Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog d'education et de formation

J'apprends l'informatique

13 Février 2009 , Rédigé par mazagan Publié dans #TICEتكنولوجيا المعلومات

 

Chapitre 1, généralités

Définition d'un ordinateur
Fonctionnement interne d'un ordinateur
Système numérique

Schéma général d'un ordinateur

L'unité centrale

Les périphériques

Le stockage des données

Les imprimantes

 

Chapitre 2, les répertoires

Définition

Organisation des dossiers

 Algèbre booléenne

             Glossaire lexique

             Glossaire MSDOS

                         Excel

                         D'après  Thibaut BERNARD        www.alphaquark.com

http://site.voila.fr/cfijdida2/informatique/definition.htmlink

**********************************************************************


Algèbre booléenne

Codage de l'information

Conversion de numérotation

Conversion de la numérotation binaire au système décimal
Conversion du décimal en binaire

Longueur

Fonctions booléennes de base (ET, OU et NON)

Symboles utilisés dans ce document
Fonction ET, circuit en série
Fonction OU, cas de deux interrupteurs en parallèle
Fonction NON, cas du relais thermique

Tableau récapitulatif des trois fonctions de base (ET, OU et NON)

Simplification d'équations

Les tableaux de karnaugh

 

 

Codage de l'information

L'ordinateur ne peut pas tout comprendre. Il faut transcrire (coder) les informations dans un langage compréhensif par l'ordinateur. De par sa conception électronique et électrique, le codage binaire a été choisi. Le courant passe dans un fil, on dit qu'il est à l'état 1, il ne passe pas, il est à l'état 0. Ce qui correspond à la numérotation à base 2, dite binaire.

On appelle bit l'unité élémentaire des deux chiffres 0 et 1.

 

Conversion de numérotation

Conversion de la numérotation binaire au système décimal

1) On multiplie chacun des bits par la puissance de deux correspondante. Pour la puissance de deux, on commence par la droite à partir de 0.

2) Puis on additionne les résultats.

Exemple, 101110 à convertir :

nombre

1

 

0

 

1

 

1

 

1

 

0

 

puissance de 2

25

 

24

 

23

 

22

 

21

 

20

 

à convertir

= 32

 

= 16

 

= 8

 

= 4

 

= 2

 

= 1

 

multiplication des bits par les puissances de 2 correspondantes

1×32

 

 

0×16

 

 

1×8

 

 

1×4

 

 

1×2

 

 

0×1

 

additions des résultats

32

+

0

+

8

+

4

+

2

+

0

= 46

 

Conversion du décimal en binaire

On divise successivement la valeur par 2, le reste de chaque division donne les bits.

Exemple, 93 à convertir en binaire :

93/2

=

46

+

1

46/2

=

23

+

0

23/2

=

11

+

1

11/2

=

5

+

1

5/2

=

2

+

1

2/2

=

1

+

0

93 en binaire donne

1

0

1

1

1

0

1

 

Longueur

Avec un minimum de chiffres (bits), on doit pouvoir avoir un maximum d'informations.

Un groupe de x bits est appelé un mot.

Un quarté est une série de quatre bits.

Un octet est une série de huit bits.

En général, les micro-ordinateurs utilisent des octets.

Certains ordinateurs utilisent des mots de seize ou trente-deux bits (voir plus).

 

Les fonctions booléennes de base ET, OU et NON

On convient que quand le courant passe, on dit qu'il est représenté par le chiffre 1, et quand il ne passe pas c'est le chiffre 0.

En électricité, imaginons deux interrupteurs A et B :
- dans un premier cas ils sont en série,
- dans un deuxième cas en parallèle,
- puis un autre cas ou il y a un relais thermique qui ouvre ou ferme un autre interrupteur selon l'état d'un interrupteur A.

Dans les trois cas, une lampe témoin L sera placée en série avec le circuit d'interrupteurs pour montrer que le courant électrique passe ou ne passe pas.

En algèbre booléenne, il existe trois fonctions de base : ET, OU et NON.

Symboles utilisés dans ce document

 interrupteur ouvert, le courant ne passe pas (état 0)

 interrupteur fermé, le courant passe (état 1)

Fonction ET, circuit en série

Il faut que les deux interrupteurs soient fermés tout les deux en même temps pour que le courant passe et que la lampe s'allume, si l'un des deux interrupteurs au moins (ou même les deux à la fois) est ouvert, le courant ne passe pas, la lampe reste éteinte.

