- Se conjugue-t-il de la même manière avec toutes les personnes ?
- A-t-il le même radical ?
- Relevez les terminaisons.
- C’est un verbe irrégulier.
Exercices :
1 – Relie ce qui va ensemble.
Je vas cueillir des champignons.
Nous vais en forêt.
Tu vont se cacher sous les arbres.
Il va plus vite que moi.
Elles allons à la fête.
2 – Recopie avec le pronom qui convient
…… vais me promener.
…… allons au cinéma.
…… vont au gymnase.
…… va bien.
3 – Complète les phrases suivantes.
Aujourd’hui, je vais au cirque.
Guide pédagogique destiné aux enseignants de la langue française
Institut National de Formation du Personnels de l'Education
92
………….., nous………….
Tu vas voir les marionnettes.
Vous……………………..
Elle va à la pêche.
Elles……………
Orthographe
Objectif : Les homonymes et/est
Texte-support :
Pourquoi la mer est-elle salée ?
L’eau des rivières n’est pas du tout salée : c’est de « l’eau douce »
pourtant, la mer, elle est salée.
Pourquoi ?
En réalité, l’eau des rivières apporte à la mer ce qu’il faut fabriquer du sel.
Elle le prend à la terre et aux roches sur lesquelles elle coule.
Voilà pourquoi, finalement, l’eau de mer est salée.
Pierre Avérous, De la montagne à la mer, Ed. Hachette
Révision des acquis précédents.
Lecture silencieuse
- Comment est l’eau de mer ?
- D’où prend-elle le sel ?
- Est-ce que l’eau des rivières est salée ?
- Souligne le verbe de chacune des deux phrases.
- Quel est son infinitif ?
- A quel temps est-il employé ?
- Avec quelle personne ?
- Donc nous pouvons le remplacer par « était ».
- La mer prend où son sel ? (à la terre et à la mer)
- Pouvons-nous remplacer et par était ?
- Quel est le rôle de « et » dans la phrase ?
- Je peux le remplacer par une virgule ou par « et puis ».
Expliquer avec des exemples
Il relie deux mots de même nature : noms, adjectifs, verbes, compléments, phrases
(propositions).
Exercices :
1 – Complète par et ou est
En été, le ciel…… bleu, l’ai chaud …… sec.
La mer…… souvent calme……agréable.
Guide pédagogique destiné aux enseignants de la langue française
Institut National de Formation du Personnels de l'Education
93
La nuit ……claire …… étoilée.
2 – Ecris les phrases suivantes au singulier.
Les vagues sont immenses et dangereuses.
Les oiseaux sont affolés et crient au-dessus de la mer.
Les nuages sont menaçants.
Les algues sont gluantes et glissantes.
3 – Complète par et ou est.
Tout ce désordre fait de la peine à crevette grise. Elle veut que la mer qui …… sa
maison soit toujours bien propre…… bien rangée. Alors elle s’active au ménage
sans arrêt. Il y a tant à faire.
La mer …… si grande …… la crevette grise…… si petite. Voilà pourquoi
elle…… se fatigue. C’…… qu’elle se fatigue. Elle …… toujours dans le
nettoyage.
4 – Ecris une phrase dans laquelle tu emploieras et/est.
Expression écrite
Sujets au choix :
1 – Imaginer un dialogue entre un mammifère marin et un mammifère terrestre.
2 – Imaginer la suite du dialogue entre le souriceau et la baleine.
Démarche méthodologique
Opter soit pour une production collective soit pour une production
individuelle.
Pour pouvoir apprendre aux élèves la manière dont il faut rédiger un sujet
d’expression écrite, il est conseillé de privilégier durant le 1er trimestre de l’année
scolaire, la production collective. Les 2e et le 3e trimestres, opter pour une
production individuelle tout en veillant à ce que les apprenants adoptent le même
travail que celui fait collectivement (stratégies d’écriture).
Une autre démarche méthodologique peut en effet être adoptée pour cette
activité, c’est celle où l’on propose à l’apprenant deux sujets similaires, comme
c’est le cas dans cette unité, le 1er sujet peut être traité collectivement et le 2e sera
traité individuellement. Cependant, nous estimons que cette manière de faire ne
favorise pas l’autonomie de l’apprenant et il faut à un moment donné encourager
le travail individuel de l’élève le réparant ainsi aux différents examens qu’il aura à
affronter durant son cursus scolaire.
Ainsi, nous allons, dans ce présent travail, proposer deux manières de
mener cette activité, la première ce sera une production collective et la deuxième
une production individuelle.
1er sujet :
Imaginer un dialogue entre un mammifère marin et un mammifère terrestre.
Lecture silencieuse du sujet.
Guide pédagogique destiné aux enseignants de la langue française
Institut National de Formation du Personnels de l'Education
94
Exploitation collective du sujet.
Enseignant Apprenants Observations
- Que demandons-nous de faire ?
- Quels sont les deux
interlocuteurs du dialogue ?
- Qui peut me donner la
signification du terme
« mammifère » ?
- De quels mammifère faut-il
parler ?
- Qu’entendez-vous dans marin ?
- Que veut dire alors mammifères
marins ?
- Qu’entendez-vous dans
terrestre ?
- Que veut dire donc mammifères
terrestres ?
- De rédiger un dialogue.
- Un mammifère marin et un
mammifère terrestre.
- Animal qui a des poumons. La
femelle a des mamelles pour
allaiter ses petits. Le chat et
le la baleine sont des
mammifères.
- Des mammifères marins et
terrestres.
- La mer.
- Ce sont les mammifères qui
vivent dans la mer.
- La terre.
- Ce sont les mammifères qui
vivent sur terre.
Souligner le mot
dialogue.
Utilisation du
dictionnaire. Porter la
signification au tableau.
Observation : Lors de cette activité, l’utilisation du tableau doit être très
méthodique.
Elaboration collective du plan
Enseignant Apprenants Observations
- Selon vous, de quoi vont
parler les deux
mammifères ?
- Mais aussi ?
- Imaginer que chacun des
deux mammifères veuille
changer de lieu de vie.
Que vont-ils se dire ?
- Selon vous, quelle serait
leur réaction ?
- Que vont-ils se dire
alors ?
- Du lieu où ils vivent.
- De quoi se nourrissent-ils.
- Veux-tu venir habiter dans la
mer ?
- Veux-tu vivre sur terre ?
- Ils vont certainement refuser.
- Je suis dans la mer.
- Je suis heureux sur terre.
- Du dauphin et du mouton.
Porter au fur et à mesure au
tableau le plan élaboré
collectivement.
Il est évident que le travail
présenté aux apprenants
doit être méthodique,
facilitant ainsi sa lecture.
Guide pédagogique destiné aux enseignants de la langue française
Institut National de Formation du Personnels de l'Education
95
- Nous ne pouvons pas parler
de tous les mammifères
marins et terrestres. Alors
nous allons en choisir deux.
De quels animaux, voulezvous
parler ?
Procéder à un vote et retenir
les deux animaux les plus
demandés par les
apprenants. Par exemple, le
mouton et le dauphin.
A partir de ce plan, essayer de retrouver tous les mots et expressions que nous
allons utiliser pour rédiger ensemble ce dialogue. Prenez vos cahiers de brouillon
et essayer donc d’écrire ces mots et expressions. Vous pouvez utiliser vos
dictionnaires.
Donner le temps nécessaire aux apprenants d’effectuer ce travail.
Boîte à outils : à compléter avec les apprenants.
Noms Verbes Adjectifs qualificatifs Expressions
La mer – les feuilles – les
plantes – les poissons – la
terre -
Manger – se
nourrir – vivre –
respirer -
Mouillé – heureux –
petits -
Je veux…
Je ne veux pas…
Je me plais ici…
Tu veux venir ?
C’est bien ici !
Maintenant, nous allons rédiger ensemble le dialogue. En fonction du plan
et de la boîte aux outils, essayez de rédiger la 1re réplique du dialogue.
Les apprenants rédigent sur leurs cahiers de brouillon, la première réplique
du dialogue, l’enseignant passe dans les rangs et encourage les bonnes
propositions, conseille les autres qui prennent une mauvaise piste, etc.
Le temps accordé écoulé, les apprenants proposent leur travail.
L’enseignant reporte au tableau celui qui lui paraît le mieux élaboré ou procède au
vote des apprenants. Ainsi, chemin faisant, l’ensemble du texte dialogué peut être
obtenu de cette manière-là.
Type de dialogue à obtenir
« - Bonjour le dauphin !
- Bonjour cher ami le mouton !
- Pourquoi es-tu tout mouillé ?
- Parce que je vis dans la mer.
- Dans la mer ?
- Mais comment respires-tu ?
- Je me mets à la surface de l’eau. De quoi te nourris-tu ?
- Je mange de l’herbe. Où trouves-tu cette herbe ? Dans la mer ?
- Mais moi je ne mange pas l’herbe. Je me nourris de petits poissons.
- Petits poissons ?
Guide pédagogique destiné aux enseignants de la langue française
Institut National de Formation du Personnels de l'Education
96
- Oui, c’est ça. Veux-tu venir vivre avec moi dans l’eau ?
- Ah, non ! Je me sens très bien sur terre. Je ne veux pas changer. Viens vivre
sur terre.
- Ma vie c’est la mer et je ne pourrai jamais vivre ailleurs ».
2e sujet :
Imagine la suite du dialogue entre le souriceau et la baleine.
Lecture silencieuse du sujet.