Circuits en séries :

lampe éteinte

lampe éteinte

lampe éteinte

lampe allumée

Cela signifie que l'interrupteur A ET l'interrupteur B soient égaux à 1 pour que la lampe L soient égale à 1. Le courant électrique doit obligatoirement passer par les deux interrupteurs pour allumer cette lampe L.

On peut représenter ce cas aussi en tableau (qu'on appelle aussi table de vérité) :

A

B

L

0

0

0

0

1

0

1

0

0

1

1

1

Mathématiquement, on note : L = A . B

ou L = A AND B

Fonction OU, cas de deux interrupteurs en parallèle

Il faut que l'un des deux interrupteurs A ou B au moins, soit fermé pour que le courant passe, et que la lampe témoin L s'allume.


Lampe
éteinte


Lampe
allumée


Lampe
allumée


Lampe
allumée

Cela signifie que si l'un des deux interrupteurs au moins (A OU B) est égal à 1, alors la lampe L sera égale à 1. C'est-à-dire que le courant doit passer par au moins un des deux interrupteurs pour allumer la lampe L.

On peut représenter ce cas dans une table de vérité :

A

B

L

0

0

0

0

1

1

1

0

1

1

1

1

Mathématiquement, on note : L = A + B

ou L = A OR B

Fonction NON, cas du relais thermique

Si l'interrupteur A est à l'état ouvert (c'est-à-dire que le courant ne passe pas), à cause du relais, l'interrupteur B sera fermé (le courant passera dans cet interrupteur). Ou vice versa, si le courant passe dans A, le relais thermique ouvrira l'interrupteur B et le courant ne passera pas dans B.

A

B



lampe allumée

lampe éteinte

A

B



lampe allumée

lampe éteinte

Cela signifie que si A est égal à 0, B sera forcément égal à 1, et B = 0 si A = 1. B est le contraire de A. On peut représenter ce cas dans une table de vérité :

A

B

0

1

1

0

Mathématiquement, on note : B =

ou B = NON A

 se lit A barre.

 

Tableau récapitulatif des trois fonctions de base (ET, OU et NON)

A

B

A+B

A.B

+

.

0

0

1

1

0

0

1

1

1

1

0

1

1

0

1

0

1

0

0

1

1

0

0

1

1

0

1

0

0

1

1

1

0

0

1

1

0

0

0

0

D'après cette table, on constate que :
= .
+ =

Du tableau récapitulatif, on peut en déduire les équations remarquables suivantes :

 

Équation

Initiale

équation

simplifiée

1

A + 0

A

2

A.0

0

3

A + 1

1

4

A.1

A

5

A + A

A

6

A.A

A

7

A +

1

8

A .

0

 

Applications, simplifier les équations suivantes

Équation L

L = A . B + A . B

Mise en facteur : L = A (B + B)

Simplification : L = A . B puisque B + B = B (5)

d'où L = A . B

Équation R

R = A + AC + AB + A

Mise en facteur : R = A (1 + C + B + )

Simplification : R = A (1 + 1 + B)

R = A (1) puisque 1 + B = 1 (3)

R = A . 1

d'où R = A

 

Utilisation des tableaux de Karnaugh (méthode graphique)

La méthode graphique est mathématique en ce sens que les simplifications obtenues peuvent toutes être démontrées par l'algèbre binaire de Boole. Des règles simples permettent ensuite d'éviter d'avoir recours à cette algèbre et en conséquence de gagner du temps, but principal de cette méthode.

Conventions

Représentons l'état des variables A et B par un rectangle :

 

 

 

A

 

 

 

 

B

B

 

A

 

 

 

 

L'intersection de ces deux rectangles symbolise le produit logique A . B :

 

 

A

 

 

 

 

 

 

A

B

 

AB

Û B

AB

Ainsi le produit logique A.B est figuré par une case rectangulaire, dont les côtés s'identifient avec les termes de ce produit (A et B).

Exemples :

 

A

 

 

AB

 

 

A

B

AB

 

C

ABC

 

BC

ABC

 

L = A.B

 

 

L = (A.B).C

 

 

L = A.(B.C)

En comparant cette représentation avec celle d'Euler-Venn, on constate qu'elles donnent toutes les deux les différents produits logiques des variables A et B :

 

A

.

A.

B

.B

AB

 

attrib. Modification ou visualisation des attributs d'un fichier (archive ou lecture seule par exemple).

Les attributs de fichiers

Les quatre attributs qui nous intéressent ici sont : Lecture seule, archive, caché, et système. Nous allons voir les trois premiers.

Syntaxe :

ATTRIB toto.doc +r. Active la lecture seule au fichier toto.doc. On ne peut plus effacer ce fichier avec la commande erase.

ATTRIB toto.doc -r. Désactive la lecture seule au fichier toto.doc.

ATTRIB toto.doc. Affiche les attributs du fichier toto.doc.

ATTRIB *.*. Affiche les attributs de tous les fichiers.

ATTRIB *.* +r /s. Met tous les fichiers en lecture seule y compris les fichiers situés dans les sous répertoires (paramètre /s).

Paramètres : Lecture seule +r ou -r, archive +a ou -a, caché +h ou -h, et système +s ou -s.

L'attribut "lecture seule" permet d'éviter d'effacer par erreur tel ou tel fichier par la commande erase par exemple. Il faut remettre cet attribut à -r pour l'inhiber.

L'attribut "caché" (ATTRIB toto.doc +h pour activé cet attribut sur le fichier toto.doc) permet au fichier de ne pas être affiché à l'occasion d'un listage de fichiers (commande DIR).

L'attribut "archive" indique si le fichier a été modifié depuis sa dernière sauvegarde. Cet attribut sert pour la commande XCOPY vue plus loin.

L'attribut "système" indique au système d'exploitation si tel ou tel fichier est un fichier faisant partie de ceux utilisés par le système d'exploitation. Dans la pratique nous n'avons pas à nous servir directement de cet attribut ni des fichiers réservés par MS-DOS.

batch. Les batch permettent le traitement en lot des commandes msdos.

Les batch sont des fichiers qui permettent le traitement en lot des commandes msdos. S'il y a une suite de commandes que l'on doit régulièrement effectuer, on place ces commandes dans un fichier appelé batch. On peut donc y mettre toutes les commandes du type cls, cd, etc ; mais certaines instructions (que nous allons voir) sont spécifiques aux batch.

Ces fichiers batch ont l'extension ".bat" et sont au format texte, donc pouvant être créer avec n'importe quel éditeur de texte reconnaissant l'ascii.

Le code ASCII

Pour le codage des textes, les caractères doivent évidemment être codés sous une forme numérique qu'on appelle le code ASCII (American Standard Code for Information Interchange, code standard américain pour l'échange d'informations). Par exemple le A majuscule est codé 01000001 en binaire (65 en décimal). Il existe d'autres façon de coder les textes, mais le code ASCII est le plus répandu dans le monde.

La séquence binaire 01000001, qui représente un A sur la plupart des ordinateurs, sera interprété par une autre lettre sur un autre ordinateur. Ce qui explique qu'un texte codé en code ASCII donnerait un autre texte complètement incompréhensible si l'on en exportait les séquences binaires sur un autre ordinateur utilisant un codage autre que l'ASCII. Cet autre ordinateur interpréterait évidemment les séquences différemment.

L'exemple le plus flagrant en est pour les différents alphabets (latin, grec, russe et arabe par exemple). L'anglais ne connaissant pas les accents, en Espagne ils ont par exemple leur point d'interrogation à l'envers pour les questions ou l'accent tilde que nous ne connaissons pas en France

CD. Accès à un dossier.

Gestion de dossiers

Voir le chapitre sur les répertoires.

CD\ (Tapez CD + Alt 92). Retour au répertoire principal.

CD.. Retour au répertoire précédent.

CD WORD Ouvre le dossier WORD.

MD NOM Création du dossier NOM.

RD NOM Effacement d'un dossier. Au préalablement on doit ouvrir le dossier et effacer tous les fichiers se trouvant dans ce dossier (y compris les sous répertoires), puis revenir à la racine comportant ce dossier.

DELTREE (MSDOS 6 et supérieur). Efface un répertoire même s'il contient des fichiers.

choice. Dans un batch, permet à l'utilisateur de faire un choix à partir du clavier.

Commande choice

La commande choice demande à l'utilisateur de saisir une des lettres proposées. La récupération du choix se fait par la commande errorlevel.

Options :

/C[:]touches : Spécifie les touches à proposer. Par défaut c'est ON (pour Oui ou Non).
/N : Ne pas afficher les touches et le ? ... l'invite.
/S : Permet de distinguer entre majuscules et minuscules.
/T[:]c,nn : La touche "c" sera sélectionnée par défaut après nn secondes si aucune touche n'est appuyée.