Exploitation
Enseignant Apprenants Observations
- Quel type de texte
demandons-nous
d’élaborer ?
- Qui en sont les deux
interlocuteurs ?
- Reprenez le texte
étudié en séance de
lexique et faites une
lecture silencieuse.
- Un dialogue.
- Le souriceau et la baleine.
Inutile d’exploiter le texte une 2e
fois dès lors qu’il a été travaillé en
séance de lexique.
- Comment voyez-vous la suite de ce dialogue ?
Laisser les apprenants s’exprimer librement. On retiendra, à titre d’exemple, cette
possibilité : le souriceau ne veut pas rester dans l’eau et demande à la baleine de le
secourir.
Elaborons ensemble le plan de ce dialogue.
- Demande du souriceau
- Refus de la baleine
- Le souriceau insiste
- La baleine sauve le souriceau
Maintenant que nous avons élaboré le plan, essayer de compléter ce tableau en
retrouvant tous les mots qui constitueront le dialogue.
Boîte à outils
Noms Verbes Adjectifs qualificatifs Expressions
Secours – l’eau – la
mer – un ami – la
terre
- libérer – sauver –
partir – sortir
Malheureux – gentil - Je veux…
Je ne veux pas…
En tenant compte du plan et de la boîte à outils, rédigez le dialogue en
répondant au sujet.
Travaillez dans un premier temps sur votre cahier de brouillon.
Pendant la rédaction individuelle (sur le brouillon), l’enseignant passe dans
les rangs et conseille, encourage ses apprenants.
Guide pédagogique destiné aux enseignants de la langue française
Institut National de Formation du Personnels de l'Education
97
Une fois le travail terminé, l’enseignant demande à ses élèves de
recopier leur texte sur le propre.
Compte rendu d’expression écrite
La séance d’expression écrite est une séance très importante dans
l’enseignement/apprentissage d’une langue étrangère. En effet, elle permet
d’évaluer toutes les activités présentées à l’apprenant et voir leur degré
d’assimilation. Pour cela, l faut accorder une attention particulière à cette séance.
C’est par l’erreur que l’élève apprend ; il faut donc encourager l’autocorrection.
Quand il s’agit de la production collective, telle que élaborée
précédemment, il est évident que le compte rendu n’a pas sa raison d’être.
Cependant, lors de la production individuelle, il est impératif de prévoir une
séance de compte rendu d’expression écrite.
Celle-ci aura pour objectifs
Enseignant Apprenants
Apprécier les efforts accomplis par les
apprenants
Procéder à la remédiation des activités
étudiées et non encre acquises
(constitution des groupes de rattrapage)
Recenser les besoins des apprenants
S’auto-évaluer
S’autocorriger
Nous nous situons dans une perspective d’évaluation formative. L’autoévaluation
aidera l’élève à comprendre ses erreurs et de les analyser à l’aide de
l’enseignant. C’est une aide à l’apprentissage.
L’évaluation de l’expression écrite permet, en effet, à l’enseignant de
repérer les erreurs commises et de réguler son enseignement en fonction de ces
erreurs. Lors de la remise des copies, l’enseignant fera des remarques et
commentaires explicatifs qui renseigneront l’élève, si possible, sur le pourquoi de
ses erreurs.
Démarche méthodologique possible
Dans un premier temps, encourager l’autocorrection avec l’aide de
l’enseignant, entre pairs et en consultant bon nombre de documents : cahiers de
cours, dictionnaire, ouvrages de langue, etc. Puis demander à l’apprenant de
réécrire son texte ainsi corrigé par lui-même.
Dans un deuxième temps, procéder à une correction collective. Plusieurs
démarches méthodologiques peuvent être menées pour cette activité. Pour le
présent travail, nous optons pour la l’amélioration (collective) d’un devoir
d’élève.
Sélectionner un texte moyen (ni excellent, ni trop faible)*, le porter au
tableau – sans fautes d’orthographe – puis demander aux apprenants de corriger
phrase par phrase.
Guide pédagogique destiné aux enseignants de la langue française
Institut National de Formation du Personnels de l'Education
98
Le tableau devra présenté de cette manière-là.
Travail d’un apprenant Correction collective
La correction collective phrase par phrase se fait sur les cahiers de bouillon.
Après un laps de temps, l’enseignant demandera à ses apprenants de lire leur
production, chemin faisant, le texte entier est ainsi corrigé. L’enseignant veillera à
la cohérence et à la cohésion de celui-ci.
Constitution des groupes de rattrapage
L’évaluation de l’expression écrite permet à l’enseignant la constitution
des groupes de rattrapage. En corrigeant les travaux de ses élèves, l’enseignant
tient une fiche dévaluation personnelle sur laquelle il notera les besoins de ses
apprenants, leurs insuffisances ainsi que les notions étudiées et qu’elles n’ont pas
encore été assimilées. Il est vrai que dans un groupe-classe, tous les besoins ne
peuvent être identiques et cette fiche permet en effet de constituer les groupes de
rattrapage selon des besoins réels. De là l’enseignant proposera lors de ces séances
de rattrapage, des activités riches et variées, il pourra ainsi procéder à la
remédiation.
Poésie
Objectif :
Sensibiliser les apprenants à la beauté de la langue
Eveiller en eux le goût de la poésie
Attention travaux
- C’est une honte ! s’exclama l’inspecteur des travaux infinis devant le chantier
silencieux :
le serrurier est assoupi ;
les menuisiers somnolent ;
les peintres se reposent ;
les plombiers roupillent ;
les carreleurs rêvent ;
les sanitaires ronflent…
Il n’y a que vous, mon cher, que vous à rester debout ;
Votre zèle est honorable !
Quelle est votre affectation ?
- Je suis le marchand de sable !
Pierre Ferran, Sans tombour ni trompette, Ed. Saint-Germain-des-Prés
Guide pédagogique destiné aux enseignants de la langue française
Institut National de Formation du Personnels de l'Education
99
Frédéric
Frédéric
Tic, tic
Dans sa p’tite boutique
Marchand d’allumettes
Dans sa p’tite brouette
S’en va-t’à la ville
les mains dans les poches
comme un Espagnol.
Comptine, Le livre d’Or de la poésie française, Ed. Seghers
Lecture personnelle (texte à travailler à la maison)
Le surdoué des mers
De tout temps, l’Homme a été fasciné par le dauphin. Fasciné et
émerveillé.
De tous temps, le dauphin a été attiré par l’Homme. Accompagnant ses
embarcations, surveillant ses pêches, jouant dans les eaux de ses côtes et de ses
rivières… le dauphin est l’ami de l’Homme.
En vingt ans, il est devenu star. Il promène son éternel sourire sur tous les
océans du monde, populaire comme un autre animal.
On ne compte plus les services que la dauphin a rendus à l’Homme.
De nos jours, c’est le surdoué des mers. Symbole du monde marin, il est la
perfection même de l’animal aquatique. Le dauphin représente également la
liberté, l’intelligence et la tendresse.
Le corps du dauphin ressemble à une torpille. Il peut nager à grande
vitesse : cinquante à soixante-dix kilomètres par heure.
Il possède au-dessus des yeux un orifice par lequel il respire et en même
temps diffuse des ultrasons, c’est-à-dire des sons dont les vibrations sonores sont
de très haute fréquence et imperceptibles à l’oreille humaine. Les dauphins
utilisent ces sons pour communiquer, pour se diriger et trouver leurs proies en les
bombardant d’ultrasons.
Longtemps, on a cru que les mammifères marins ne dormaient jamais. En
fait, la réalité est bien surprenante : comme l’Homme, les dauphins ont un
cerveau, mais contrairement à l’Homme qui dort d’un sommeil profond, le
dauphin dort à moitié huit heures sur vingt-quatre heures en maintenant en éveil le
dispositif réflexe qui lui permet de fermer son appareil respiratoire si une vague
recouvre sa tête.
Guide pédagogique destiné aux enseignants de la langue française
Institut National de Formation du Personnels de l'Education
100
Des études récentes montrent que le demi-sommeil des dauphins
semble les empêcher de rêver or le rêve est vital chez les mammifères. Si les
dauphins ne rêvent pas, comment peuvent-ils survivre ?
D’après Sciences et Nature, Juillet 1990
Compréhension de l’écrit
Voilà le facteur !
M. Bonvent est facteur. Chaque jour, Félicie et lui font le tour de la ville.
Ils distribuent des lettres, Félicie c’est sa bicyclette bien aimée.
« - Facteur, lui dit un matin, le chef de bureau de poste, voici un pli urgent pour
M. le Maire ».
M. Bonvent bondit sur Félicie. Hélas, il a raté un virage. Félicie dérape sur
la boue. Heureusement, la maison du maire n’est plus bien loin et M. Bonvent est
arrivé.
« - Le maire est en ville. Il est à la course cycliste », s’écrit la domestique.
Le maire doit recevoir sa lettre. Alors, M. Bonvent et Félicie repartent. Ils
débouchent sur la grande rue. M. Bonvent ne s’aperçoit de rien… Mais il se
trouve pris au milieu du peloton de coureurs cyclistes.
M. Bonvent les a tous dépassés et le voilà devant les tribunes d’honneur…
où il arrive bon premier et vainqueur de la course.
M. le Maire reçoit sa lettre et M. Bonvent un magnifique vase en argent.
Pierre Bonvallet, Voilà le facteur !, Coll. Mon premier album, Ed. Hachette
Guide pédagogique destiné aux enseignants de la langue française
Institut National de Formation du Personnels de l'Education
101
Fiche pédagogique
Niveau : 6e AF
Thème : Les métiers
Activité : Compréhension de l’écrit
Texte-support : Voilà le facteur !