Exemple (menu.bat) :

@echo off
:menu
cls
echo d) lancer defrag
echo s) lancer scandisk
echo q) quitter
choice /c:sdq Quelle application désirez-vous
if errorlevel = 3 goto fin
if errorlevel = 2 goto def
if errorlevel = 1 goto scan
:def
defrag
goto menu
:scan
scandisk
goto menu
:fin

Ce batch boucle jusqu'à ce que l'on veuille quitter.

cls. Effacement de l'écran.

copy. Copie de fichiers.

Copie de fichiers (transfert d'un ou plusieurs fichiers, d'un lecteur à un autre ou d'un dossier à un autre) :

COPY C:NOM.EXT A: Copie d'un fichier se trouvant sur le lecteur C, vers le lecteur A et dont on précise le NOM et l'EXTension.

COPY C:*.COM A: Copie de tous les fichiers se trouvant sur le lecteur C et dont l'extension est COM, sur le lecteur A.

COPY A:X*.* C: Copie de tous les fichiers se trouvant sur le lecteur A et dont les noms commence par X, sur le lecteur C.

COPY A:*.* C: Copie de tous les fichiers se trouvant sur le lecteur A, sur le lecteur C.

COPY A.TXT+B.TXT C.TXT Fusionne les fichiers A.TXT et B.TXT en un seul dans un troisième fichier C.TXT.

XCOPY A:*.* C:. Équivaut à la commande précédente (COPY) mais à la différence près qu'elle permet quelques options supplémentaires comme nous allons le voir.

XCOPY A:*.* C: /s. Copie de tous les fichiers se trouvant sur le lecteur A, sur le lecteur C mais en y incluant les fichiers situés dans les sous répertoires (option /s).

XCOPY A:*.* C: /s /m. Idem que la commande précédente mais cette fois ci en désactivant l'attribut archive (voir ci-desssus). Dans ce cas XCOPY (avec l'option /m) ne copie que les fichiers dont l'attribut archive est activé. Pour une dizaine de fichiers (dont la capacité totale serait de même pas 20 Ko) cela n'a certes pas grand intérêt. Mais là où l'on en sent l'utilité, c'est dans le cas d'un serveur hébergeant des milliers (voir des dizaines de milliers) de fichiers dont la capacité totale se chiffrent en centaines de millions d'octets. Il est évident que cela est beaucoup rapide de ne sauvegarder que les quelques dizaines de fichiers modifiés pendant la journée plutôt que d'être obligé de tout sauvegarder à chaque fois.

deltree. Suppression total d'un dossier. Valable seulement à partir de la version 6 de msdos.

dir. Listage des noms de fichiers avec leurs propriétés (taille, date de création et attribut).

DIR Catalogue du lecteur en cours.

DIR A: Catalogue du lecteur A (idem pour B et C).

DIR *.COM Catalogue de tous les fichiers dont l'extension est COM.

DIR X*.* Catalogue de tous les fichiers dont le nom commence par X.

Dans ce cas on obtient la liste de tous les fichiers avec leur coordonnées, taille, date et heure de la dernière sauvegarde des fichiers. Il existe deux options qui permettent de présenter différemment la liste de ces fichiers (/P et /W).

Options de DIR

DIR /S Affiche aussi le contenu des sous répertoire.

DIR /W Affiche uniquement le nom des fichiers sur cinq colonnes.

DIR /P Si le nombre de fichiers ne tient à l'écran, /P marque une pause avant d'afficher la suite.

DIR /B Donne uniquement le nom des fichiers sans leur coordonnées (taille et date).

On peut bien sûr combiner ces options. Exemple :

DIR *.DOC /S /P Affiche les fichiers dont l'extension est DOC en y incluant les sous répertoires et en marquant une pause dans le défilement de la liste des fichiers.

 

Les attributs de fichiers

Les quatre attributs qui nous intéressent ici sont : Lecture seule, archive, caché, et système. Nous allons voir les trois premiers.

Syntaxe :

ATTRIB toto.doc +r. Active la lecture seule au fichier toto.doc. On ne peut plus effacer ce fichier avec la commande erase.

ATTRIB toto.doc -r. Désactive la lecture seule au fichier toto.doc.

ATTRIB toto.doc. Affiche les attributs du fichier toto.doc.

ATTRIB *.*. Affiche les attributs de tous les fichiers.