Objectifs :
• Lire et comprendre un texte
• Sensibiliser les apprenants au thème : Les métiers
• Sensibiliser les apprenants à la structure du texte narratif
• Entraîner les apprenants à saisir la description dans un récit
• Sensibiliser les apprenants aux composantes de la description
Déroulement de la leçon
Enseignant Apprenants Observations
1 – Imprégnation
Image du texte.
Emission des hypothèses
Lecture silencieuse
2 – Exploitation du texte
- Quel est le personnage
principal ?
- Quel est son métier ?
- Quel est son compagnon
de route ?
- Quel est son nom ?
- Que doit remettre M.
Bonvent à M. le Maire ?
- Hélas que se passe-t-il ?
- M. Bonvent est-il arrivé
chez M. le Maire ?
- Où est M. le Maire ?
- Pourquoi est-il là ?
- Alors que font M.
Bonvent et Félicie ?
- Qui rencontre M. Bonvent
sur son chemin ?
- Est-ce qu’il a fait
réellement la course ?
- Mais qui est arrivé en
premier, les cyclistes ou
M. Bonvent ?
- Enfin que reçoivent M.
Bonvent et M. le Maire ?
- Que pensez-vous de ce
facteur ? Pourquoi ?
- M. Bonvent.
- Il est facteur.
- Sa bicyclette.
- Félicie.
- Un pli urgent.
- Félicie dérape sur la boue.
- Oui, il est arrivé.
- Il est à la course cycliste.
- Pour remettre des
cadeaux aux gagnants.
- Ils vont vers M. le Maire.
- Il rencontre des cyclistes.
- Non, il ne fait pas la
course.
- M. Bonvent est arrivé le
premier.
- M. Bonvent reçoit un
cadeau (un vase en
argent) et M. le Maire
reçoit sa lettre.
Il a beaucoup de chance, c’est
un professionnel.
Même procédé que pour le texte
précédent Les baleines
Expliquer le mot pli.
Faire découvrir le mot peloton
(utilisation du dictionnaire).
Guide pédagogique destiné aux enseignants de la langue française
Institut National de Formation du Personnels de l'Education
102
Vérification des hypothèses de sens.
Trace écrite
Complète le tableau et forme une phrase correcte.
Qui ? Avec qui ? Quoi ? Quand ? Où ?
M. Bonvent Félicie Distribuer les
lettres
Chaque jour La ville
M. Bonvent………………………………………………………………
Lexique
Objectif : L’élève doit être capable de citer les noms de métiers et de les définir.
Texte-support
Gil est vétérinaire. Catherine, se femme, est spécialisée dans le traitement
des chats et des chiens. Elle assure les consultations au cabinet médical.
Mlle Cabourdel, la buraliste, a apporté son chat persan dans un panier.
Catherine l’ausculte et écoute son coeur au stéthoscope…
Après le départ de Mlle Cabourdel, Catherine détartre les dents d’un vieux
caniche et lui arrache une molaire. Chirurgien le matin, Catherine devient donc
dentiste pour quelques minutes.
Richard et Hélène Dubreuil, La journée du vétérinaire, Ed. Etudes vivantes
Déroulement de la leçon : phase orale
Enseignant Apprenants Observations
- Qui est Gil ?
- Que soigne-t-il ?
- Qui arrive avec son
chat ?
- Que fait Catherine ?
- Les mots : vétérinaire
– buraliste – dentiste
sont des noms de
métiers. Prenez vos
dictionnaires et
définissez-les.
- Il est vétérinaire.
- Les animaux.
- La buraliste.
- Elle soigne les dents, elle est
dentiste.
Travail individuel sur le
cahier de brouillon.
Trace écrite
Exercices
1 - Relie par une flèche, le nom de métier qui correspond à la définition.
Soigne les hommes le maçon
Répare les voitures la maîtresse
Instruit les enfants le pilote
Construit les maisons le médecin
Guide les avions le mécanicien
Guide pédagogique destiné aux enseignants de la langue française
Institut National de Formation du Personnels de l'Education
103
2 - Barre les mots qui ne désignent pas un métier
L’horloger – le mécanicien – le barrage – la couturière – l’électricien – le
professeur – une salle
3 - Complète les phrases suivantes avec les mots suivants
les pinceaux – le piano – le tableau – la pelle – les ciseaux
La couturière utilise …………….
Le musicien accorde…………….
La maîtresse efface ……………..
Le maçon ramasse le sable avec………….
Le peintre nettoie…………………………
4 - Classe les métiers suivants dans la colonne correspondante
Le pilote – le vitrier – le carreleur – l’écrivain – le couturier – l’architecte – le
plombier – l’enseignant
Manuels Intellectuels
5 - Complète : Où travaillent-ils ?
Le policier est devant le ……………………..
Le mécanicien réparer les voitures dans son…………………….
6 - Ces métiers appartiennent au monde de l’école, explique ce que fait chacun
d’eux.
Le directeur : ……………………………………………………….
L’instituteur : ………………………………………………………
Le gardien : …………………………………………………………
Exercices supplémentaires
On peut définir une personne par sa profession.
On explique alors ce qu’elle fait.
Exemples
Il vend des fleurs/C’est un……
Elle coiffe ses clients/C’est une ……
Il travaille pour un journal/C’est un ……
Quelles sont les qualités qu’on doit trouver chez ces personnes ? Quels sont les
défauts qu’on ne doit pas trouver chez elles.
Un vendeur – un avocat – un étudiant – un médecin – un facteur – un pompier –
une secrétaire – un acteur
On peut définir un bâtiment, un édifice public, un magasin… en disant :
a – ce qu’on y fait
b – ce qu’on y trouve, achète…
Guide pédagogique destiné aux enseignants de la langue française
Institut National de Formation du Personnels de l'Education
104
Poste : c’est un édifice où on peut envoyer des lettres, acheter des
timbres, téléphoner…
Définissez de la même manière les mots suivants :
Pharmacie – poissonnerie – banque – boulangerie – librairie – bibliothèque –
mairie – commissariat
Syntaxe
Objectif : Place de l’adjectif qualificatif dans le GN
Texte-support
Le pain
Chaque matin, en se rendant à l’école, Juliette est attirée par un parfum
délicieux qui envahit tout le quartier.
C’est l’odeur du pain qui monte d’un fournil. La boulangère est une belle
femme qui sourit toujours et règne aimablement sur un monde gai et serein.
Juliette est persuadée que c’est du pain, le pain frais, le pain odorant, qui
donne à tous ces gens cette santé et cet entrain matinal.
Henri Vincenot, Robert le boulanger, Ed. Nathan
Révision des acquis
Juliette est attirée par l’odeur du pain.
Henri est …… par l’odeur du pain.
Les filles sont …… par l’odeur du pain.
Les garçons sont …… par l’odeur du pain.
Juliette et Henri sont …… par l’odeur du pain.
Compréhension du texte : phase orale
- Juliette est attirée par quoi ?
- Elle passe devant quel commerce ?
- Quelle odeur sent-elle ?
- Comment sont les gens qui vivent dans ce village ?
- Qu’est-ce qui donne cette santé à ces gens-là ?
A partir de ces questions obtenir : (les porter au tableau)
Un parfum délicieux
Du pain chaud
Une belle femme
Un monde gai et serein
Le pain frais
Le pain odorant
Cet entrain matinal
Que trouve-t-on à côté de ces noms ?
Guide pédagogique destiné aux enseignants de la langue française
Institut National de Formation du Personnels de l'Education
105
Faire situer la place de l’adjectif – l’élève doit découvrir seul la place de
l’adjectif – il peut être avant ou après le nom.
Demander aux élèves de donner des noms avec des adjectifs.
Phase écrite
Exercices :
1 – Retrouve l’adjectif dans chaque groupe nominal souligné (du texte).
2 – Complète le GN avec l’adjectif qui convient :
Un chien ……. Un élève ………….. Une …….surprise
Du pain …… Mon frère ………. Un poisson………
3 – Ajoute le nom qui convient :
bicyclette – fruits – arbre – tisane – chagrin - exercice
Des ……… mûrs – Un ………….difficile – La………… sucrée
Une ………. Neuve – Un ………. fruitier – Un gros………….
4 – Construis des GN en employant à la place qu’il faut les deux adjectifs.
Une carte (postale – belle)
Un chapeau (vieux – troué)
Un homme (intelligent – grand)
Un chat (gris – petit)
Une fille (timide – jeune)
5 – Voici une petite histoire qui n’est pas très belle. Transforme-la en plaçant à
côté de certains noms les adjectifs qu’il faut.
Beau – grande – blonds – articulées – roses – bleus
On a offert à Françoise une poupée. Cette poupée a des cheveux, des yeux, des
joues, des jambes. Quel cadeau !
Conjugaison
Objectif : Le présent de l’indicatif : avoir et être
Ma rue
Dans ma rue, je rencontre des gens nouveaux.
Je ne connais pas leur nom, mais je sais qui ils sont et ce qu’ils font :
les laveurs de carreaux qui ont un matériel avec eux ;
les facteurs qui vont distribuer le courrier ;
le camelot qui a toujours de nombreux lots dans son parapluie ;
la concierge qui est au courant de tout.