ATTRIB *.* +r /s. Met tous les fichiers en lecture seule y compris les fichiers situés dans les sous répertoires (paramètre /s).

Paramètres : Lecture seule +r ou -r, archive +a ou -a, caché +h ou -h, et système +s ou -s.

L'attribut "lecture seule" permet d'éviter d'effacer par erreur tel ou tel fichier par la commande erase par exemple. Il faut remettre cet attribut à -r pour l'inhiber.

L'attribut "caché" (ATTRIB toto.doc +h pour activé cet attribut sur le fichier toto.doc) permet au fichier de ne pas être affiché à l'occasion d'un listage de fichiers (commande DIR).

L'attribut "archive" indique si le fichier a été modifié depuis sa dernière sauvegarde. Cet attribut sert pour la commande XCOPY vue plus loin.

L'attribut "système" indique au système d'exploitation si tel ou tel fichier est un fichier faisant partie de ceux utilisés par le système d'exploitation. Dans la pratique nous n'avons pas à nous servir directement de cet attribut ni des fichiers réservés par MS-DOS.

echo. Inhibe ou permet la visualisation des commandes en cours. Echo est surtout utile pour les batch.

Instruction echo

Cette instruction sert à deux choses, à afficher du texte à l'écran et à demander d'afficher ou non la suite des instructions à exécuter.

Le signe arrobas (@) permet de ne pas afficher l'instruction en cours d'exécution. Exemple : l'instruction "@copy toto titi" copie le fichier toto dans un fichier titi mais sans afficher l'instruction " copy toto titi ".

Pour éviter d'avoir à mettre l'arrobas à toutes les instructions, on peut mettre l'instruction @echo off. Cela demande aux batch de ne pas afficher les instructions qui suivent mais tout en les exécutant. L'instruction "@echo on" rétabli l'affichage.

L'instruction "@echo." affiche une ligne vide.

L'instruction "@echo toto" affiche le texte toto.

Exemple :

@echo off
cls
echo bonjour
echo.
echo toto

Résultat :

bonjour
toto

Les batch sont des fichiers qui permettent le traitement en lot des commandes msdos. S'il y a une suite de commandes que l'on doit régulièrement effectuer, on place ces commandes dans un fichier appelé batch. On peut donc y mettre toutes les commandes du type cls, cd, etc ; mais certaines instructions (que nous allons voir) sont spécifiques aux batch.

Ces fichiers batch ont l'extension ".bat" et sont au format texte, donc pouvant être créer avec n'importe quel éditeur de texte reconnaissant l’ascii

rase. Effacement de fichiers.

Effacement de fichiers :

ERASE NOM.EXT Effacement d'un fichier dont on précise le NOM et l'EXTension.

ERASE *.BAK Effacement de tous les fichiers dont l'extension est BAK.

ERASE *.* Effacement de tous les fichiers. Dans ce cas, MS DOS nous demande de confirmer l'effacement en tapant O (oui) pour confirmer la demande d'effacement, ou N (non) pour annuler la demande.

errorlevel. Utiliser conjointement avec choice, errorlevel permet de récupérer le code de la touche saisie.

Commande choice

La commande choice demande à l'utilisateur de saisir une des lettres proposées. La récupération du choix se fait par la commande errorlevel.

Options :

/C[:]touches : Spécifie les touches à proposer. Par défaut c'est ON (pour Oui ou Non).
/N : Ne pas afficher les touches et le ? ... l'invite.
/S : Permet de distinguer entre majuscules et minuscules.
/T[:]c,nn : La touche "c" sera sélectionnée par défaut après nn secondes si aucune touche n'est appuyée.

Exemple (menu.bat) :

@echo off
:menu
cls
echo d) lancer defrag
echo s) lancer scandisk
echo q) quitter
choice /c:sdq Quelle application désirez-vous
if errorlevel = 3 goto fin
if errorlevel = 2 goto def
if errorlevel = 1 goto scan
:def
defrag
goto menu
:scan
scandisk
goto menu
:fin

Ce batch boucle jusqu'à ce que l'on veuille quitter.

exist. Indique si le (ou les) fichier(s) existe.

Instruction exist

Exemple 1 :

if exist toto echo Le fichier toto existe.
if not exist toto echo Le fichier toto n'existe pas.

La première ligne (if exist) test si le fichier toto existe.
La deuxième ligne (if not exist) test si le fichier toto n'existe pas.
Dans les deux cas, le test if permet aussi d'afficher le message correspondant (echo...)