Jacques Line, Ma rue, Coll. Tout en s’amusant, Ed. Odège
Guide pédagogique destiné aux enseignants de la langue française
Institut National de Formation du Personnels de l'Education
106
Révision des acquis
Verbes du 1er groupe au présent
Déroulement de la leçon
Exploiter le texte de manière à extraire les auxiliaires être et avoir qui y sont
contenus.
1 - Complète par être ou avoir
J’… un ami qui … plombier.
Nous … fiers d’être médecins.
Ils… toujours quelque chose à dire.
Elles… peu nombreuses.
Tu… très frileux.
2 - Barre ce qui est faux
Je suis (content – faim).
Nous avons (malade – réussi).
Tu es (méchant – soif).
Vous êtes (les meilleurs – gagné).
Maman est (mangé – fatiguée).
Les cerises sont (mûres – parlé).
3 - Complète par être ou avoir au présent.
Nous … ravies.
J’… soif.
Vous… gentils.
Les fleurs … belles.
La fillette… peur.
Tu … l’air fatigué.
4 - Ecris au présent de l’indicatif.
Nous (avoir) froid.
Je (être) en retard.
Vous (avoir) des vacances.
Tu (être) pressé.
Elles (avoir) besoin d’argent.
Il (être) gentil.
5 - Construis deux phrases en employant les auxiliaires être et avoir au présent de
l’indicatif.
Guide pédagogique destiné aux enseignants de la langue française
Institut National de Formation du Personnels de l'Education
107
Orthographe
Objectif : Les noms de métiers en eur
Texte
A la radio et à la télévision, il y a des journalistes. Ils font toutes sortes de
recherches, dans les bureaux et à travers le monde.
Chaque émission est présentée par une speakerine toujours souriante. Les acteurs
participent aux spectacles comme au cinéma, ainsi que les danseurs, chanteurs et
animateurs. Mais, il y a des gens tout aussi importants qu’eux, qui travaillent et
derrière les caméras sans jamais apparaître sur l’écran : ce sont les producteurs et
les metteurs en scène.
Livre de l’élève, 5e AF, Maroc, Ed. Dar Errachad, Casablanca 1992
Faire retrouver les noms de métiers en eur
1 - Complète les noms inachevés
Le fact… passe à dix heures.
Le doct… habite une belle demeure.
Le chauff… prend un virage dangereux.
2 - Complète le texte ci-dessous par les mots suivants
Bricoleur – chasseur – professeur – pêcheur – docteur
Le père de Mourad est un grand …… C’est aussi un bon …… car il sait
faire beaucoup de choses. Pendant ses jours de congé, il se transforme en un ……
adroit ou en un …… habile. Malheureusement, un jour, il a eu un heurt, il a alors
eu mal au coeur. Il est allé voir le …… qui lui a conseillé de rester dans sa
demeure.
3 - Remplace les pointillés par des noms de métiers se terminant par eur
Le …… conduit le camion.
Le …… coupe les cheveux.
Le ……cultive la terre.
Le …… sème les grains.
Le …… a été attrapé par les gendarmes.
Le …… a interprété une belle chanson.
Expression écrite
Au choix
Parle d’un métier qui te plaît.
Décris un métier que tu aimes.
Pour la démarche méthodologique de cette activité, se référer au travail
élaboré dans l’unité didactique précédente (Les mammifères marins et terrestres).
Lecture (travail à faire à la maison)
Guide pédagogique destiné aux enseignants de la langue française
Institut National de Formation du Personnels de l'Education
108
Ils étaient toujours tellement occupés qu’aucun d’entre eux ne s’était
jamais aventuré jusqu’à la ville.
Ils décidèrent pourtant un jour de s’y rendre, mais ils ne possédaient rien
de mieux qu’une chèvre pour les transporter tous les trois.
Les tailleurs prirent plaisir à visiter la vielle. Le soleil était chaud. Ils
décidèrent de se rendre à l’auberge pour se reposer et manger.
Ils s’y amusèrent follement, dansant au son de la musique, mais… quand
ils eurent terminé, ils n’avaient pas d’argent pour payer. L’aubergiste se mit en
colère. Alors, les tailleurs coururent à la fenêtre et sautèrent sur le dos de leur
bique.
L’aubergiste fit appel à la garde qui poursuivit les tailleurs à travers la
ville.
La pauvre bique en perdit l’esprit de frayeur ! Elle traversa la place du
marché à fond de train, renversant les étalages, brisant la vaisselle, dispersant la
volaille.
Mais les chèvres ne courent pas très vite et les gardes eurent vite fait de
rattraper les trois pauvres tailleurs et de les mettre en prison.
Jusqu’à ce qu’ils aient remboursé les dégâts, les tailleurs durent
raccommoder tous les vieux vêtements des habitants.
Les trois pauvres tailleurs retournèrent enfin à leur chaumière. Ils firent
des économies, afin de pouvoir acheter un bouc. Un bouc, c’est beaucoup plus
rapide qu’une chèvre !