Exemple 2 :

if not exist rep md rep.

Si le répertoire "rep" n'existe pas, alors on le créé.

Exemple 3 :

if exist toto goto suite
rem Placer ici les instructions à effectuer si le fichier (ou le répertoire) toto n'existe pas.
:suite

Permet ici de passer à la suite si le fichier toto existe, sinon d'effectuer des traitements en conséquence.

if. Permet dans les batch d'effectuer des tests.

Les paramètres

La directive %1 (signe "pour cent" plus un numéro de 1 à 9) permet de traiter le paramètre transmis au fichier batch. On peut transmettre jusqu'à neuf paramètres aux fichiers batch.

Exemple : Le fichier batch x.bat contient echo %1. Si l'on tape x toto, le batch affichera toto.

Exemple de test :

if "%1"=="toto" goto xxx
goto fin
:xxx
echo toto a été transmis comme paramètre.
:fin

Attention, le test if distingue les majuscules des minuscules. Dans notre exemple, si l'on tape x Toto, le message en xxx ne sera pas exécuté ; il faut que toto soit entièrement saisi en minuscule.

MD. Création de dossier.

Voir le chapitre sur les répertoires.

CD\ (Tapez CD + Alt 92). Retour au répertoire principal.

CD.. Retour au répertoire précédent.

CD WORD Ouvre le dossier WORD.

MD NOM Création du dossier NOM.

RD NOM Effacement d'un dossier. Au préalablement on doit ouvrir le dossier et effacer tous les fichiers se trouvant dans ce dossier (y compris les sous répertoires), puis revenir à la racine comportant ce dossier.

DELTREE (MSDOS 6 et supérieur). Efface un répertoire même s'il contient des fichiers.

more. Visualisation du contenu d'un fichier texte.

TYPE NOM.EXT Envoi à l'écran le contenu du fichier nom.ext. Ce fichier étant au format texte tel que les batch où les .txt.

MORE < NOM.TXT Idem que précédemment mais à la différence que la visualisation marque une pause avant d'afficher la suite du texte si le fichier ne tient pas sur un écran.

RD. Effacement de dossier.

Voir le chapitre sur les répertoires.

CD\ (Tapez CD + Alt 92). Retour au répertoire principal.

CD.. Retour au répertoire précédent.

CD WORD Ouvre le dossier WORD.

MD NOM Création du dossier NOM.

RD NOM Effacement d'un dossier. Au préalablement on doit ouvrir le dossier et effacer tous les fichiers se trouvant dans ce dossier (y compris les sous répertoires), puis revenir à la racine comportant ce dossier.

DELTREE (MSDOS 6 et supérieur). Efface un répertoire même s'il contient des fichiers.

ren. Permet de renommer un fichiers.

shift. Décalage d'un cran des paramètres envoyés au batch.

Commande shift

On veut copier des fichiers dont on précise les extensions (les *.txt et les *.doc par exemple). Mais pour corser le tout, on ne sait pas d'avance le nombre d'extensions que l'on veut traiter ni même les extensions. On suppose ici que l'on s'est placé dans le répertoire désiré et que l'on veuille copier les fichiers sur une disquette (lecteur A:).

Donnons d'abord le batch (ex.bat) que nous commenterons après :

:encore
if "%1"=="" goto fin
copy *.%1 a:
shift
goto encore
:fin

Exemple de lancement : ex txt doc.

Commentaires :

Le test if commence par tester s'il n'y a rien en paramètre. Dans ce cas on termine le batch en allant à la fin.

Sinon :

On copie les fichiers dont l'extension se trouve dans le premier paramètre.
La commande shift décale les paramètres d'un cran. C'est-à-dire que le contenu du deuxième paramètre se retrouve en premier, puis le troisième se place en deuxième, et ainsi de suite jusqu'au dernier. Le dernier paramètre se retrouve vide.
Et enfin un goto encore permet de retourner au début du traitement.

Avec le test if on effectue les traitements jusqu'à ce que le premier paramètre soit vide.

type. Visualisation du contenu d'un fichier texte.

Visualisation du contenu d'un fichier texte

TYPE NOM.EXT Envoi à l'écran le contenu du fichier nom.ext. Ce fichier étant au format texte tel que les batch où les .txt.

MORE < NOM.TXT Idem que précédemment mais à la différence que la visualisation marque une pause avant d'afficher la suite du texte si le fichier ne tient pas sur un écran.

Partager cet article

Commenter cet article