As-tu bien lu ?
1 – Quel moyen de transport les tailleurs utilisent-ils pour aller à la ville ?
2 – Où s’arrêtent-ils pour se reposer ?
3 – Pourquoi les tailleurs vont-ils en prison ?
4 – Quel est leur projet ?
Compréhension de l’écrit
La pluie
Ce matin, lorsque Bonhomme se réveille, il pleut.
Pas d’importance, il sort tout de même, quitte à se faire tremper.
« - Sapristi ! Quelle pluie ! Je n’aime pas quand il pleut, dit Bonhomme.
- C’est une chance qu’il pleuve ! s’écrient les fleurs.
- Cela nous donne de la bonne eau à boire.
- C’est tout simplement merveilleux, dit l’arbre. J’étais bien fatigué. Mes
feuilles étaient couvertes de poussière. Maintenant, je respire et je peux à
nouveau grandir. J’aimerais bien avoir quelques branches nouvelles.
Et l’herbe : - Grâce à la pluie, je vais devenir verte et touffue.
Guide pédagogique destiné aux enseignants de la langue française
Institut National de Formation du Personnels de l'Education
109
Bonhomme saute à pieds joints dans une flaque d’eau.
- Chic ! ça éclabousse drôlement bien !
- Enlève vite tes pieds de là ! dit la flaque. Tu n’as rien à faire ici. Figure-toi
que j’abrite des bêtes si petites que je ne peux pas les voir avec les yeux. Et
personne ne pourrait les compter tellement elles sont nombreuses.
- Il y a tant que ça ? Plus que deux ou trois ? Et elles vivent toutes dans toi ?
- Elles passent leur temps à s’agiter dans tous les sens », dit la flaque.
Max Kruse, Dis-moi pourquoi, Ed. Albin Michel Jeunesses
Fiche pédagogique
Objectifs
Amener l’apprenant à saisir le sens du texte
Sensibiliser l’apprenant à un type de texte : le dialogue
Préparer l’activité finale : l’expression écrite
Imprégner l’apprenant à un thème : l’eau
1 – Image du texte : expression libre
a – Les apprenants doivent retrouver le titre et les références bibliographiques qui
devront être portés au tableau par l’enseignant.
b – La pluie – l’eau – un garçon – un arbre, etc.
Un dialogue : présence dans le texte d’une ponctuation particulière celle du
dialogue.
c – Selon vous de quoi va-t-il s’agir dans le texte ?
Si nécessaire, posez les questions suivantes pour retrouver l’image du texte.
- Que voyez-vous sur la gravure ? (si celle-ci existe ?)
- Comment se présente le texte ?
- Quels sont les signes de ponctuation que vous reconnaissez ?
- Etc.
Emission d’hypothèses de sens : accepter toutes les propositions émises par les
apprenants.
Porter deux ou trois hypothèses de sens au tableau.
2 – Lecture silencieuse (avec consigne) Quel temps faisait-il ce jour-là ?
Guide pédagogique destiné aux enseignants de la langue française
Institut National de Formation du Personnels de l'Education
110
4 – Exploitation du texte
Enseignant Apprenants Observations
- Qui parlent dans le texte ?
- Ce main-là, en voyant la
pluie comment était
Bonhomme ?
- Relève la phrase qui le
monte.
- Pour quelle raison, selon
vous, Bonhomme n’aime
pas la pluie ?
- Que veut dire trempé ?
- Est-ce que les autres
éléments que nous avons
cités tout à l’heure sont
mécontents de la pluie
comme Bonhomme ?
- Comment sont-ils alors ?
- Donne la raison pour
laquelle chaque élément
est content de la pluie.
- Bonhomme
- Les fleurs
- L’arbre
- L’herbe
- La flaque
- Il était mécontent.
- « Je n’aime pas la pluie ».
- Il a peur d’être trempé.
- Mouillé
- Non
- Ils sont contents.
Utilisation du dictionnaire si
nécessaire.
Voir tableau ci-après.
Obtenir le tableau avec la participation des apprenants et le compléter au
fur et à mesure – travail collectif -. Tableau à recopier sur le cahier de l’élève.
Eléments Contents/mécontent Les raisons
Bonhomme
Les fleurs
L’arbre
L’herbe
La flaque
Mécontent
Contents
Peur d’être trempé
L’eau donne à boire.
L’eau nettoie ses feuilles, l’aide à
respirer et à grandir.
Elle devient touffue*.
Elle abrite* des bêtes petites et
nombreuses.
* Mots à expliquer : utilisation du dictionnaire. Porter une définition simple
(accessible à tous les apprenants au tableau).
Vérification des hypothèses de sens émises en début de séance. Ne garder au
tableau que l’hypothèse qui s’est avérée juste.
Travail à faire à la maison

Partager cet article

Commenter cet article